Archives pour la catégorie Non classé

Les 9 raisons de partir en croisière sur un petit navie

Les 9 raisons de partir en croisière sur un petit navire.

La tendance penche au gigantisme ; les compagnies majeures construisent leur nouveau navire aussi gros que possible. Ces nouveaux navires rivalisent d’attractions que l’on pensait impossibles en mer. Il est vrai que nous sommes toujours excités d’embarquer sur un navire de 200 000 tonneaux et plus.

Une croisière récente sur un plus petit navire le Celestyal Cristal  m’a fait prendre conscience et apprécier ce que les petits navires ont à offrir. Il existe bien quelques raisons pour lesquelles de nombreux croisiéristes adorent naviguer des navires de 60 000 tonneaux et moins.

Voici 9 bonnes raisons de naviguer sur un petit bateau de croisière, et pourquoi vous devriez au moins une fois, envisager une escapade sur l’un de ces navires surprenants.

Celstyal Crystal à quai, port de Cienfuegos, Cuba, Trinidad
Celestyal Cruise, Celestyal Crystal

Moindre coût à bord.

Dans la mesure où il y a moins d’attractions payantes à bord, de bar, de points de restauration à suppléments, bref de tentations, une petite glace par ici, un cocktail par là ; vous dépenserez donc moins que sur un géant des mers.

S’orienter plus facilement.

Il est plus facile de se repérer à bord, j’ai navigué sur des colosses des mers qui m’ont pris trois jours pour connaître la situation de ma cabine par rapport aux points d’intérêt de la croisière. Souvent égaré, car il fallait monter d’un ou plusieurs ponts pour traverser le navire. Beaucoup de temps gaspillé à chercher trouver, se perdre. Sur un petit navire, on se repère tout de suite et on se sent plus à l’aise.

 Moins de marche et plus de temps.

Bien que marcher soit bénéfique pour la santé, c’est quand même marquant de marcher plusieurs centaines de mètres pour se rendre au buffet au restaurant, revenir dans sa cabine, repartir. On passe du temps à marcher dans ces longues coursives désertes qui se succèdent sans fin, car on veut aller plus vite en évitant de traverser les salons, bars et casinos. J’ai bien aimé sur le Celestyal Crystal me rendre en quelques minutes là où je le souhaitais, cela signifiait plus de temps pour profiter du navire et moins de temps à le parcourir.

Une sensation de moins de monde.

C’est une évidence ; les ponts de la piscine sont proportionnels à la taille des navires, mais le fait est qu’avec moins de passagers, le navire ne paraît pas bondé. Trouver, une chaise longue vide n’a jamais été un problème. Selon la disposition du navire, la zone du buffet pourrait être un peu occupée, mais nous parlons d’une différence, entre plus de 6 000 croisiéristes à bord versus un peu plus de 2 000, et cela fait une grande différence. Cela signifie des espaces communs moins fréquentés.

Les raisons, petit navire de croisière
Pont tranquillité.

 Plus d’intimité.

Lors de ma récente croisière, j’ai été frappé par le cadre confortable des salons. Ils ne se sentaient pas à l’étroit. Sur les grands navires, il est facile de se sentir presque perdu, mais le cadre intime d’un petit bateau permet aux artistes de se connecter avec les passagers et de les connaître tout au long de la représentation. Vous êtes tout près d’eux, la musique est toute proche, et la sonorité plus authentique.

Plus d’escales qui sortent des sentiers battus.

Les grands paquebots ne peuvent accoster dans tous les ports ou même se faufiler sous chaque pont. Peut-être avez-vous remarqué qu’avec les compagnies de croisières envoyant des bateaux à Cuba en ce moment, seuls les plus petits navires peuvent visiter l’île comme ceux de la compagnie Ponant  ou encore les escales fouillées en Grèce que programme la compagnie de luxe Regent Seven Seas Cruises.

 

Pour exemple ; les plus grands navires qui ont pour programmation Londres doivent accoster à une heure de la city tandis que les plus petits navires comme ceux de Viking Ocean Cruises qui peuvent atteindre Greenwich.

Un contact plus facile avec le personnel de bord.

