Les 9 raisons de partir en croisière sur un petit navie

Les 9 raisons de partir en croisière sur un petit navire.

La tendance penche au gigantisme ; les compagnies majeures construisent leur nouveau navire aussi gros que possible. Ces nouveaux navires rivalisent d’attractions que l’on pensait impossibles en mer. Il est vrai que nous sommes toujours excités d’embarquer sur un navire de 200 000 tonneaux et plus.

Une croisière récente sur un plus petit navire le Celestyal Cristal  m’a fait prendre conscience et apprécier ce que les petits navires ont à offrir. Il existe bien quelques raisons pour lesquelles de nombreux croisiéristes adorent naviguer des navires de 60 000 tonneaux et moins.

Voici 9 bonnes raisons de naviguer sur un petit bateau de croisière, et pourquoi vous devriez au moins une fois, envisager une escapade sur l’un de ces navires surprenants.

Celstyal Crystal à quai, port de Cienfuegos, Cuba, Trinidad
Celestyal Cruise, Celestyal Crystal

Moindre coût à bord.

Dans la mesure où il y a moins d’attractions payantes à bord, de bar, de points de restauration à suppléments, bref de tentations, une petite glace par ici, un cocktail par là ; vous dépenserez donc moins que sur un géant des mers.

S’orienter plus facilement.

Il est plus facile de se repérer à bord, j’ai navigué sur des colosses des mers qui m’ont pris trois jours pour connaître la situation de ma cabine par rapport aux points d’intérêt de la croisière. Souvent égaré, car il fallait monter d’un ou plusieurs ponts pour traverser le navire. Beaucoup de temps gaspillé à chercher trouver, se perdre. Sur un petit navire, on se repère tout de suite et on se sent plus à l’aise.

 Moins de marche et plus de temps.

Bien que marcher soit bénéfique pour la santé, c’est quand même marquant de marcher plusieurs centaines de mètres pour se rendre au buffet au restaurant, revenir dans sa cabine, repartir. On passe du temps à marcher dans ces longues coursives désertes qui se succèdent sans fin, car on veut aller plus vite en évitant de traverser les salons, bars et casinos. J’ai bien aimé sur le Celestyal Crystal me rendre en quelques minutes là où je le souhaitais, cela signifiait plus de temps pour profiter du navire et moins de temps à le parcourir.

Une sensation de moins de monde.

C’est une évidence ; les ponts de la piscine sont proportionnels à la taille des navires, mais le fait est qu’avec moins de passagers, le navire ne paraît pas bondé. Trouver, une chaise longue vide n’a jamais été un problème. Selon la disposition du navire, la zone du buffet pourrait être un peu occupée, mais nous parlons d’une différence, entre plus de 6 000 croisiéristes à bord versus un peu plus de 2 000, et cela fait une grande différence. Cela signifie des espaces communs moins fréquentés.

Les raisons, petit navire de croisière
Pont tranquillité.

 Plus d’intimité.

Lors de ma récente croisière, j’ai été frappé par le cadre confortable des salons. Ils ne se sentaient pas à l’étroit. Sur les grands navires, il est facile de se sentir presque perdu, mais le cadre intime d’un petit bateau permet aux artistes de se connecter avec les passagers et de les connaître tout au long de la représentation. Vous êtes tout près d’eux, la musique est toute proche, et la sonorité plus authentique.

Plus d’escales qui sortent des sentiers battus.

Les grands paquebots ne peuvent accoster dans tous les ports ou même se faufiler sous chaque pont. Peut-être avez-vous remarqué qu’avec les compagnies de croisières envoyant des bateaux à Cuba en ce moment, seuls les plus petits navires peuvent visiter l’île comme ceux de la compagnie Ponant  ou encore les escales fouillées en Grèce que programme la compagnie de luxe Regent Seven Seas Cruises.

