FIN DE CROISIERE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Débarquement.

48 heures avant le débarquement, demandez à la réception de vous fournir une copie du relevé de vos dépenses à bord. Examinez-les soigneusement. Si vous voulez contester, n’attendez pas le jour du débarquement, agissez plutôt la veille afin d’éviter une longue queue.

Ne débarquez pas en sous-vêtements ! Vos bagages sont collectés par l’équipage dans les coursives au cours de la nuit qui précède l’accostage. Prévoyez les vêtements nécessaires pour le lendemain, gardez avec vous un petit sac avec vos objets de première nécessité. Le matin même, n’oubliez pas de vider votre coffre-fort. Si aucun transfert ne vous attend et si votre valise est facilement maniable, gardez-la avec vous. Vous débarquerez tranquillement quand la majorité des passagers aura débarqué. Profitez des derniers instants pour prendre un ultime petit-déjeuner.

 Divers.

 1. Les taxes et services.

En France, les taxes portuaires sont comprises dans le prix de la croisière.

À bord, si vous prenez une boisson il faut ajouter un % de frais de service. Le seul moyen de ne pas les payer, c’est de ne pas consommer !

Hors taxes. Les boutiques sont en duty free à partir du moment où une escale se fait hors de l’Europe. Aussi, à certaines escales, sous certaines conditions, vous pouvez obtenir le remboursement des taxes sur vos achats, mais en monnaie locale.

 2. Les pourboires.

Ah là là!

Le sujet de tous les sujets, celui qui fâche, celui qui intrigue, celui qui est soumis à toutes les supputations.

D’abord une interrogation : peut-on rendre obligatoire la qualité subjective d’un service ? …

Le montant des pourboires est automatiquement comptabilisé sur le compte de la cabine et débité en fin de croisière. Le passager a la possibilité de le contester en en faisant la demande.

Costa Croisières applique des frais de séjour à bord qui font partie intégrante du prix de la croisière et, de ce fait, vous ne pouvez pas les contester en fin de croisière.

 3. Les photos.

Dès l’embarquement votre portrait est tiré et fera la une parmi les milliers d’autres dans les vitrines exposées à cet effet. Les photos sont assez chères (de 15 à 45 euros) et si vous faites des tirages pour votre famille par un photographe du bord, cela va «douiller». Mais certains souvenirs affectifs n’ont pas de prix et les compagnies le savent.

Philippe.

C’est bientôt la fin mais pour le début il suffit de cliquez-ici

LE SYSTEME DU SHOPPING

Shopping lecturer à bord.

Les navires de croisière ont généralement un programme shopping à bord dirigé par un «shopping lecturer». Des conférences sont données par des commerciaux sur les produits locaux à acheter. Ils sont censés fournir aux passagers toutes les informations nécessaires pour leur assurer les meilleurs prix et les meilleurs produits au cours de leurs escales.

Aux États-Unis en particulier, derrière ces conseils se profilent des sociétés qui ont des accords avec les compagnies de croisières. Elles paient des frais assez conséquents aux compagnies  en échange d’une autorisation de mise en œuvre de leur programme de vente. Les consultants shopping ne travaillent pas directement pour la compagnie de croisières, ils sont formés, employés et envoyés sur les paquebots par ces sociétés. Les compagnies prétendent qu’elles fournissent à leurs passagers un programme de renseignements utiles pour leurs achats, mais elles ont déjà reçu leur chèque et peu leur importe de savoir si vous suivez effectivement les conseils du «shopping lecturer» ou non. Pendant ces conférences, 5 % du temps est consacré à donner des informations utiles sur le port et 95 % à convaincre les passagers de faire leurs achats dans les magasins recommandés.

Shopping à terre.

Comment ces magasins sont-ils agréés ? Ils payent pour figurer sur les plans distribués à bord, ils sont ainsi assurés d’avoir des centaines, sinon des milliers de clients franchissant la porte de leur magasin toute l’année.