Le personnel à bord est une source importante pour passer une bonne croisière. Un petit navire facilite la connaissance de votre stewart de cabine , la rencontre avec les officiers, et aussi du commandant. C’est la meilleure expérience que vous aurez. Je faisais une séance de gym au centre de fitness du Celestyal Cristal et un monsieur m’a conseillé d’utiliser une machine plutôt qu’une autre, nous avons bavardé, le soir même à la soirée du commandant ; c’était lui !

Embarquement et débarquement plus rapides.

Point de file d’attente interminable pour prendre des chaloupes car les petits navires sont plus souvent à quai et proches du centre-ville. Les procédures d’embarquement d’un navire de moins de 2000 personnes sont plus rapides, on embarque plus tôt et on profite plus du premier jour à bord. La même chose vaut pour le débarquement. Mais gardez à l’esprit que si vous revenez au port et qu’il y a d’autres navires qui arrivent en même temps, vous aurez peut-être de longues files d’attente pour les douanes, car elles sont toutes acheminées dans la même zone.

Une croisière plus tranquille.

Pour ceux qui partent en croisière pour trouver la paix et la tranquillité, un petit bateau ressemble moins à un parc à thèmes qu’à une station balnéaire tranquille et flottante. Vous n’avez pas les sifflets de rassemblement, les annonces des mégas navires qui ne sont que des faiseurs de bruit. Il n’y a rien de plus doux que le doux chuintement de la mer le long de la coque et la douce solitude d’être en mer sans chaos aux alentours.

Philippe.

Plume-Blog-croisiere

Costa Croisières récompense ses meilleurs vendeurs 2017 : décodage.

Le palmarès en France compte 28 lauréats pour l’année 2017. 

Cette année, la 25e édition des Lauréats de la mer s’est déroulée sur le Costa Favolosa lors d’une mini-croisière de 3 nuits au départ de Savone avec deux escales à Marseille et Barcelone. 1800 agents de voyages venus de 32 pays ont été invités pour recevoir leur trophée dans une ambiance glamour. Une célèbre animatrice et actrice italienne, Natasha Stefanenko, était au micro, entourée des dirigeants de la compagnie et du directeur de croisière du navire.

Costa Croisières récompense ses meilleures agences de voyages

Lauréats de la mer 2018

Au plan régional.

9 agences sont récompensées. Ce qui signifie que ces agences de voyages sont des partenaires de la compagnie et que leur niveau de vente de croisière est le plus élevé en région. Ces agences vendent aussi d’autres formules de voyages, et ne sont pas spécialisées uniquement sur la croisière.

- Provence – Languedoc : Juen Voyages du réseau Thomas Cook situé au Pontet.

- Est : LK Tours.

- Côte d’Azur : Cap Croisières Voyages.

- Rhône-Alpes : Voyages Girardot.

- Paris – Île-de-France – Centre : Voyages Rive Gauche Versailles.

- Ouest : E. Leclerc Voyages Nantes.

- Sud-Ouest : E. Leclerc Voyages Roques-sur-Garonne.

- Nord – Normandie : Tibo Tours.

- Dom-Tom : Groupe Roger Albert Voyages.

Dans le domaine vente groupes et individuels en France. 

- Meilleure Agence « Ventes Groupes » : Salaün Holidays situé à Rennes.  Ce voyage basé à Rennes organise des circuits et des croisières.

- Meilleure Agence « Ventes Individuelles Métropole » : Croisiland, spécialisée sur la croisière et qui vend de la croisière via leur site internet.

Dans le cadre de la plus belle progression des ventes.

- Meilleure Agence « Progression Outre-Mer » : ATOM.

- Meilleure « Progression Groupes Internet » : Croisière Club.

Le meilleur partenaire « autocariste » avec trois ex æquo :

- Euromoselle Loisirs à Florange, Sabardu Tourisme à Les Pennes-Mirabeau et Richou Voyages.

Les meilleures agences de réseau :

- Meilleur Partenariat Réseau : Selectour.

- Meilleure « Opération Commerciale » : Thomas Cook.

Les prix spéciaux par thématique.

- Meilleures Ventes catégorie Total Comfort : Cruiseline. Cette agence en ligne a vendu le plus les catégories de cabine en catégorie Comfort.

