VOTRE RÉSERVATION DE CROISIÈRE

Une réservation de croisière

Ce peut être une chose très simple ou un parcours du combattant : cela ne dépend que de vous.

Si vous avez pu trouver votre bonheur  (2 adultes, 1 cabine), destination, date, compagnie, bateau, prix et que vous n’avez pas eu besoin de demander une cotation complémentaire pour le prix c’est élémentaire : en direct  avec la compagnie ou avec un agent de voyage spécialisé (internet ou non) vous réservez ce que vous avez trouvé au prix que vous avez trouvé. Mais, même dans ce cadre, pourtant simpliste, il y a des pièges : assurez-vous que la catégorie de cabine est bien définie à l’avance, sans ambiguïté (le mieux est d’avoir le numéro des cabines sur la commande) et que ses caractéristiques vous satisfont.

Sur les forums, il y a beaucoup de regrets quant à la situation de la cabine qui peut s’avérer moins confortable que prévue.
A éviter, si possible :

  • une cabine donnant sur les paliers ascenseurs (bruit),
  • une cabine située juste sous la piscine (réveil assuré à 6 h 00 quand le personnel réaligne les transats) ou le dancing nocturne ; pour les sensibles au mal de mer éviter les extrémités du bateau ou les ponts trop en hauteur.

Il y a parfois des bonnes surprises : certaines cabines à l’arrière disposent parfois de balcons très généreux même si le bruit des hélices est sensible. Si vous n’avez ni contraintes de date ou de destination et que vous êtes dans une situation « classique », attendez les promotions de dernière minute : il faut bien qu’ils remplissent les bateaux. Certains croisiéristes rencontrés à bord s’en font une spécialité avec des prix imbattables. J’ai connu des couples de retraités qui faisaient 3 croisières par an pour un prix dérisoire.  Même dans un cadre simpliste (une cabine extérieure pour 2 adultes) vous pouvez rencontrer, à bord, des gens ayant payé 4 fois moins cher, encore qu’on puisse douter parfois de leur bonne foi.

Par contre, dès lors que vous avez des exigences particulières, ce système ne fonctionne plus car les programmes informatiques de réservation sont très élémentaires et ne permettent pas de prendre en compte vos spécificités.
Consultez avec soin le plan des navires, certaines compagnies  disposent de plans très précis mais les icônes qui les accompagnent (couleur, nombre de places, ne sont pas toujours explicitées : deux couleurs différentes à deux niveaux différents indiquent deux catégories différentes et donc deux prix différents ! Donc si vous souhaitez partir avec des enfants, des cabines communicantes (ou voisines entre amis) ou avez d’autres exigences il va falloir discuter avec une personne capable de comprendre votre demande et de vous expliquer sa proposition.
C’est encore plus le cas quand vous voulez choisir entre plusieurs croisières semblables et faire des comparaisons. Dans ce cas il faut passer par une agence qui est la seule entité capable de négocier et de faire pression, éventuellement,  sur l’armateur et généralement en anglais.  N’ayez aucun scrupule à changer d’avis, à demander autre chose, même s’il vous semble que vous importunez votre interlocuteur : ces « conseillers croisières » sont payés pour ça mais certains ont une telle capacité d’écoute que je m’en suis fait des bonnes relations jusqu’à leur envoyer des nouvelles de notre voyage.  

La plupart des agences demande un téléphone pour faire des négociations téléphoniques « hard » et emporter la commande : vous avez en ligne des commerciaux professionnels.  C’est à éviter : les écrits sont plus sûrs. Si un site internet  vous demande votre numéro de téléphone pour chiffrer une demande : donnez un faux numéro ; ils seront obligés de vous contacter par mail. Généralement vous recevrez une proposition qui ne remplit pas vos conditions (faut faire vite et simple). Après contact et échanges (de mail !) vous recevrez une proposition plus en rapport, qui, comme par hasard, sera beaucoup plus élevée que la première ! A vous de décider du sérieux de votre interlocuteur et donc de continuer ou non. Certains se lassent dès le deuxième contact, d’autres sont plus efficients.

Tout est négociable : j’ai réussi à retarder le paiement d’un acompte de plusieurs semaines tout en conservant l’option sur la réservation. Les acomptes demandés le sont parfois très tôt avant le départ : dans ce cas il faut prendre une assurance annulation bien qu’en plus de la déception possible, il puisse y avoir une vraie difficulté de récupérer vos fonds. N’oubliez pas de vous faire préciser sur votre bon de commande les suppléments « gratuit » sur lesquels vous comptez. Une formule « pension complète » est insuffisante si l’on vous promet un forfait boisson par exemple. Une fois sur le bateau, il sera trop tard, et vous pourriez avoir à payer 4 euros la bouteille d’eau, d’un volume inconnu. Il ne faut pas oublier que les compagnies gagnent essentiellement de l’argent sur les suppléments. Vous pouvez le lire sur des témoignages quand les clients s’aperçoivent que les pizzas ou les glaces gratuites ont disparues d’un voyage à l’autre. Et cela ne vaut pas que pour les compagnies « low cost ». Comme je faisais remarquer que sur une compagnie réputée haut de gamme qu’il n’y avait que du jus d’orange au petit déjeuner, un internaute m’a écrit qu’il y a 2 ans, sur le même bateau,  il avait le choix entre 12 jus différents : il n’y a pas de petits bénéfices.

Eric GROSMANN

Partagez, Réagissez...!

( * ) Champ requis

Pub 300X600