Le « shopping lecturer » distille le doute dans l’esprit des passagers, qui se laissent convaincre que les achats faits dans tout autre magasin peuvent être risqués ;  il décrira tous les avantages dont vous bénéficierez en achetant dans les magasins recommandés.  Bien que ces avantages puissent varier, ils comprennent presque toujours les éléments suivants :

- La garantie : vous avez 30 jours pour retourner un produit

- La qualification : ces magasins sont régulièrement contrôlés pour assurer aux clients les meilleurs standards commerciaux.

- Les meilleurs prix : ils peuvent offrir de meilleurs prix grâce au volume de clients qu’ils reçoivent.  (Comment le savoir si vous ne comparez pas les prix pratiqués dans d’autres boutiques ?)

- Du personnel professionnel qualifié : ces magasins sont censés employer un personnel compétent entièrement à votre service.

Tout cela est impressionnant, mais c’est ce que nous attendons quand nous faisons du shopping et que nous entrons dans un magasin partout dans le monde. Et si vous lisez les petits caractères, en particulier sur la garantie, il n’est pas aussi évident de vous faire rembourser ce que vous avez acheté, car il faudra passer par une tierce personne, en l’occurrence la compagnie maritime qui n’interviendra pas dans une vente contractuelle qui ne la concerne pas directement. Si vous n’êtes pas satisfait de la qualité de l’un de vos achats, ce ne sera pas aussi simple, comme le prétendait le personnel de bord, de faire jouer la garantie mise en avant dans le discours commercial.

Vous serez sollicité, même pendant les excursions, au cours desquelles le guide ne manquera pas de vous arrêter dans une boutique spécialisée dans l’art local, ou dans une rhumerie par exemple, de laquelle il recevra probablement un petit pourcentage.

Ne vous laissez pas abuser…..et pensez à la place dans votre valise et à l’excédent de bagages si vous prenez l’avion.

Philippe.  Et pour tout connaître de la croisière cliquez-ici !

COMMENT REUSSIR SA JOURNEE A TERRE

 Les 10 étapes pour une journée réussie à terre.

- Quand vous débarquez du navire, emportez la carte de la ville et votre journal de bord sur lequel se trouvent les coordonnées de l’agent portuaire. Prenez vos papiers, vos médicaments, une petite trousse de premiers soins, un désinfectant pour les mains. En fonction de la météo, une crème solaire ou un parapluie et un répulsif contre les insectes. En cas d’urgence médicale, d’accidents de véhicules ou de retard inattendu qui pourrait vous retarder pour l’embarquement, contactez impérativement l’agent portuaire le plus rapidement possible. Il transmettra toutes les informations directement au navire. – Demandez dans la gare maritime où vous pouvez trouver des tour-opérateurs locaux, des taxis, l’office de tourisme. – Prenez votre iphone ou Android en chargeant des applications de détection de bornes wifi comme wifi finder et les »Offline City Guides app ». Les choix des applications sont nombreuses, à vous de voir. En cas de besoin, pour grignoter ou envoyer quelques mails, éloignez-vous de la zone portuaire et privilégiez les magasins et restaurants non touristiques. – Informez les chauffeurs de taxi, les guides de ce que vous souhaitez faire et demandez-leur des conseils. Ils connaissent mieux que quiconque leur pays d’origine. – Vérifiez les informations d’identification de tous les chauffeurs et des guides et vérifiez que ces derniers possèdent leur licence d’exercice. – Mettez-vous d’accord sur un itinéraire déterminé, sur la durée totale de l’excursion et de son contenu, sur le temps alloué à chaque lieu visité, la flexibilité et le montant exact de ce qui est ou non inclus. Déterminez sur un prix fixe. N’hésitez pas à négocier. – Si vous avez besoin d’un simple transfert aller-retour à une plage, à un village, etc. payez la moitié du prix au départ et la seconde moitié sur le chemin du retour. – Si vous prévoyez de faire du shopping, mettez-vous d’accord avec le chauffeur afin qu’il vous laisse et récupère au bout du temps souhaité à un endroit précis. – Terminez toujours votre excursion au pied du navire, ne vous laissez pas déposer dans le centre-ville car vous devriez à ce moment-là payer un taxi ou une navette pour rejoindre le navire. – Donnez un pourboire en fonction du niveau de satisfaction pour le service que vous avez reçu et demandez des cartes de visite afin que vous puissiez informer les autres futurs visiteurs des prestations de votre guide ou de votre chauffeur. Philippe.