- Ventes Tour du Monde : une nouvelle fois, Jet Travel à Monaco. Cette agence en ligne travaille en petite équipe et possède une agence physique à Fontvieille.

- Ventes Costa Extra : CFA de Voyages à Paris. Leurs ventes ont été faites via le site de réservation en ligne de la compagnie, élaborée pour les agences de voyages.

- Ventes Croisières à thème TV : Croisières d’exception Média up – GULLI.

- Vente Croisières à thème : Voyages Chabannes.

Prix spécial Fondation Costa. La compagnie par cette récompense affiche ses engagements en matière de solidarité.

-  Grand Bleu voyages (Fondation Louis Lépine).

Over the Top. 

C’est la récompense la plus forte et symbolique qui sacre sur les trois dernières années les meilleures agences de voyages en matière de volume global de ventes.

- E-Business European Top Seller : Cruiseline basée à Monaco. Son ancien nom était Qcns Cruiseline. Meilleures ventes sur le marché européen.

-Penchard Voyages à Basse-Terre en Guadeloupe. Cette agence a été la première a vendre des croisières en port/port et a étoffé ses ventes sur toute la production de la compagnie.

-AB Croisières à Nice. Agence en ligne qui fait partie du groupe Promovacances.

- Syltours à Boulogne qui est le plus gros vendeur de groupe en France pour la compagnie.

C’est une énorme organisation qui mobilise beaucoup de ressources et les invités ne s’y trompent pas ; c’est un événement très attendu par les partenaires de Costa Croisières  et qui prennent plaisir à se retrouver, et aborder les cadres de la direction dans un environnement moins formel, mais toujours très professionnel.

Philippe.

logo-signature-articles

HURTIGUTEN : LES RAISONS D’EMBARQUER.

Qui est Hurtigruten ? Rappel.

Presque imprononçable comme la marque d’une bière, cette compagnie n’en a pas moins les saveurs de croisières qui ne ressemblent à aucune autre. L’origine vient de l’express côtier norvégien qui transportait des marchandises il y a 125 ans de cela. Aujourd’hui fret et passager se partagent les accostages sur 34 ports de la Norvège tout au long de l’année de Bergen à Kirkeness. Mais pas seulement, la compagnie s’est diversifiée, et avec ses 12 navires elle sillonne aussi l’Arctique avec ses navires d’expédition.

Des croisières atypiques.

Pendant que vous voyagez à bord, le navire travaille, du fret est embarqué et débarqué, ainsi que des véhicules comme des voitures et camions.  Vous ferez escale sur des ports qui ne font pas partie de la programmation des grands navires de croisière, car ils sont précisément trop grands. À bord, vous ne trouverez pas de salle de spectacle, de casinos, de piste de karting, mais une ambiance authentique et une nourriture d’exception concoctée avec des produits locaux et frais la plupart du temps. Toutes fois, certains navires sont équipés de salle de fitness et de bains bouillonnants.

Des escales peu courues à l’observation des aurores boréales.

Les escales sont courtes parfois et peuvent être faites en solo. Pour les excursions plus longues, vous pouvez vous organiser avec un réceptif en amont de votre départ mais peu de chances d’avoir un guide parlant français. La compagnie Hurtigruten propose des croisières avec un accompagnateur français ; sachez qu’à bord la langue de Shakespeare aux accents allemand et norvégien bat son plein. Cela dit, vous découvrirez la Norvège profonde, des paysages à couper le souffle et qui sort des sentiers battus. Pendant la période des aurores boréales, les navires les poursuivent ; vous les verrez probablement mais pour les immortaliser il faut être bien équipé en matériel photographique sous peine de déception.

 Pas de dress code.

La vie à bord d’un navire de la compagnie Hurtigruten  est décontractée, pas de chichis et en dehors de l’été il faut être couvert chaudement. C’est une navigation bucolique, parsemée d’animations, calme et repos, en dehors du débarquement du fret. Vous ne verrez point et n’entendrez point d’enfants criards et courant dans les coursives, sautant sur les fauteuils sous l’œil impavides des parents !  Petit conseil au sujet, choisissez une cabine haut placée pour être au calme et en fonction du trajet et du débarquement du fret prenez à tribord ou babord.

