TOUT SAVOIR SUR LES EXCURSIONS PREMIERE PARTIE

Les compagnies, toujours à l’affût d’augmenter leur revenu, négocient d’arrache-pied avec les agences qui organisent les excursions à terre. Si les conditions qu’exige une compagnie ne sont pas acceptées par un prestataire habituel, elles en changent et travaillent avec celles qui les acceptent. Il est donc toujours intéressant de traiter avec un prestataire différent de celui qui opère avec la compagnie. Les contrats aux minima négociés affectent  la qualité et c’est une mauvaise affaire pour le passager, qui peut avoir un mauvais guide ou un bus miteux.

 Éclairage.

a/ Gagner du temps.

Maximalisez votre temps en escale. Il arrive qu’une compagnie vous explique que la réservation préalable de ses excursions vous permettra d’économiser du temps plutôt que de le faire vous-même. Elle vous promet de livrer vos billets dans votre cabine, d’organiser les points de rendez-vous, de s’assurer que l’itinéraire est bien planifié et vous assure que son programme de visite est calculé pour que vous puissiez passer un temps maximal en escale.

Est-ce exact ? Cela peut l’être. Mais aujourd’hui, avec des navires de 150 à 6 000 passagers et en raison du nombre de participants, c’est un défi croissant pour les compagnies. Une compagnie doit répondre de milliers de passagers, organiser les réservations, programmer les horaires de départ et de lieu de rendez-vous, éditer et distribuer les billets en cabine, gérer et planifier la logistique sur le quai, etc… C’est une tâche de grande envergure et même si la plupart des navires ont une excellente organisation des excursions, certains problèmes émergent. Chaque compagnie agit comme un intermédiaire, elle doit coordonner ses excursions avec tous les opérateurs touristiques locaux et les agents portuaires à chaque escale. Avec autant de parties concernées, la marge d’erreur augmente et se concrétise par des réservations incorrectes, des informations inexactes, des heures de départ retardées et plus de réservations que de sièges de bus. Corriger toutes ces erreurs ne vous épargne pas beaucoup de temps.

« Mais je ne veux pas manquer le bateau » ! Les compagnies de croisières insistent également sur l’idée qu’en réservant à bord vous serez sûrs de retourner au navire à l’heure. Et même si un bus a un problème technique, le navire attendra. Mais ne soyez pas dupes : dans chaque port, chaque tour-opérateur est conscient que les passagers des navires de croisière ont des contraintes horaires ; vous n’êtes pas le premier qu’un tour-opérateur a pris en charge. Le tourisme de croisière est une source majeure de revenus dans de nombreux ports à travers le monde. Par conséquent, les habitants savent très bien à quel moment arrive un navire de croisière et à quelle heure les passagers doivent être de retour à bord. Il est quand même prudent de préciser à votre chauffeur indépendant l’heure à laquelle vous devez être à bord afin de mieux planifier votre excursion, mais il n’est certainement pas dans l’intérêt de quiconque de vous faire manquer votre bateau.

 Que faire en cas de problème ?

Précaution impérative : que vous preniez un tour organisé par la compagnie ou que vous vous débrouilliez par vous-même, emportez avec vous le journal de bord que le navire fournit à chaque port. Là sont inscrites les coordonnées de l’agent portuaire local, qui est en communication constante avec le navire quand il est au port. Si un incident survient, l’agent portuaire doit être contacté immédiatement et il transmettra les informations nécessaires au navire.

Pour la suite si le sujet vous intrigue, c’est ICI en 1 clic

LE MAÎTRE D’HÔTEL DU CELESTYAL CRYSTAL

Un colosse en mer.

À bord il est appelé Maître D, c’est le pilier du bien-être des estomacs à bord. Pilier est bien le mot approprié, de par sa taille Adrian Zamfir, née à Bucarest est un véritable colosse. De la hauteur de son 1,98 m il domine toute la gestion des restaurants, buffet, point d’alimentation et des effectifs liés au service à bord. Cet ancien chef dans un restaurant français à Bucarest travaille dans la compagnie depuis 23 ans.