A terre ou à bord vous voulez en savoir encore, cliquez-ici

TOUT SAVOIR SUR LES EXCURSIONS TROISIEME PARTIE

Économiser de l’argent sur l’achat des excursions.

Sauf cas particulier, éviter d’acheter à bord les excursions organisées est le meilleur moyen d’économiser de l’argent. Pourquoi les tarifs des excursions à bord sont-ils aussi élevés ? Une compagnie de croisières, pour organiser des excursions, doit faire appel à son agent portuaire ou à un tour-opérateur local qui recrute tous les prestataires : voitures avec chauffeur, bus, guides, personnel à bord pour l’organisation, la vente des tickets, l’impression des formulaires de réservation, l’accompagnement dans les bus d’excursion. C’est toute une organisation qui nécessite rémunération. Une compagnie ne peut pas contacter séparément tous les intervenants à chaque escale.  Donc, en limitant les intermédiaires vous limiterez aussi les coûts. Des compagnies de taxis agréées, des voitures avec chauffeur seront toujours en attente à l’extérieur du navire, prêts à prendre les clients indépendants sur les mêmes itinéraires que ceux proposés à bord et pour la moitié du prix. Vous pourriez aussi créer votre propre itinéraire en fonction de vos intérêts, en le demandant au conducteur ; vous allez ainsi directement à la source, vous payez le prix le plus bas possible pour les mêmes services, de plus personnalisés. Nous recommandons de contacter sur Internet les tour-opérateurs locaux bien avant votre départ afin de préparer au mieux vos excursions. Vous pourrez comparer leurs offres à celles de la compagnie : la différence peut s’avérer conséquente…

 Comment suis-je assuré de la qualité ?

 Les navires de croisière sont prompts à souligner que leur programme de visite utilise des opérateurs locaux sélectionnés, qui offrent un niveau d’excellence à la hauteur de leur exigence. Mais si vous lisez plus loin dans les petits caractères, la compagnie de croisières explique également que ses visites sont gérées par des opérateurs locaux et qu’elle n’est en aucun cas responsable de ce qui peut se produire. Elle veut bien vous faire payer, elle ne veut pas être responsable !  La qualité d’une excursion à terre n’a rien à voir avec le fait de réserver ou non à bord. Un guide accompagnateur touristique fait partie d’une certaine entreprise qui fournit aussi bien le tour-opérateur local que la compagnie de croisières. Cependant les chauffeurs et les guides indépendants à quai sont souvent plus motivés et reconnaissants d’avoir du travail : c’est un secteur très concurrentiel où l’on se doit de fournir des prestations de qualité si l’on veut que fonctionne le bouche-à-oreille. Les passagers qui optent pour une visite indépendante passent une journée à leur propre rythme, selon leurs goûts, avec un guide à leur écoute : c’est la qualité.

 La meilleure solution.

 Comme croisiériste averti vous devez savoir que les compagnies de croisières veulent payer les tour-opérateurs aussi peu que possible et vous facturer, vous passager, autant que possible. En conséquence, elles s’adressent souvent aux voyagistes locaux qui leur offrent les prix les plus bas mais pas nécessairement la meilleure qualité. Au cas où des clients seraient mécontents de la qualité de leur excursion, une compagnie de croisières peut facilement leur rembourser quelques centaines d’euros même si cela creuse légèrement leurs bénéfices : de toute façon, c’est toujours, pour le client, un parcours du combattant pour obtenir gain de cause car, comme nous l’avons vu plus haut, elles ne sont pas responsables. Il est donc beaucoup plus facile et intéressant de faire appel à un tour-opérateur local et de le payer directement pour un service de qualité et à un prix bien inférieur.

 Où va votre argent ?

 Lorsque vous réservez à bord une visite guidée de quatre heures pour 50 €, le navire reçoit 50 € dont 27 € pour le tour-opérateur local, et le guide local reçoit 8 €.  Ces calculs sont assez proche de la réalité.

Quand vous utilisez un prestataire local vous payez 35 €, bien sûr il faut négocier !