 

Pour exemple ; les plus grands navires qui ont pour programmation Londres doivent accoster à une heure de la city tandis que les plus petits navires comme ceux de Viking Ocean Cruises qui peuvent atteindre Greenwich.

Un contact plus facile avec le personnel de bord.

Le personnel à bord est une source importante pour passer une bonne croisière. Un petit navire facilite la connaissance de votre stewart de cabine , la rencontre avec les officiers, et aussi du commandant. C’est la meilleure expérience que vous aurez. Je faisais une séance de gym au centre de fitness du Celestyal Cristal et un monsieur m’a conseillé d’utiliser une machine plutôt qu’une autre, nous avons bavardé, le soir même à la soirée du commandant ; c’était lui !

Embarquement et débarquement plus rapides.

Point de file d’attente interminable pour prendre des chaloupes car les petits navires sont plus souvent à quai et proches du centre-ville. Les procédures d’embarquement d’un navire de moins de 2000 personnes sont plus rapides, on embarque plus tôt et on profite plus du premier jour à bord. La même chose vaut pour le débarquement. Mais gardez à l’esprit que si vous revenez au port et qu’il y a d’autres navires qui arrivent en même temps, vous aurez peut-être de longues files d’attente pour les douanes, car elles sont toutes acheminées dans la même zone.

Une croisière plus tranquille.

Pour ceux qui partent en croisière pour trouver la paix et la tranquillité, un petit bateau ressemble moins à un parc à thèmes qu’à une station balnéaire tranquille et flottante. Vous n’avez pas les sifflets de rassemblement, les annonces des mégas navires qui ne sont que des faiseurs de bruit. Il n’y a rien de plus doux que le doux chuintement de la mer le long de la coque et la douce solitude d’être en mer sans chaos aux alentours.

Philippe.

Costa Croisières récompense ses meilleurs vendeurs 2017 : décodage.

Le palmarès en France compte 28 lauréats pour l’année 2017. 

Cette année, la 25e édition des Lauréats de la mer s’est déroulée sur le Costa Favolosa lors d’une mini-croisière de 3 nuits au départ de Savone avec deux escales à Marseille et Barcelone. 1800 agents de voyages venus de 32 pays ont été invités pour recevoir leur trophée dans une ambiance glamour. Une célèbre animatrice et actrice italienne, Natasha Stefanenko, était au micro, entourée des dirigeants de la compagnie et du directeur de croisière du navire.

Costa Croisières récompense ses meilleures agences de voyages

Lauréats de la mer 2018

Au plan régional.

9 agences sont récompensées. Ce qui signifie que ces agences de voyages sont des partenaires de la compagnie et que leur niveau de vente de croisière est le plus élevé en région. Ces agences vendent aussi d’autres formules de voyages, et ne sont pas spécialisées uniquement sur la croisière.

- Provence – Languedoc : Juen Voyages du réseau Thomas Cook situé au Pontet.

- Est : LK Tours.

- Côte d’Azur : Cap Croisières Voyages.

- Rhône-Alpes : Voyages Girardot.

- Paris – Île-de-France – Centre : Voyages Rive Gauche Versailles.

- Ouest : E. Leclerc Voyages Nantes.

- Sud-Ouest : E. Leclerc Voyages Roques-sur-Garonne.

- Nord – Normandie : Tibo Tours.

- Dom-Tom : Groupe Roger Albert Voyages.

Dans le domaine vente groupes et individuels en France. 

- Meilleure Agence « Ventes Groupes » : Salaün Holidays situé à Rennes.  Ce voyage basé à Rennes organise des circuits et des croisières.

- Meilleure Agence « Ventes Individuelles Métropole » : Croisiland, spécialisée sur la croisière et qui vend de la croisière via leur site internet.

Dans le cadre de la plus belle progression des ventes.

- Meilleure Agence « Progression Outre-Mer » : ATOM.

- Meilleure « Progression Groupes Internet » : Croisière Club.