Adrian a une certaine admiration pour la cuisine française ; pour lui c’est l’essence de la gastronomie qui s’est répandue dans le monde comme un exemple ou une source d’inspiration à suivre. À ce propos le vin qui est compris dans la forfait boisson est français.  Un briefing a lieu chaque soir dans les cuisines pour goûter tous les plats préparés, il les teste, même ceux qui sont préparés par le chef. « C’est une routine nécessaire pour s’assurer de la qualité de nos plats que nous servons à nos hôtes, et il rajoute you make it or you break it !»

Sa vision est l’authenticité ; celle des pays que nous abordons pendant notre croisière. Nous proposons des plats de spécialités locales pour que nos hôtes à bord soient plus imprégnés par l’ambiance du pays. Sur cet itinéraire, par exemple, en plus d’autres mets locaux servis au buffet et au restaurant, nous proposons de la langouste, certes, avec un supplément, car c’est un mets qui est devenu cher ; mais comment raisonnablement ne pas proposer ce plat typique de Cuba. Bien sûr, nous confectionnons aussi des plats internationaux pour satisfaire toutes les nationalités.

Ses yeux pétillent quand il parle de son métier. La plus grande expérience, c’est le restaurant et le buffet. J’aime mon métier et j’aime par-dessus tout me rendre compte par moi-même de la satisfaction de nos hôtes. J’observe ce qui se passe à table tous les jours et plusieurs fois par jour. Je questionne les passagers pour savoir si tout va bien pour eux, s’ils sont satisfaits.

Un colosse en mer
Maître d’hôtel du Celestyal Crystal

 

Anecdote.

Je demande à Adrien de me raconter une anecdote, il réfléchit, car il en a tant, et je lui précise une anecdote drôle. « Oui, au buffet je remarquais qu’un passager avait laissé un bol plein sur sa table, alors je lui ai demandé ce qui n’allait pas, et il m’a répondu que la soupe était froide. Étonné je suis allé vérifier au buffet et la soupe à l’oignon proposée ce jour-là était bien chaude dans son contenant chauffé. Je suis revenu à sa table et j’ai regardé le contenu de son bol et j’ai compris ; il s’était servi l’une des sauces pour salade qui sont contenues dans des brocs avec une petite louche pour assaisonner son assiette. Nous avons bien ri ce jour-là tous les deux.

Mais voilà que son maître de rang vient lui demander son aide et notre entretien agréable se termine, et je me sens affamé. En attendant, je vais déguster un cocktail cubain au Thalassa bar à la poupe du navire en admirant le coucher de soleil, fumant un cigare comme il se doit au large des côtes de Cuba.

Philippe

FORFAIT BOISSON OU PAS : FAIRE LE BON CHOIX

Les boissons à bord.

En ce qui concerne les boissons, vous pouvez les transporter du bar à votre table si vous n’avez pas terminé votre apéritif. Vous pouvez aussi, à la fin d’un repas, emporter votre bouteille d’eau non terminée dans votre cabine. Si votre bouteille de vin n’est pas terminée, votre serveur marque la bouteille avec votre nom et vous la resservira un autre soir. Au buffet, pendant les heures d’ouverture, l’eau est gratuite ainsi que quelques jus de fruits. La plupart des compagnies, sauf parfois une tolérance d’une ou deux bouteilles, n’acceptent pas que vous embarquiez avec vos bouteilles. Des forfaits boissons, alcoolisés et non alcoolisés, vous seront proposés avant votre croisière mais vous pourrez aussi les acheter à bord. Testez la première journée et optez ou non pour l’achat d’un forfait boissons. Vérifiez bien si les boissons au forfait sont servies en bouteille ou au verre !

Vous pourrez aussi profiter du cocktail du commandant ou, comme le fait Celebrity Cruise, être accueilli le premier jour avec un cocktail gratuit. Le jour où vous ferez partie des clients fidèles, vous serez invités à des cocktails pour vous remercier de votre fidélité, vous aurez droit dans votre cabine à une bouteille de vin pétillant, voire de champagne, accompagnée de fruits ou de canapés froids.