Philippe.

Et pour en savoir plus ; cliquez-ici !

TOUT SAVOIR SUR LES EXCURSIONS 2EME PARTIE

Quel est le meilleur moment de la journée pour partir en excursion ?

 Les excursions de croisières organisées ont des heures de départ spécifiques indiquées dans le formulaire de réservation que vous trouvez à bord ou en ligne. Réservez vos excursions sur le site Internet de la compagnie.

Sachez que les horaires sont planifiés de façon à ce que le navire maximalise les réservations. Malheureusement le confort des passagers est sacrifié. C’est la raison pour laquelle de nombreuses excursions, en dépit du fait qu’elles ne durent que quelques heures, ont un départ très matinal : 7h30, par exemple, même si le bateau est au port jusqu’à 17 heures. En programmant des visites très matinales, le tour-opérateur peut rajouter un départ supplémentaire dans l’après-midi avec le même transport. Bien sûr il y a des excursions à la journée qui doivent partir très tôt le matin mais la plupart des visites ont une durée moyenne de trois à quatre heures. Pourquoi se réveiller si tôt ? Pourquoi se précipiter ?  Est-ce vraiment un gain de temps si vous éprouvez le besoin d’une sieste après un départ aussi matinal et une journée aussi longue ?  En fait le meilleur moment pour partir en excursion, c’est lorsque vous le décidez.

 Éviter les tracas.

C’est l’argument en faveur des réservations à bord, qui éliminerait tous les tracas potentiels.

Réserver vos excursions avec la compagnie de croisières peut être sans tracas, c’est ce qui est promis, mais pas toujours réalisable : lorsque vous réservez vos excursions en ligne, parfois des mois à l’avance, beaucoup d’aléas peuvent survenir. L’excursion peut-être annulée, ou le billet livré dans votre cabine ne correspond pas à votre réservation, ce qui génère du temps perdu et une grande frustration.

Il faut bien vous renseigner en amont. Certaines escales ne disposent d’aucune structure pouvant vous permettre de faire une excursion par vous-même, dans ce cas il est utile de réserver votre excursion organisée à bord. Ne vous fiez pas aux excursions au nombre limité de passagers, cela signifie que la compagnie a tout simplement un quota de passagers pour cette excursion : par exemple, limite de 30 passagers sur un petit bateau pour faire un tour sur un lac. Mais le correspondant local, lui, aura probablement d’autres petits bateaux à vous proposer pour ce même lac, et à moindre coût.

 Est-ce que les excursions sont toujours garanties à bord ?

Comme indiqué en petits caractères dans les conditions générales, sachez que votre excursion peut être annulée la veille ou le jour même, les visites nécessitant un minimum de participants. À chaque voyage, des bureaux d’excursions annulent des visites programmées si le nombre de passagers n’est pas atteint, ce qui représente une baisse de rentabilité. Ou alors il peut arriver que l’on vous propose cette excursion en bilingue ; le guide vous donnera les explications en deux langues, d’où deux fois plus de temps pour ces explications, dans le même temps imparti à l’excursion. Je vous laisse juge de la qualité des commentaires de ce guide, qui n’y est pour rien au demeurant.

Vous pourriez vous réveiller un matin prêt à profiter de votre excursion et être informé par une lettre dans la boîte aux lettres de votre cabine  que votre visite a été annulée en raison de la faible participation. Et bien sûr il est peut-être déjà trop tard pour réserver une autre excursion à bord du navire.

 En quoi un tour-opérateur local peut-il être différent ?

 Une excursion avec opérateur local peut également être sans tracas.