Croisière certes, mais originale qui vaut le détour, car elle ne ressemble à aucune autre croisière classique, c’est une expérience inédite pour découvrir la Norvège.

Philippe.

Portraits sur le Celestyal Crystal.

J’ai souhaité interroger quelques personnes à bord et voilà leurs impressions.

Primo croisiéristes.

Marc et Patricia font leur première croisière. Marc n’a pas pris de vacances depuis longtemps et c’est la première fois que Patricia et Marc passent leurs vacances ensemble. Gros bosseurs, cette croisière est un bol d’oxygène et un grand moment de détente.

Primo croisièristes Celsetyal Crystal en croisière sur Cuba
Primo-croisièriste

Ce qu’ils aiment :

La multi destination, c’est une évidence pour la croisière, mais c’est l’un de ses atouts majeurs. Dans un club, on est obligés de se déplacer assez loin tous les jours pour visiter. L’ambiance assez individuelle ; chacun fait ce qu’il veut en dehors des excursions organisées, on ne suit pas comme des moutons tout le temps, on est obligé de pratiquement rien. La coupure totale. Le blackout total ; Marc n’a pas regardé ses mails une seule fois. C’est aussi la rupture totale avec le dress code de son costume de patron. « Personne ne sait qui je suis, on est tous sur le même plan, aucune identification et cela me repose la tête.

Ce qu’ils n’aiment pas :

Rien. Oui, on peut toujours pinailler sur tel ou tel point, mais dans l’ensemble il n’y a rien à redire ; c’est génial.

Les jeunes croisiéristes.

Cindy et Anthony n’ont pas quarante ans à eux deux. Cindy est conseillère en voyage à l’agence Dunoi voyage à Orléans et c’est sa seconde croisière sur le Celestyal Crystal.Pour Anthony, c’est la première fois qu’il part en croisière.

croisieristes jeunes Celestyal Cruises
Anthony et Cindy

Ce qu’ils aiment :

L’itinéraire axé sur Cuba avec 3 escales, c’est assez rare de faire autant d’escales dans un même pays pour une compagnie de croisière, en général c’est plusieurs pays différents. Le produit est complet, restaurations, découverte du pays, temps libre avec les jours en mer. La formule boisson est d’une grande variété, les bouteilles d’eau ne sont pas facturées contrairement à Costa ou à MSC. La taille du navire est un atout, on est aux petits soins pour nous. Les plats proposés font partie de la gastronomie locale et peu internationale et l’on apprécie ce fait de marquer la gastronomie en concordance avec le pays visité.

Ce qu’ils n’aiment pas :

rien, rien à redire franchement, la cabine est grande et j’ai été surpris, car le navire n’est pas grand et je pensais qu’elle serait toute petite, mais non. Un sans faute en somme.

PORTRAIT A BORD DU CELESTYAL CRYSTAL

Plus de 18 nationalités travaillent à bord du Celestyal Crystal. J’ai été surpris de constater que beaucoup parlent français; en effet beaucoup de personnel à la restauration est Mauricien.Brésilienne de vingt-neuf ans, qui a vécu à Paris, parlant 4 langues, Rubia est employée depuis 3 mois sur le Celestyal Crystal. Elle a étudié au conservatoire de musique à Paris pendant quelques années, et une furieuse envie de découvrir le monde l’a envahie. Par relations, elle s’est débrouillée après deux entretiens par Skype avec l’agence de recrutement et la compagnie Celestyal Cruises  pour travailler comme serveuse à bord. Elle est en poste dans le bar le plus agréable du navire ; le Thalassa Bar qui se situe à la poupe du pont 5. Les mojitos, et les daiquiri sont d’enfer ! En même temps que vos lèvres trempent dans la douceur du rhum, votre regard plonge dans le sillage blanc dentelé tracé dans le bleu de la mer des Caraïbes.

Croisière Cuba
Personnel de bord

Menue, portant de larges lunettes rondes cerclées, son regard pétille quand je lui demande des anecdotes sur sa vie à bord.