Découvrez le cocktail du jour indiqué sur le journal de bord, qui consiste en un cocktail à prix réduit chaque jour différent. Vous pouvez ainsi économiser quelques euros et découvrir de nouveaux cocktails.

Profitez du 5 à 7 Happy Hour, servi dans un bar précis pour une période déterminée : à deux consommations pour le prix d’une, c’est avantageux.

Participez aux dégustations d’alcool, de bière, whisky, martini et mojito proposées dans les bars. Vous pourrez essayer de 5 à 6 versions de votre breuvage préféré tout en écoutant les informations du barman. Les portions sont plus petites, mais vous gagnerez au change, le coût de ces offres varie de 1 à 0,20 €. Assistez aux cours d’œnologie, même payants, ils sont accompagnés de toasts.

Si vous réservez certains types de cabines, vous pourriez y trouver une bouteille de champagne au départ de la croisière. Certaines compagnies offrent les forfaits d’alcool gratuitement aux clients qui réservent les suites.

C’est le cas des compagnies de croisières de luxe qui incluent pour la plupart les boissons dans le prix du voyage. Les croisières fluviales sont aussi pour la plupart en formule tout inclus.

Soyez fidèle à votre agent de voyages ; il pourrait bien vous offrir une attention VIP qui vous attendra dans votre cabine pour vous remercier de votre fidélité ou pour marquer un événement de votre vie.

 - Bouteille d’eau.

 Les bouteilles d’eau sont payantes (de 2 à 7€).

Il peut être toléré de ramener d’excursion une petite bouteille d’eau.

Si vous avez un pack de bouteilles d’eau au restaurant, rappelez-vous qu’il vous est possible d’emporter dans votre cabine la bouteille non terminée. Petite astuce : remplissez votre bouteille aux distributeurs d’eau pendant vos repas.  Un sigle sur le distributeur n’autorise pas à remplir une bouteille, mais un verre oui… alors redevenez enfant et transvasez comme l’arrosoir dans le seau sur la plage de votre enfance.

Sachez qu’au prix de la boisson s’ajoutent les 15 % de taxes et services à bord.

- Alcool.

La majorité des compagnies n’acceptent pas que vous apportiez vos bouteilles de vin. Certaines comme Carnival Cruises tolèrent une à deux bouteilles embarquées. Le droit de bouchon est possible mais pour les groupes. Alors il faut bien évaluer les forfaits boissons proposés. Une chose est certaine : une bouteille de vin achetée à bord est moins chère que la consommation de plusieurs verres.

Philippe.

Encore assoiffé de trucs et astuces, cliquez-ici.

ESCALE EN JAMAÏQUE AVEC LE CELESTYAL CRYSTAL

MONTEGO BAY

À l’instar des jeux, mots fléchés, rébus dans la série : « cherchez l’intrus », l’escale à Montego Bay se pose en problème à résoudre. Pourquoi le Celestyal Crystal ne ferait-il pas uniquement des escales sur Cuba ? C’est donc la seule façon pour Celestyal Cruise de proposer son produit au marché américain.

Excursion farniente à Negril Beach.

Une plage courbe de 9 kilomètres de long bordant de sa blancheur les eaux cristallines des Caraïbes ; voilà ce qu’il nous attend…un enfer !

Côté pratique pour l’avoir expérimenté, il vous faut des dollars us avant de débarquer si vous voulez éviter de perdre du temps à dénicher un distributeur de billets en monnaie US. Ils sont assez rares et ne fonctionnent pas souvent. Chaque trajet dure 1 h 30 environ, mais grâce à notre guide papa Pierre( www.jamaicaidealtours.com) passe beaucoup plus vite. Drôle et compétent c’est l’un des rares guides pour ne pas dire le seul à parler français à Montego Bay. Il nous apprend beaucoup de choses, comme :

-Les mots-clés en Jamaïque, c’est « Ye men ». Ce qui veut dire que tout va bien, et qu’il n’y a pas de problème.