D’abord, il ne vous fera pas attendre. Que vous ayez réservé ou que vous le contactiez directement sur le quai, vous partez tout de suite. Ces opérateurs, ces chauffeurs de taxi sont attentifs à recevoir d’excellents commentaires et font généralement de leur mieux pour les obtenir. Le meilleur retour qu’ils puissent recevoir, ce sont les appréciations de bouche à oreille, qui feront ou non le renom de leur affaire. Certains tour-opérateurs locaux ne tiennent pas à travailler avec les compagnies de croisières car ils ne veulent pas être payés au prix le plus bas. Ils souhaitent tout simplement fournir un travail de meilleure qualité avec toute la gratification possible. En outre, ils n’annuleront pas votre visite sous prétexte d’un minimum de passagers : que vous fassiez partie d’un groupe nombreux, d’une famille, que vous soyez en couple ou même en solo, un tour- opérateur indépendant n’a aucune raison de ne pas répondre à votre demande. Il est là pour veiller à ce que le temps passé à visiter son pays soit le plus agréable possible. Et il n’y a rien de plus reposant qu’un chauffeur guide local qui vous soit dédié.

Philippe.

Et pour en savoir encore, encore plus, cliquez-ici.

Portraits sur le Celestyal Crystal.

J’ai souhaité interroger quelques personnes à bord et voilà leurs impressions.

Primo croisiéristes.

Marc et Patricia font leur première croisière. Marc n’a pas pris de vacances depuis longtemps et c’est la première fois que Patricia et Marc passent leurs vacances ensemble. Gros bosseurs, cette croisière est un bol d’oxygène et un grand moment de détente.

Primo croisièristes Celsetyal Crystal en croisière sur Cuba
Primo-croisièriste

Ce qu’ils aiment :

La multi destination, c’est une évidence pour la croisière, mais c’est l’un de ses atouts majeurs. Dans un club, on est obligés de se déplacer assez loin tous les jours pour visiter. L’ambiance assez individuelle ; chacun fait ce qu’il veut en dehors des excursions organisées, on ne suit pas comme des moutons tout le temps, on est obligé de pratiquement rien. La coupure totale. Le blackout total ; Marc n’a pas regardé ses mails une seule fois. C’est aussi la rupture totale avec le dress code de son costume de patron. « Personne ne sait qui je suis, on est tous sur le même plan, aucune identification et cela me repose la tête.

Ce qu’ils n’aiment pas :

Rien. Oui, on peut toujours pinailler sur tel ou tel point, mais dans l’ensemble il n’y a rien à redire ; c’est génial.

Les jeunes croisiéristes.

Cindy et Anthony n’ont pas quarante ans à eux deux. Cindy est conseillère en voyage à l’agence Dunoi voyage à Orléans et c’est sa seconde croisière sur le Celestyal Crystal.Pour Anthony, c’est la première fois qu’il part en croisière.

croisieristes jeunes Celestyal Cruises
Anthony et Cindy

Ce qu’ils aiment :

L’itinéraire axé sur Cuba avec 3 escales, c’est assez rare de faire autant d’escales dans un même pays pour une compagnie de croisière, en général c’est plusieurs pays différents. Le produit est complet, restaurations, découverte du pays, temps libre avec les jours en mer. La formule boisson est d’une grande variété, les bouteilles d’eau ne sont pas facturées contrairement à Costa ou à MSC. La taille du navire est un atout, on est aux petits soins pour nous. Les plats proposés font partie de la gastronomie locale et peu internationale et l’on apprécie ce fait de marquer la gastronomie en concordance avec le pays visité.

Ce qu’ils n’aiment pas :

rien, rien à redire franchement, la cabine est grande et j’ai été surpris, car le navire n’est pas grand et je pensais qu’elle serait toute petite, mais non. Un sans faute en somme.

TOUT SAVOIR SUR LES EXCURSIONS PREMIERE PARTIE

Les compagnies, toujours à l’affût d’augmenter leur revenu, négocient d’arrache-pied avec les agences qui organisent les excursions à terre. Si les conditions qu’exige une compagnie ne sont pas acceptées par un prestataire habituel, elles en changent et travaillent avec celles qui les acceptent. Il est donc toujours intéressant de traiter avec un prestataire différent de celui qui opère avec la compagnie. Les contrats aux minima négociés affectent  la qualité et c’est une mauvaise affaire pour le passager, qui peut avoir un mauvais guide ou un bus miteux.

 Éclairage.

a/ Gagner du temps.