Le meilleur partenaire « autocariste » avec trois ex æquo :

- Euromoselle Loisirs à Florange, Sabardu Tourisme à Les Pennes-Mirabeau et Richou Voyages.

Les meilleures agences de réseau :

- Meilleur Partenariat Réseau : Selectour.

- Meilleure « Opération Commerciale » : Thomas Cook.

Les prix spéciaux par thématique.

- Meilleures Ventes catégorie Total Comfort : Cruiseline. Cette agence en ligne a vendu le plus les catégories de cabine en catégorie Comfort.

- Ventes Tour du Monde : une nouvelle fois, Jet Travel à Monaco. Cette agence en ligne travaille en petite équipe et possède une agence physique à Fontvieille.

- Ventes Costa Extra : CFA de Voyages à Paris. Leurs ventes ont été faites via le site de réservation en ligne de la compagnie, élaborée pour les agences de voyages.

- Ventes Croisières à thème TV : Croisières d’exception Média up – GULLI.

- Vente Croisières à thème : Voyages Chabannes.

Prix spécial Fondation Costa. La compagnie par cette récompense affiche ses engagements en matière de solidarité.

-  Grand Bleu voyages (Fondation Louis Lépine).

Over the Top. 

C’est la récompense la plus forte et symbolique qui sacre sur les trois dernières années les meilleures agences de voyages en matière de volume global de ventes.

- E-Business European Top Seller : Cruiseline basée à Monaco. Son ancien nom était Qcns Cruiseline. Meilleures ventes sur le marché européen.

-Penchard Voyages à Basse-Terre en Guadeloupe. Cette agence a été la première a vendre des croisières en port/port et a étoffé ses ventes sur toute la production de la compagnie.

-AB Croisières à Nice. Agence en ligne qui fait partie du groupe Promovacances.

- Syltours à Boulogne qui est le plus gros vendeur de groupe en France pour la compagnie.

C’est une énorme organisation qui mobilise beaucoup de ressources et les invités ne s’y trompent pas ; c’est un événement très attendu par les partenaires de Costa Croisières  et qui prennent plaisir à se retrouver, et aborder les cadres de la direction dans un environnement moins formel, mais toujours très professionnel.

Philippe.

HURTIGUTEN : LES RAISONS D’EMBARQUER.

Qui est Hurtigruten ? Rappel.

Presque imprononçable comme la marque d’une bière, cette compagnie n’en a pas moins les saveurs de croisières qui ne ressemblent à aucune autre. L’origine vient de l’express côtier norvégien qui transportait des marchandises il y a 125 ans de cela. Aujourd’hui fret et passager se partagent les accostages sur 34 ports de la Norvège tout au long de l’année de Bergen à Kirkeness. Mais pas seulement, la compagnie s’est diversifiée, et avec ses 12 navires elle sillonne aussi l’Arctique avec ses navires d’expédition.

Des croisières atypiques.

Pendant que vous voyagez à bord, le navire travaille, du fret est embarqué et débarqué, ainsi que des véhicules comme des voitures et camions.  Vous ferez escale sur des ports qui ne font pas partie de la programmation des grands navires de croisière, car ils sont précisément trop grands. À bord, vous ne trouverez pas de salle de spectacle, de casinos, de piste de karting, mais une ambiance authentique et une nourriture d’exception concoctée avec des produits locaux et frais la plupart du temps. Toutes fois, certains navires sont équipés de salle de fitness et de bains bouillonnants.

Des escales peu courues à l’observation des aurores boréales.

Les escales sont courtes parfois et peuvent être faites en solo. Pour les excursions plus longues, vous pouvez vous organiser avec un réceptif en amont de votre départ mais peu de chances d’avoir un guide parlant français. La compagnie Hurtigruten propose des croisières avec un accompagnateur français ; sachez qu’à bord la langue de Shakespeare aux accents allemand et norvégien bat son plein. Cela dit, vous découvrirez la Norvège profonde, des paysages à couper le souffle et qui sort des sentiers battus. Pendant la période des aurores boréales, les navires les poursuivent ; vous les verrez probablement mais pour les immortaliser il faut être bien équipé en matériel photographique sous peine de déception.