-Tout est légal sauf quand il y a la police.

-Des solutions à tous les problèmes, mais il y a plein de problèmes en Jamaïque.

La plage est somptueuse, équipée de transats et de parasols, les restaurants à même la plage proposent de la langouste grillée en menu pour une somme de 35 $ us taxes comprises. Ici la brise marine ne porte pas l’odeur salée de la mer des Caraïbes

Montego Bay
Negril Beach

, ni même la senteur de l’huile solaire ; mais plutôt celle de la marijuana. Elle flotte partout, les joints grésillants sont aussi nombreux que les coquillages. Les rastas et les vendeurs passent avec une batterie de joints. À côté de mon transat un couple américain à la retraite fume sans vergogne. Et en tant que blogueur, après la langouste il faut bien que je teste les spécialités locales… » Ye men »

Sur le chemin du retour nous faisons halte au Rick’s Café où les boissons sont chères, car des plongeurs font le clou du spectacle en se jetant des rochers. Vous pouvez aussi tenter le plongeon à deux hauteurs. La dernière est vraiment haute, et il faut se boucher le nez pour éviter un lavage violent des sinus.

C’est une belle parenthèse dans cette croisière.

PETITS SECRETS POUR MIEUX VOUS RESTAURER EN CROISIERE

 Les petits secrets.

 Vous n’êtes pas limités à une entrée, plat, dessert lorsque vous dînez au restaurant principal. Vous pouvez commander plus sans que cela soit vous soit facturé.

Vous pouvez également commander des portions plus petites et des plats sans sauce, ou adaptés à vos besoins, en le demandant avec le sourire à votre serveur, (n’oubliez pas le chapitre sur les pourboires). Le service en cabine est généralement gratuit mais certaines compagnies appliquent des frais supplémentaires. Renseignez-vous auparavant, sinon vous risquez de voir facturé votre petit-déjeuner continental, par exemple.

Le premier soir de la croisière, beaucoup de passagers dînent au restaurant principal ou au buffet : ils n’ont pas encore découvert les restaurants de spécialités. C’est une option intéressante à étudier car non seulement vous n’aurez aucun souci pour trouver de la place mais aussi vous pourriez obtenir quelques avantages. Par exemple, Carnival Cruise Line offre une bouteille de vin au passager qui dîne le premier soir au steak House. Si vous êtes amateur de glaces, sachez qu’aux heures d’ouverture du buffet elles sont gratuites, en libre-service et que vous pouvez vous servir autant de fois que vous le souhaitez.

Si vous souhaitez un repas tranquille, évitez le buffet qui peut être bondé le premier soir car tout le monde cherche ses marques. Consultez le journal de bord ou demandez à la réception un conseil pour trouver un restaurant plus calme. Ce sera d’autant plus facile sur les grands navires qui sont équipés de plusieurs dizaines de restaurants et bars.

Philippe.

Pour être resservi cliquez-ici

 

ESCALE A CIENFUEGOS AVEC LE CELESTYAL CRYSTAL

Vers 0600h du matin le Celestyal Cruise contourne des îles sauvages et verdoyantes, frôle des côtes escarpées et habitées, se faufile dans le chenal délimité par des bouées cardinales ; Cienfuegos n’est pas à la portée des grands paquebots.

Point de départ pour Trinidad.

C’est le point de départ pour une excursion vers Trinidad et c’est que j’ai choisi en sacrifiant la visite de Cienfuegos. Le temps de route est d’une 1 h 30 environ, alors que la guide qui enseigne le Français dans un lycée explique la région et ses particularités je regarde le paysage montagneux et vert. Cuba veut bien dire terre fertile et ici tout pousse à peu près correctement. Les nids-de-poule baissent la vitesse moyenne du bus, mais le chauffeur les connaît parfaitement. Des perruches bigarrées s’élancent d’un palmier, (symbole de l’arbre national à Cuba) et tracent de leur vol rapide le bleu azur taché de quelques nuages blanc. Les 80 kilomètres sont avalés en 1 h 20, et le bus roule lentement dans les rues pavées de la ville. Un petit conseil, évitez de chausser des tongs ; votre marche sera pénible et vos pieds douloureux en fin de journée.