Maximalisez votre temps en escale. Il arrive qu’une compagnie vous explique que la réservation préalable de ses excursions vous permettra d’économiser du temps plutôt que de le faire vous-même. Elle vous promet de livrer vos billets dans votre cabine, d’organiser les points de rendez-vous, de s’assurer que l’itinéraire est bien planifié et vous assure que son programme de visite est calculé pour que vous puissiez passer un temps maximal en escale.

Est-ce exact ? Cela peut l’être. Mais aujourd’hui, avec des navires de 150 à 6 000 passagers et en raison du nombre de participants, c’est un défi croissant pour les compagnies. Une compagnie doit répondre de milliers de passagers, organiser les réservations, programmer les horaires de départ et de lieu de rendez-vous, éditer et distribuer les billets en cabine, gérer et planifier la logistique sur le quai, etc… C’est une tâche de grande envergure et même si la plupart des navires ont une excellente organisation des excursions, certains problèmes émergent. Chaque compagnie agit comme un intermédiaire, elle doit coordonner ses excursions avec tous les opérateurs touristiques locaux et les agents portuaires à chaque escale. Avec autant de parties concernées, la marge d’erreur augmente et se concrétise par des réservations incorrectes, des informations inexactes, des heures de départ retardées et plus de réservations que de sièges de bus. Corriger toutes ces erreurs ne vous épargne pas beaucoup de temps.

« Mais je ne veux pas manquer le bateau » ! Les compagnies de croisières insistent également sur l’idée qu’en réservant à bord vous serez sûrs de retourner au navire à l’heure. Et même si un bus a un problème technique, le navire attendra. Mais ne soyez pas dupes : dans chaque port, chaque tour-opérateur est conscient que les passagers des navires de croisière ont des contraintes horaires ; vous n’êtes pas le premier qu’un tour-opérateur a pris en charge. Le tourisme de croisière est une source majeure de revenus dans de nombreux ports à travers le monde. Par conséquent, les habitants savent très bien à quel moment arrive un navire de croisière et à quelle heure les passagers doivent être de retour à bord. Il est quand même prudent de préciser à votre chauffeur indépendant l’heure à laquelle vous devez être à bord afin de mieux planifier votre excursion, mais il n’est certainement pas dans l’intérêt de quiconque de vous faire manquer votre bateau.

 Que faire en cas de problème ?

Précaution impérative : que vous preniez un tour organisé par la compagnie ou que vous vous débrouilliez par vous-même, emportez avec vous le journal de bord que le navire fournit à chaque port. Là sont inscrites les coordonnées de l’agent portuaire local, qui est en communication constante avec le navire quand il est au port. Si un incident survient, l’agent portuaire doit être contacté immédiatement et il transmettra les informations nécessaires au navire.

Pour la suite si le sujet vous intrigue, c’est ICI en 1 clic

LE MAÎTRE D’HÔTEL DU CELESTYAL CRYSTAL

Un colosse en mer.

À bord il est appelé Maître D, c’est le pilier du bien-être des estomacs à bord. Pilier est bien le mot approprié, de par sa taille Adrian Zamfir, née à Bucarest est un véritable colosse. De la hauteur de son 1,98 m il domine toute la gestion des restaurants, buffet, point d’alimentation et des effectifs liés au service à bord. Cet ancien chef dans un restaurant français à Bucarest travaille dans la compagnie depuis 23 ans.

Adrian a une certaine admiration pour la cuisine française ; pour lui c’est l’essence de la gastronomie qui s’est répandue dans le monde comme un exemple ou une source d’inspiration à suivre. À ce propos le vin qui est compris dans la forfait boisson est français.  Un briefing a lieu chaque soir dans les cuisines pour goûter tous les plats préparés, il les teste, même ceux qui sont préparés par le chef. « C’est une routine nécessaire pour s’assurer de la qualité de nos plats que nous servons à nos hôtes, et il rajoute you make it or you break it !»

Sa vision est l’authenticité ; celle des pays que nous abordons pendant notre croisière. Nous proposons des plats de spécialités locales pour que nos hôtes à bord soient plus imprégnés par l’ambiance du pays. Sur cet itinéraire, par exemple, en plus d’autres mets locaux servis au buffet et au restaurant, nous proposons de la langouste, certes, avec un supplément, car c’est un mets qui est devenu cher ; mais comment raisonnablement ne pas proposer ce plat typique de Cuba. Bien sûr, nous confectionnons aussi des plats internationaux pour satisfaire toutes les nationalités.