-          Oh, j’en ai plein des anecdotes, il faut que je m’en souvienne.

-          Racontez-moi les plus drôles, alors.

-          Par exemple, je suis derrière le bar avec deux grosses machines à café et un passager me demande si je sers du café. Ou encore quand la mer est agitée et qu’il y a des vagues dans la piscine ; on me demande si c’est une piscine à vague. Mais plus encore, on me demande si je dors à bord.

-          Non, incroyable !

-          Si, dans ces conditions c’est comme si nous partions tous les soirs en hélicoptère à terre, et revenions le matin sans bruit, sur la piste d’atterrissage située sur le dernier pont supérieur.

Mais la voilà repartie ; les commandes l’attendent, et mon daiquiri aussi.

LE MAÎTRE D’HÔTEL DU CELESTYAL CRYSTAL

Un colosse en mer.

À bord il est appelé Maître D, c’est le pilier du bien-être des estomacs à bord. Pilier est bien le mot approprié, de par sa taille Adrian Zamfir, née à Bucarest est un véritable colosse. De la hauteur de son 1,98 m il domine toute la gestion des restaurants, buffet, point d’alimentation et des effectifs liés au service à bord. Cet ancien chef dans un restaurant français à Bucarest travaille dans la compagnie depuis 23 ans.

Adrian a une certaine admiration pour la cuisine française ; pour lui c’est l’essence de la gastronomie qui s’est répandue dans le monde comme un exemple ou une source d’inspiration à suivre. À ce propos le vin qui est compris dans la forfait boisson est français.  Un briefing a lieu chaque soir dans les cuisines pour goûter tous les plats préparés, il les teste, même ceux qui sont préparés par le chef. « C’est une routine nécessaire pour s’assurer de la qualité de nos plats que nous servons à nos hôtes, et il rajoute you make it or you break it !»

Sa vision est l’authenticité ; celle des pays que nous abordons pendant notre croisière. Nous proposons des plats de spécialités locales pour que nos hôtes à bord soient plus imprégnés par l’ambiance du pays. Sur cet itinéraire, par exemple, en plus d’autres mets locaux servis au buffet et au restaurant, nous proposons de la langouste, certes, avec un supplément, car c’est un mets qui est devenu cher ; mais comment raisonnablement ne pas proposer ce plat typique de Cuba. Bien sûr, nous confectionnons aussi des plats internationaux pour satisfaire toutes les nationalités.

Ses yeux pétillent quand il parle de son métier. La plus grande expérience, c’est le restaurant et le buffet. J’aime mon métier et j’aime par-dessus tout me rendre compte par moi-même de la satisfaction de nos hôtes. J’observe ce qui se passe à table tous les jours et plusieurs fois par jour. Je questionne les passagers pour savoir si tout va bien pour eux, s’ils sont satisfaits.

Un colosse en mer
Maître d’hôtel du Celestyal Crystal

 

Anecdote.

Je demande à Adrien de me raconter une anecdote, il réfléchit, car il en a tant, et je lui précise une anecdote drôle. « Oui, au buffet je remarquais qu’un passager avait laissé un bol plein sur sa table, alors je lui ai demandé ce qui n’allait pas, et il m’a répondu que la soupe était froide. Étonné je suis allé vérifier au buffet et la soupe à l’oignon proposée ce jour-là était bien chaude dans son contenant chauffé. Je suis revenu à sa table et j’ai regardé le contenu de son bol et j’ai compris ; il s’était servi l’une des sauces pour salade qui sont contenues dans des brocs avec une petite louche pour assaisonner son assiette. Nous avons bien ri ce jour-là tous les deux.

Mais voilà que son maître de rang vient lui demander son aide et notre entretien agréable se termine, et je me sens affamé. En attendant, je vais déguster un cocktail cubain au Thalassa bar à la poupe du navire en admirant le coucher de soleil, fumant un cigare comme il se doit au large des côtes de Cuba.

Philippe

ESCALE EN JAMAÏQUE AVEC LE CELESTYAL CRYSTAL

MONTEGO BAY

À l’instar des jeux, mots fléchés, rébus dans la série : « cherchez l’intrus », l’escale à Montego Bay se pose en problème à résoudre. Pourquoi le Celestyal Crystal ne ferait-il pas uniquement des escales sur Cuba ? C’est donc la seule façon pour Celestyal Cruise de proposer son produit au marché américain.