Vivre Trinidad.

Ne manquez pas de visiter le palais Cantero qui abrite le Museo Historico Municipal. La tour qui coiffe le palais est accessible par des escaliers ; prenez après les marches en dur, les escaliers en bois peint en bleu, c’est un peu acrobatique mais c’est une vue à 360° sur Trinidad qui vaut le coup d’œil. Rendez-vous à la tabernita, la Canchàchara pour siroter quelques savoureux cocktails frais à base d’aguardiente, de citron vert de miel et de glace dans une ambiance musicale d’un orchestre cubain. Déambulez dans la ville coloniale la mieux préservée de l’île, et classée au patrimoine mondial de l’humanité. Les scènes que vous pourrez immortaliser avec votre appareil sont sans égal, et une régale architecturale de tons bigarrés. J’ai déjeuné dans un restaurant qui m’a expulsé du temps.

 Déjeuner hors du temps.

Les propriétaires du 1514 ont récupéré une vaisselle incroyable, et c’est un véritable musée consacré à l’art de la table qui décore toutes les pièces. Des horloges contoises qui ne marquent plus le temps, comme des sentinelles gardent des couverts argentés, des ensembles complets de table, des soupières, verres, assiettes qui se comptent par centaines. Je ne pouvais imaginer un seul instant déjeunant dans de la vaisselle en porcelaine de Limoges. Déjeuner improbable dans une atmosphère surréaliste. Trinidad est aussi belle, paraît-il le jour que la nuit, mais pour le savoir je devrais revenir

Un retour précipité.

Le bus m’attend et le navire appareille dans quelques minutes et nous arrivons 20 minutes après l’heure de retour à bord. Nous courrons sur le quai ; le Commandant actionne un bref coup de sirène en guise de remontrance. Je me demande si une autre compagnie aurait attendu une quinzaine de français indisciplinés ; j’espère ne jamais le savoir !

Ville coloniale Trinidad
Ruelle à Trinidad

CONSEILS POUR VOUS RESTAURER A BORD DES NAVIRES DE CROISIERES

Se restaurer et boire à bord

Les restaurants de spécialités sont très souvent avec supplément. N’oubliez pas que l’on mange très bien au restaurant principal et sans supplément.

 Le dîner.

 Sauf si vous ne voulez pas rencontrer d’autres passagers, évitez de demander une table pour deux. Ces tables sont souvent situées à l’arrière du restaurant, dans des endroits de passage, dans des recoins. Les grandes tables offrent une excellente occasion de rencontrer des gens différents, de créer des liens de convivialité.

Formel, informel, élégant, décontracté, tenue de ville… Tous ces termes font partie de la littérature de la croisière. Lisez attentivement le journal de bord en ce qui concerne le code vestimentaire. Beaucoup de navires refusent l’entrée du restaurant aux passagers qui ne sont pas habillés correctement.

  Quelques conseils sur la restauration à bord des navires de croisière.

 Les tentations sont grandes.  Choisissez votre dîner à bon escient. Les buffets offrent une certaine flexibilité mais ils sont aussi très alléchants et vous seriez tentés de manger plus que nécessaire. Il n’est pas si facile d’évaluer la quantité de nourriture que nous mettons sur un plateau. J’ai vu souvent des plateaux débordant de pizzas qui ne seront probablement pas consommées ; ces portions de pizza iront directement à la poubelle. Beaucoup de gâchis résulte ainsi d’une mauvaise évaluation. Il vaut mieux se servir par petites quantités et se resservir si besoin est.