Ses yeux pétillent quand il parle de son métier. La plus grande expérience, c’est le restaurant et le buffet. J’aime mon métier et j’aime par-dessus tout me rendre compte par moi-même de la satisfaction de nos hôtes. J’observe ce qui se passe à table tous les jours et plusieurs fois par jour. Je questionne les passagers pour savoir si tout va bien pour eux, s’ils sont satisfaits.

Un colosse en mer
Maître d’hôtel du Celestyal Crystal

 

Anecdote.

Je demande à Adrien de me raconter une anecdote, il réfléchit, car il en a tant, et je lui précise une anecdote drôle. « Oui, au buffet je remarquais qu’un passager avait laissé un bol plein sur sa table, alors je lui ai demandé ce qui n’allait pas, et il m’a répondu que la soupe était froide. Étonné je suis allé vérifier au buffet et la soupe à l’oignon proposée ce jour-là était bien chaude dans son contenant chauffé. Je suis revenu à sa table et j’ai regardé le contenu de son bol et j’ai compris ; il s’était servi l’une des sauces pour salade qui sont contenues dans des brocs avec une petite louche pour assaisonner son assiette. Nous avons bien ri ce jour-là tous les deux.

Mais voilà que son maître de rang vient lui demander son aide et notre entretien agréable se termine, et je me sens affamé. En attendant, je vais déguster un cocktail cubain au Thalassa bar à la poupe du navire en admirant le coucher de soleil, fumant un cigare comme il se doit au large des côtes de Cuba.

Philippe

FORFAIT BOISSON OU PAS : FAIRE LE BON CHOIX

Les boissons à bord.

En ce qui concerne les boissons, vous pouvez les transporter du bar à votre table si vous n’avez pas terminé votre apéritif. Vous pouvez aussi, à la fin d’un repas, emporter votre bouteille d’eau non terminée dans votre cabine. Si votre bouteille de vin n’est pas terminée, votre serveur marque la bouteille avec votre nom et vous la resservira un autre soir. Au buffet, pendant les heures d’ouverture, l’eau est gratuite ainsi que quelques jus de fruits. La plupart des compagnies, sauf parfois une tolérance d’une ou deux bouteilles, n’acceptent pas que vous embarquiez avec vos bouteilles. Des forfaits boissons, alcoolisés et non alcoolisés, vous seront proposés avant votre croisière mais vous pourrez aussi les acheter à bord. Testez la première journée et optez ou non pour l’achat d’un forfait boissons. Vérifiez bien si les boissons au forfait sont servies en bouteille ou au verre !

Vous pourrez aussi profiter du cocktail du commandant ou, comme le fait Celebrity Cruise, être accueilli le premier jour avec un cocktail gratuit. Le jour où vous ferez partie des clients fidèles, vous serez invités à des cocktails pour vous remercier de votre fidélité, vous aurez droit dans votre cabine à une bouteille de vin pétillant, voire de champagne, accompagnée de fruits ou de canapés froids.

Découvrez le cocktail du jour indiqué sur le journal de bord, qui consiste en un cocktail à prix réduit chaque jour différent. Vous pouvez ainsi économiser quelques euros et découvrir de nouveaux cocktails.

Profitez du 5 à 7 Happy Hour, servi dans un bar précis pour une période déterminée : à deux consommations pour le prix d’une, c’est avantageux.

Participez aux dégustations d’alcool, de bière, whisky, martini et mojito proposées dans les bars. Vous pourrez essayer de 5 à 6 versions de votre breuvage préféré tout en écoutant les informations du barman. Les portions sont plus petites, mais vous gagnerez au change, le coût de ces offres varie de 1 à 0,20 €. Assistez aux cours d’œnologie, même payants, ils sont accompagnés de toasts.

Si vous réservez certains types de cabines, vous pourriez y trouver une bouteille de champagne au départ de la croisière. Certaines compagnies offrent les forfaits d’alcool gratuitement aux clients qui réservent les suites.