 Pas de dress code.

La vie à bord d’un navire de la compagnie Hurtigruten  est décontractée, pas de chichis et en dehors de l’été il faut être couvert chaudement. C’est une navigation bucolique, parsemée d’animations, calme et repos, en dehors du débarquement du fret. Vous ne verrez point et n’entendrez point d’enfants criards et courant dans les coursives, sautant sur les fauteuils sous l’œil impavides des parents !  Petit conseil au sujet, choisissez une cabine haut placée pour être au calme et en fonction du trajet et du débarquement du fret prenez à tribord ou babord.

Croisière certes, mais originale qui vaut le détour, car elle ne ressemble à aucune autre croisière classique, c’est une expérience inédite pour découvrir la Norvège.

Philippe.

PORTRAIT A BORD DU CELESTYAL CRYSTAL

Plus de 18 nationalités travaillent à bord du Celestyal Crystal. J’ai été surpris de constater que beaucoup parlent français; en effet beaucoup de personnel à la restauration est Mauricien.Brésilienne de vingt-neuf ans, qui a vécu à Paris, parlant 4 langues, Rubia est employée depuis 3 mois sur le Celestyal Crystal. Elle a étudié au conservatoire de musique à Paris pendant quelques années, et une furieuse envie de découvrir le monde l’a envahie. Par relations, elle s’est débrouillée après deux entretiens par Skype avec l’agence de recrutement et la compagnie Celestyal Cruises  pour travailler comme serveuse à bord. Elle est en poste dans le bar le plus agréable du navire ; le Thalassa Bar qui se situe à la poupe du pont 5. Les mojitos, et les daiquiri sont d’enfer ! En même temps que vos lèvres trempent dans la douceur du rhum, votre regard plonge dans le sillage blanc dentelé tracé dans le bleu de la mer des Caraïbes.

Croisière Cuba
Personnel de bord

Menue, portant de larges lunettes rondes cerclées, son regard pétille quand je lui demande des anecdotes sur sa vie à bord.

-          Oh, j’en ai plein des anecdotes, il faut que je m’en souvienne.

-          Racontez-moi les plus drôles, alors.

-          Par exemple, je suis derrière le bar avec deux grosses machines à café et un passager me demande si je sers du café. Ou encore quand la mer est agitée et qu’il y a des vagues dans la piscine ; on me demande si c’est une piscine à vague. Mais plus encore, on me demande si je dors à bord.

-          Non, incroyable !

-          Si, dans ces conditions c’est comme si nous partions tous les soirs en hélicoptère à terre, et revenions le matin sans bruit, sur la piste d’atterrissage située sur le dernier pont supérieur.

Mais la voilà repartie ; les commandes l’attendent, et mon daiquiri aussi.

Portraits sur le Celestyal Crystal.

J’ai souhaité interroger quelques personnes à bord et voilà leurs impressions.

Primo croisiéristes.

Marc et Patricia font leur première croisière. Marc n’a pas pris de vacances depuis longtemps et c’est la première fois que Patricia et Marc passent leurs vacances ensemble. Gros bosseurs, cette croisière est un bol d’oxygène et un grand moment de détente.

Primo croisièristes Celsetyal Crystal en croisière sur Cuba
Primo-croisièriste

Ce qu’ils aiment :

La multi destination, c’est une évidence pour la croisière, mais c’est l’un de ses atouts majeurs. Dans un club, on est obligés de se déplacer assez loin tous les jours pour visiter. L’ambiance assez individuelle ; chacun fait ce qu’il veut en dehors des excursions organisées, on ne suit pas comme des moutons tout le temps, on est obligé de pratiquement rien. La coupure totale. Le blackout total ; Marc n’a pas regardé ses mails une seule fois. C’est aussi la rupture totale avec le dress code de son costume de patron. « Personne ne sait qui je suis, on est tous sur le même plan, aucune identification et cela me repose la tête.