Vous serez sollicités du matin au soir : petit-déjeuner pour les lève-tôt, petit-déjeuner pour les lève-tard, déjeuner qui suit presque tout de suite après, thé, apéritif entre amis, dîner et petite portion de pizza au buffet  de minuit ou glace tardive, en passant par les bars à chocolat, bars à bulles, tavernes bavaroises, etc, etc, etc…

Si vous suivez un régime alimentaire particulier, sans gluten par exemple, si vous souffrez d’une allergie ou d’une intolérance alimentaire, si vous êtes atteints de la maladie cœliaque, de diabète, si vous êtes végétaliens ou végétariens, vous pourrez disposer de plats spécifiques. Lorsque vous partez en excursion, vous pourrez demander un repas adapté à votre régime.

Certaines compagnies de croisières proposent des plats casher, comme Royal Caribbean qui porte énormément d’attention à ses passagers de confession juive. Certains itinéraires sont spécifiquement programmés pour éviter de partir entre le vendredi et le samedi soir pour respecter le sabbat. À bord, des cérémonies sont organisées de façon à ce que chacun puisse y participer en toute tranquillité. Costa croisières, MSC croisières programment à certaines dates des croisières typiquement casher qui sont vendues par des agences spécialisées. Ces dernières proposent des produits différents des compagnies de croisières traditionnelles. Si vous ne partez pas pour une de ces croisières spécifiquement casher, il faudra vous renseigner au moment de la réservation afin de savoir si vous pouvez avoir un menu spécial ; ce service peut générer un supplément sur votre facture. Toutes les compagnies ne proposent pas de repas casher pour les individuels.

Philippe.

Encore affamé de trucs et astuces: cliquez-ici

VISITE DE LA PASSERELLE DU CELESTYAL CRYSTAL

L’invitation.

J’entends un glissement provenant de la porte de ma cabine ; c’est une feuille de papier sur laquelle le directeur de croisières m’invite à visiter la passerelle. C’est toujours un plaisir ; on apprend toujours beaucoup d’informations.

L’accès est très sécurisé avec 2 portes dont l’une est blindée avec un code de sécurité d’accès qui change souvent, par sécurité on ne me précise pas qui, quand, comment.

Techniques de navigation.

La vue est imprenable à 180°, la navigation se fait par GPS bien sûr. Une route est tracée et le navire doit absolument la suivre pour des raisons évidentes de navigation, ce qui induit la sécurité avant tout, l’économie de carburant et le respect des heures d’escales. Le Celestyal Crystal peut consommer du simple au double en fonction de l’état de la mer, du chargement des denrées alimentaires, du carburant et de la consommation à bord. La cuisson des aliments a une incidence sur la dépense énergétique, par exemple la cuisson au four de pomme de terre est plus énergivore que la cuisson à l’eau. Je vous le donne en mille, en général les croisiéristes adorent les patates rôties. Ils dégusteront probablement des patates bouillies à la maison s’ils n’ont pas maîtrisé leurs dépenses. Le poste le plus énergivore est bien sur l’électricité incluant la climatisation. Pendant cette croisière le carburant est chargé en Jamaïque à Montegobay.

Navigation Celestyal Crystal
Passerelle Celestyal Crystal

Cet ancien ferry possède une proue renforcée et adaptée à la navigation en milieu polaire. Construit en 1982 d’importantes modifications techniques ont été apportées depuis pour diverses raisons. Le capitaine, son second et les officiers en capacité de piloter doivent se servir d’un sextant en cas de panne généralisée ; ils s’entraînent régulièrement à son utilisation. Le point est aussi précis que des coordonnées d’un GPS, sauf que le temps d’effectuer des calculs complexes, le navire change de position à cause du vent ou des courants. C’est une mesure de secours en cas d’extrême nécessité. Chaque année les mesures de sécurité évoluent en se basant sur des problèmes survenus sur les navires qui sillonnent les mers du globe. Grâce aux nouvelles technologies, les autres navires croisant le Celestyal Crystal sont détectables à quarante milles nautiques et via satellite.