Excursion farniente à Negril Beach.

Une plage courbe de 9 kilomètres de long bordant de sa blancheur les eaux cristallines des Caraïbes ; voilà ce qu’il nous attend…un enfer !

Côté pratique pour l’avoir expérimenté, il vous faut des dollars us avant de débarquer si vous voulez éviter de perdre du temps à dénicher un distributeur de billets en monnaie US. Ils sont assez rares et ne fonctionnent pas souvent. Chaque trajet dure 1 h 30 environ, mais grâce à notre guide papa Pierre( www.jamaicaidealtours.com) passe beaucoup plus vite. Drôle et compétent c’est l’un des rares guides pour ne pas dire le seul à parler français à Montego Bay. Il nous apprend beaucoup de choses, comme :

-Les mots-clés en Jamaïque, c’est « Ye men ». Ce qui veut dire que tout va bien, et qu’il n’y a pas de problème.

-Tout est légal sauf quand il y a la police.

-Des solutions à tous les problèmes, mais il y a plein de problèmes en Jamaïque.

La plage est somptueuse, équipée de transats et de parasols, les restaurants à même la plage proposent de la langouste grillée en menu pour une somme de 35 $ us taxes comprises. Ici la brise marine ne porte pas l’odeur salée de la mer des Caraïbes

Montego Bay
Negril Beach

, ni même la senteur de l’huile solaire ; mais plutôt celle de la marijuana. Elle flotte partout, les joints grésillants sont aussi nombreux que les coquillages. Les rastas et les vendeurs passent avec une batterie de joints. À côté de mon transat un couple américain à la retraite fume sans vergogne. Et en tant que blogueur, après la langouste il faut bien que je teste les spécialités locales… » Ye men »

Sur le chemin du retour nous faisons halte au Rick’s Café où les boissons sont chères, car des plongeurs font le clou du spectacle en se jetant des rochers. Vous pouvez aussi tenter le plongeon à deux hauteurs. La dernière est vraiment haute, et il faut se boucher le nez pour éviter un lavage violent des sinus.

C’est une belle parenthèse dans cette croisière.

ESCALE A CIENFUEGOS AVEC LE CELESTYAL CRYSTAL

Vers 0600h du matin le Celestyal Cruise contourne des îles sauvages et verdoyantes, frôle des côtes escarpées et habitées, se faufile dans le chenal délimité par des bouées cardinales ; Cienfuegos n’est pas à la portée des grands paquebots.

Point de départ pour Trinidad.

C’est le point de départ pour une excursion vers Trinidad et c’est que j’ai choisi en sacrifiant la visite de Cienfuegos. Le temps de route est d’une 1 h 30 environ, alors que la guide qui enseigne le Français dans un lycée explique la région et ses particularités je regarde le paysage montagneux et vert. Cuba veut bien dire terre fertile et ici tout pousse à peu près correctement. Les nids-de-poule baissent la vitesse moyenne du bus, mais le chauffeur les connaît parfaitement. Des perruches bigarrées s’élancent d’un palmier, (symbole de l’arbre national à Cuba) et tracent de leur vol rapide le bleu azur taché de quelques nuages blanc. Les 80 kilomètres sont avalés en 1 h 20, et le bus roule lentement dans les rues pavées de la ville. Un petit conseil, évitez de chausser des tongs ; votre marche sera pénible et vos pieds douloureux en fin de journée.

Vivre Trinidad.

Ne manquez pas de visiter le palais Cantero qui abrite le Museo Historico Municipal. La tour qui coiffe le palais est accessible par des escaliers ; prenez après les marches en dur, les escaliers en bois peint en bleu, c’est un peu acrobatique mais c’est une vue à 360° sur Trinidad qui vaut le coup d’œil. Rendez-vous à la tabernita, la Canchàchara pour siroter quelques savoureux cocktails frais à base d’aguardiente, de citron vert de miel et de glace dans une ambiance musicale d’un orchestre cubain. Déambulez dans la ville coloniale la mieux préservée de l’île, et classée au patrimoine mondial de l’humanité. Les scènes que vous pourrez immortaliser avec votre appareil sont sans égal, et une régale architecturale de tons bigarrés. J’ai déjeuné dans un restaurant qui m’a expulsé du temps.