C’est le cas des compagnies de croisières de luxe qui incluent pour la plupart les boissons dans le prix du voyage. Les croisières fluviales sont aussi pour la plupart en formule tout inclus.

Soyez fidèle à votre agent de voyages ; il pourrait bien vous offrir une attention VIP qui vous attendra dans votre cabine pour vous remercier de votre fidélité ou pour marquer un événement de votre vie.

 - Bouteille d’eau.

 Les bouteilles d’eau sont payantes (de 2 à 7€).

Il peut être toléré de ramener d’excursion une petite bouteille d’eau.

Si vous avez un pack de bouteilles d’eau au restaurant, rappelez-vous qu’il vous est possible d’emporter dans votre cabine la bouteille non terminée. Petite astuce : remplissez votre bouteille aux distributeurs d’eau pendant vos repas.  Un sigle sur le distributeur n’autorise pas à remplir une bouteille, mais un verre oui… alors redevenez enfant et transvasez comme l’arrosoir dans le seau sur la plage de votre enfance.

Sachez qu’au prix de la boisson s’ajoutent les 15 % de taxes et services à bord.

- Alcool.

La majorité des compagnies n’acceptent pas que vous apportiez vos bouteilles de vin. Certaines comme Carnival Cruises tolèrent une à deux bouteilles embarquées. Le droit de bouchon est possible mais pour les groupes. Alors il faut bien évaluer les forfaits boissons proposés. Une chose est certaine : une bouteille de vin achetée à bord est moins chère que la consommation de plusieurs verres.

Philippe.

Encore assoiffé de trucs et astuces, cliquez-ici.

ESCALE EN JAMAÏQUE AVEC LE CELESTYAL CRYSTAL

MONTEGO BAY

À l’instar des jeux, mots fléchés, rébus dans la série : « cherchez l’intrus », l’escale à Montego Bay se pose en problème à résoudre. Pourquoi le Celestyal Crystal ne ferait-il pas uniquement des escales sur Cuba ? C’est donc la seule façon pour Celestyal Cruise de proposer son produit au marché américain.

Excursion farniente à Negril Beach.

Une plage courbe de 9 kilomètres de long bordant de sa blancheur les eaux cristallines des Caraïbes ; voilà ce qu’il nous attend…un enfer !

Côté pratique pour l’avoir expérimenté, il vous faut des dollars us avant de débarquer si vous voulez éviter de perdre du temps à dénicher un distributeur de billets en monnaie US. Ils sont assez rares et ne fonctionnent pas souvent. Chaque trajet dure 1 h 30 environ, mais grâce à notre guide papa Pierre( www.jamaicaidealtours.com) passe beaucoup plus vite. Drôle et compétent c’est l’un des rares guides pour ne pas dire le seul à parler français à Montego Bay. Il nous apprend beaucoup de choses, comme :

-Les mots-clés en Jamaïque, c’est « Ye men ». Ce qui veut dire que tout va bien, et qu’il n’y a pas de problème.

-Tout est légal sauf quand il y a la police.

-Des solutions à tous les problèmes, mais il y a plein de problèmes en Jamaïque.

La plage est somptueuse, équipée de transats et de parasols, les restaurants à même la plage proposent de la langouste grillée en menu pour une somme de 35 $ us taxes comprises. Ici la brise marine ne porte pas l’odeur salée de la mer des Caraïbes

Montego Bay
Negril Beach

, ni même la senteur de l’huile solaire ; mais plutôt celle de la marijuana. Elle flotte partout, les joints grésillants sont aussi nombreux que les coquillages. Les rastas et les vendeurs passent avec une batterie de joints. À côté de mon transat un couple américain à la retraite fume sans vergogne. Et en tant que blogueur, après la langouste il faut bien que je teste les spécialités locales… » Ye men »

Sur le chemin du retour nous faisons halte au Rick’s Café où les boissons sont chères, car des plongeurs font le clou du spectacle en se jetant des rochers. Vous pouvez aussi tenter le plongeon à deux hauteurs. La dernière est vraiment haute, et il faut se boucher le nez pour éviter un lavage violent des sinus.

C’est une belle parenthèse dans cette croisière.