Superstition de marin.

Je me souviens d’avoir visité la passerelle du Costa Luminosa et la superstition des marins avait pour effet qu’un gousse d’ail soit suspendue sur une cloison et d’autres médailles de Saints pour conjurer le mauvais sort Ici, plusieurs médailles de Saint Joseph sont accrochées sur un mur et sont là pour protéger l’équipage ; ce qui fait qu’une dizaine de paires d’yeux ne les quittent jamais.

COMMENT PROFITER DES DIVERTISSEMENTS ET ANIMATIONS EN CROISIERE

Les divertissements/animations

Surtout, lisez tous les jours le journal de bord qui comporte des indications très précieuses. Vous le recevez chaque soir dans votre cabine, mis en évidence sur votre lit. Il indique les activités et les événements du lendemain : vous n’avez que l’embarras du choix

Ils sont quotidiens et certains sont payants, comme des dégustations de vin, des cours de Yoga ou de Pilates. Lisez bien votre journal de bord, consultez-le chaque soir dans votre cabine ou sur les bornes interactives de votre navire pour faire votre choix.

Inscrivez-vous aux jeux à bord proposés par l’équipe d’animation. Le gagnant est toujours récompensé

 Bien être, Massages et soins au spa.

 Les spa offrent souvent des réductions le premier jour et quand le navire est à quai ou au mouillage.

Si vous êtes plusieurs dans votre cabine et qu’il y a la queue pour prendre votre douche utilisez les douches des spa, vous aurez aussi accès à des serviettes et aux produits de bain

En général, c’est plus cher qu’à terre, c’est un plaisir qui peut vous coûter cher. Il faut saisir les opportunités, il y a des remises quand le navire est à quai, ou en fin de journée en fonction de la fréquentation du spa. Les prix varient de 40 à 200€.

Visitez et utilisez les piscines ou le centre de spa lorsque le navire est à quai. Vous aurez tous ces espaces pour vous alors que tout le monde est en excursion.

Sur de nombreux navires vous pouvez utiliser les hammams ou les saunas et les douches du spa sans avoir à payer un traitement. Ils sont situés, en général, juste à l’entrée de la salle de fitness.

 Bébés, enfants et adolescents.

Beaucoup de compagnies accueillent les enfants dans un univers qui leur est dédié, le club enfant est organisé par tranche d’âge et les animations varient en fonction des navires. Les bébés à partir d’un certain âge et conditions sont aussi les bienvenus dans ces clubs avec la présence d’un des parents. Ces services sont gratuits. Si vous voyagez avec des enfants, rencontrez le responsable du club enfant dès le premier jour. Chaque navire à ses propres horaires et ses règles pour garder les enfants. Si vous achetez les excursions à bord, vous serez favorisés pour les faire garder pendant le temps de votre excursion.

 Les spectacles.

Si vous voulez avoir les meilleures places au théâtre pour un spectacle qui vous tient à cœur, présentez-vous dix minutes à l’avance et installez-vous sur les fauteuils devant la scène

 Casino et jeu de bingo.

 Si vous voulez économiser votre argent, ne jouez pas, mais il y a une petite astuce. Si vous êtes un client fidèle, certaines compagnies offrent un crédit de x euros pour jouer au casino. Allez à la caisse, on vous donnera des jetons, qui seront échangeables en véritables jetons pour la roulette ou le black-jack. Jouez-en un, si vous gagnez tant mieux, sinon retournez à la caisse pour toucher votre mise.

Les casinos sont de plus en plus grands et de plus en plus fastueux. Certains d’entre eux n’ont rien à envier à un casino de Las Vegas tant pour la décoration que pour l’équipement. La différence ? Les casinos à Las Vegas ou d’ailleurs se font concurrence et offrent certains avantages destinés à attirer la clientèle ; rien de tel sur un paquebot de croisière. Pas de concurrence, donc pas d’avantages. Avant d’entrer au casino, renseignez-vous sur les règles en vigueur pour le jeu qui vous intéresse. Ayez à l’esprit que les compagnies de croisières naviguent à travers les eaux internationales et ne sont pas soumises aux règles des autorités de jeu : elles créent leur propre règlement,  leur propre pourcentage de gain, leur propre cote afin de s’assurer de minimiser leurs pertes. Certes il n’est pas impossible de gagner, sinon les casinos seraient vides, mais c’est plus difficile qu’ailleurs.