 Déjeuner hors du temps.

Les propriétaires du 1514 ont récupéré une vaisselle incroyable, et c’est un véritable musée consacré à l’art de la table qui décore toutes les pièces. Des horloges contoises qui ne marquent plus le temps, comme des sentinelles gardent des couverts argentés, des ensembles complets de table, des soupières, verres, assiettes qui se comptent par centaines. Je ne pouvais imaginer un seul instant déjeunant dans de la vaisselle en porcelaine de Limoges. Déjeuner improbable dans une atmosphère surréaliste. Trinidad est aussi belle, paraît-il le jour que la nuit, mais pour le savoir je devrais revenir

Un retour précipité.

Le bus m’attend et le navire appareille dans quelques minutes et nous arrivons 20 minutes après l’heure de retour à bord. Nous courrons sur le quai ; le Commandant actionne un bref coup de sirène en guise de remontrance. Je me demande si une autre compagnie aurait attendu une quinzaine de français indisciplinés ; j’espère ne jamais le savoir !

Ville coloniale Trinidad
Ruelle à Trinidad

VISITE DE LA PASSERELLE DU CELESTYAL CRYSTAL

L’invitation.

J’entends un glissement provenant de la porte de ma cabine ; c’est une feuille de papier sur laquelle le directeur de croisières m’invite à visiter la passerelle. C’est toujours un plaisir ; on apprend toujours beaucoup d’informations.

L’accès est très sécurisé avec 2 portes dont l’une est blindée avec un code de sécurité d’accès qui change souvent, par sécurité on ne me précise pas qui, quand, comment.

Techniques de navigation.

La vue est imprenable à 180°, la navigation se fait par GPS bien sûr. Une route est tracée et le navire doit absolument la suivre pour des raisons évidentes de navigation, ce qui induit la sécurité avant tout, l’économie de carburant et le respect des heures d’escales. Le Celestyal Crystal peut consommer du simple au double en fonction de l’état de la mer, du chargement des denrées alimentaires, du carburant et de la consommation à bord. La cuisson des aliments a une incidence sur la dépense énergétique, par exemple la cuisson au four de pomme de terre est plus énergivore que la cuisson à l’eau. Je vous le donne en mille, en général les croisiéristes adorent les patates rôties. Ils dégusteront probablement des patates bouillies à la maison s’ils n’ont pas maîtrisé leurs dépenses. Le poste le plus énergivore est bien sur l’électricité incluant la climatisation. Pendant cette croisière le carburant est chargé en Jamaïque à Montegobay.

Navigation Celestyal Crystal
Passerelle Celestyal Crystal

Cet ancien ferry possède une proue renforcée et adaptée à la navigation en milieu polaire. Construit en 1982 d’importantes modifications techniques ont été apportées depuis pour diverses raisons. Le capitaine, son second et les officiers en capacité de piloter doivent se servir d’un sextant en cas de panne généralisée ; ils s’entraînent régulièrement à son utilisation. Le point est aussi précis que des coordonnées d’un GPS, sauf que le temps d’effectuer des calculs complexes, le navire change de position à cause du vent ou des courants. C’est une mesure de secours en cas d’extrême nécessité. Chaque année les mesures de sécurité évoluent en se basant sur des problèmes survenus sur les navires qui sillonnent les mers du globe. Grâce aux nouvelles technologies, les autres navires croisant le Celestyal Crystal sont détectables à quarante milles nautiques et via satellite.

Superstition de marin.

Je me souviens d’avoir visité la passerelle du Costa Luminosa et la superstition des marins avait pour effet qu’un gousse d’ail soit suspendue sur une cloison et d’autres médailles de Saints pour conjurer le mauvais sort Ici, plusieurs médailles de Saint Joseph sont accrochées sur un mur et sont là pour protéger l’équipage ; ce qui fait qu’une dizaine de paires d’yeux ne les quittent jamais.