Ce qu’ils n’aiment pas :

Rien. Oui, on peut toujours pinailler sur tel ou tel point, mais dans l’ensemble il n’y a rien à redire ; c’est génial.

Les jeunes croisiéristes.

Cindy et Anthony n’ont pas quarante ans à eux deux. Cindy est conseillère en voyage à l’agence Dunoi voyage à Orléans et c’est sa seconde croisière sur le Celestyal Crystal.Pour Anthony, c’est la première fois qu’il part en croisière.

croisieristes jeunes Celestyal Cruises
Anthony et Cindy

Ce qu’ils aiment :

L’itinéraire axé sur Cuba avec 3 escales, c’est assez rare de faire autant d’escales dans un même pays pour une compagnie de croisière, en général c’est plusieurs pays différents. Le produit est complet, restaurations, découverte du pays, temps libre avec les jours en mer. La formule boisson est d’une grande variété, les bouteilles d’eau ne sont pas facturées contrairement à Costa ou à MSC. La taille du navire est un atout, on est aux petits soins pour nous. Les plats proposés font partie de la gastronomie locale et peu internationale et l’on apprécie ce fait de marquer la gastronomie en concordance avec le pays visité.

Ce qu’ils n’aiment pas :

rien, rien à redire franchement, la cabine est grande et j’ai été surpris, car le navire n’est pas grand et je pensais qu’elle serait toute petite, mais non. Un sans faute en somme.

LE MAÎTRE D’HÔTEL DU CELESTYAL CRYSTAL

Un colosse en mer.

À bord il est appelé Maître D, c’est le pilier du bien-être des estomacs à bord. Pilier est bien le mot approprié, de par sa taille Adrian Zamfir, née à Bucarest est un véritable colosse. De la hauteur de son 1,98 m il domine toute la gestion des restaurants, buffet, point d’alimentation et des effectifs liés au service à bord. Cet ancien chef dans un restaurant français à Bucarest travaille dans la compagnie depuis 23 ans.

Adrian a une certaine admiration pour la cuisine française ; pour lui c’est l’essence de la gastronomie qui s’est répandue dans le monde comme un exemple ou une source d’inspiration à suivre. À ce propos le vin qui est compris dans la forfait boisson est français.  Un briefing a lieu chaque soir dans les cuisines pour goûter tous les plats préparés, il les teste, même ceux qui sont préparés par le chef. « C’est une routine nécessaire pour s’assurer de la qualité de nos plats que nous servons à nos hôtes, et il rajoute you make it or you break it !»

Sa vision est l’authenticité ; celle des pays que nous abordons pendant notre croisière. Nous proposons des plats de spécialités locales pour que nos hôtes à bord soient plus imprégnés par l’ambiance du pays. Sur cet itinéraire, par exemple, en plus d’autres mets locaux servis au buffet et au restaurant, nous proposons de la langouste, certes, avec un supplément, car c’est un mets qui est devenu cher ; mais comment raisonnablement ne pas proposer ce plat typique de Cuba. Bien sûr, nous confectionnons aussi des plats internationaux pour satisfaire toutes les nationalités.

Ses yeux pétillent quand il parle de son métier. La plus grande expérience, c’est le restaurant et le buffet. J’aime mon métier et j’aime par-dessus tout me rendre compte par moi-même de la satisfaction de nos hôtes. J’observe ce qui se passe à table tous les jours et plusieurs fois par jour. Je questionne les passagers pour savoir si tout va bien pour eux, s’ils sont satisfaits.

Un colosse en mer
Maître d’hôtel du Celestyal Crystal

 

Anecdote.