Une astuce : sur la majorité des paquebots, vous pouvez utiliser votre carte de crédit à bord pour acheter des jetons et les utiliser au casino. Ces jetons peuvent être ensuite échangés contre de l’argent à tout moment. Si vous avez besoin de cash pour votre prochaine escale, achetez le montant dont vous avez besoin en jetons, puis changez-le en argent liquide au guichet du casino (sans oublier que les casinos ne sont ouverts que pendant la navigation dans les eaux internationales). Vous éviterez ainsi des frais de retrait à un guichet automatique.

Philippe.

Pour la suite du bingo cliquez-ici

ESCALE A LA HAVANE.

Les cinq choses à ne pas manquer pendant votre longue escale en journée sur le Celestyal Crystal.

Quelle que soit la façon de découvrir la Havane, en individuel ou en excursion organisée ; faites le avant 13 heures pour éviter les grosses chaleurs. Dans le prix de la croisière sont inclus en plus d’un package boissons, des taxes et pourboires ; deux excursions dont celle de la Havane en demi-journée. C’est une excursion avec guide parlant français qui est très complète et permet d’appréhender l’histoire de la Havane, riche, et d’un grand intérêt historique.

La Habana Vieja.

Ce quartier historique classé au patrimoine Unesco contient plus de 3 000 édifices de la période coloniale. En marchant sur ce véritable damier pavé ; s’offrent à notre regard des façades baroques, colorées, des patios qui contiennent une fraîcheur envieuse.

Sur les traces d’Ernest Hemingway.

L’hôtel Ambos Mundos situé dans la vieille ville conserve de nombreuses traces du séjour de l’écrivain américain. Hemingway avait ses bars favoris et avait aussi inventé des cocktails dont le Papa ; un daïquiri revisité, sans sucre, avec une double ration de « vitamine R » (c’est ainsi que l’écrivain nommait le rhum cubain) et du jus de pamplemousse. Vous pouvez déguster ce cocktail au bar la Florida, mais aussi prendre un cocktail dans son bar favori, la Bodegita del Medio.

 

DSC00288

Le Parque Historico Militar Morro Cabana.

Pour s’y rendre, il faut emprunter le tunnel construit par la Société des Grands Travaux de Marseille en 1958 afin de passer sur la rive orientale de la baie. Du Castillo vous aurez une vue imprenable sur la Havane et sa baie.

Tout savoir sur le rhum.

Le Museo del Ron Havana Club se situe à cinq minutes à pied de la gare maritime en sortant sur la gauche. Un guide francophone vous dévoilera les secrets des mélanges effectués en fût de chêne blanc américain et tout sur le « Ron Havana Club » le plus réputé de Cuba.Dégustation comprise.

Balade en taxi cubain.

Abandonnés par les riches familles américaines ; les Chrysler, Dodge, Cadillac, Pontiac…véritable manne transgénérationnelle pour les Cubains sont devenus taxis, moins chers que les nouveaux taxis, beaucoup plus fun. Comme les ongles manucurés et vernis de couleurs pétillantes de mains géantes sur la ville, ils cisèlent l’air des rues de la Havane de leurs courbes fuselées. Les chauffeurs augmentent le volume pour mieux diffuser le  reggæton dans le pavillon des oreilles de leurs passagers, peu habitués à ces sonorités exotiques. Ces taxis colorés qui représentaient la splendeur américaine des années cinquante et qui survivent plus de soixante ans après appellent à l’ironie de l’histoire et pimentent un peu plus cette expérience cubaine.

Philippe.

1ère communauté de confiance croisière