Je demande à Adrien de me raconter une anecdote, il réfléchit, car il en a tant, et je lui précise une anecdote drôle. « Oui, au buffet je remarquais qu’un passager avait laissé un bol plein sur sa table, alors je lui ai demandé ce qui n’allait pas, et il m’a répondu que la soupe était froide. Étonné je suis allé vérifier au buffet et la soupe à l’oignon proposée ce jour-là était bien chaude dans son contenant chauffé. Je suis revenu à sa table et j’ai regardé le contenu de son bol et j’ai compris ; il s’était servi l’une des sauces pour salade qui sont contenues dans des brocs avec une petite louche pour assaisonner son assiette. Nous avons bien ri ce jour-là tous les deux.

Mais voilà que son maître de rang vient lui demander son aide et notre entretien agréable se termine, et je me sens affamé. En attendant, je vais déguster un cocktail cubain au Thalassa bar à la poupe du navire en admirant le coucher de soleil, fumant un cigare comme il se doit au large des côtes de Cuba.

Philippe

ESCALE EN JAMAÏQUE AVEC LE CELESTYAL CRYSTAL

MONTEGO BAY

À l’instar des jeux, mots fléchés, rébus dans la série : « cherchez l’intrus », l’escale à Montego Bay se pose en problème à résoudre. Pourquoi le Celestyal Crystal ne ferait-il pas uniquement des escales sur Cuba ? C’est donc la seule façon pour Celestyal Cruise de proposer son produit au marché américain.

Excursion farniente à Negril Beach.

Une plage courbe de 9 kilomètres de long bordant de sa blancheur les eaux cristallines des Caraïbes ; voilà ce qu’il nous attend…un enfer !

Côté pratique pour l’avoir expérimenté, il vous faut des dollars us avant de débarquer si vous voulez éviter de perdre du temps à dénicher un distributeur de billets en monnaie US. Ils sont assez rares et ne fonctionnent pas souvent. Chaque trajet dure 1 h 30 environ, mais grâce à notre guide papa Pierre( www.jamaicaidealtours.com) passe beaucoup plus vite. Drôle et compétent c’est l’un des rares guides pour ne pas dire le seul à parler français à Montego Bay. Il nous apprend beaucoup de choses, comme :

-Les mots-clés en Jamaïque, c’est « Ye men ». Ce qui veut dire que tout va bien, et qu’il n’y a pas de problème.

-Tout est légal sauf quand il y a la police.

-Des solutions à tous les problèmes, mais il y a plein de problèmes en Jamaïque.

La plage est somptueuse, équipée de transats et de parasols, les restaurants à même la plage proposent de la langouste grillée en menu pour une somme de 35 $ us taxes comprises. Ici la brise marine ne porte pas l’odeur salée de la mer des Caraïbes

Montego Bay
Negril Beach

, ni même la senteur de l’huile solaire ; mais plutôt celle de la marijuana. Elle flotte partout, les joints grésillants sont aussi nombreux que les coquillages. Les rastas et les vendeurs passent avec une batterie de joints. À côté de mon transat un couple américain à la retraite fume sans vergogne. Et en tant que blogueur, après la langouste il faut bien que je teste les spécialités locales… » Ye men »

Sur le chemin du retour nous faisons halte au Rick’s Café où les boissons sont chères, car des plongeurs font le clou du spectacle en se jetant des rochers. Vous pouvez aussi tenter le plongeon à deux hauteurs. La dernière est vraiment haute, et il faut se boucher le nez pour éviter un lavage violent des sinus.

C’est une belle parenthèse dans cette croisière.

ESCALE A CIENFUEGOS AVEC LE CELESTYAL CRYSTAL

Vers 0600h du matin le Celestyal Cruise contourne des îles sauvages et verdoyantes, frôle des côtes escarpées et habitées, se faufile dans le chenal délimité par des bouées cardinales ; Cienfuegos n’est pas à la portée des grands paquebots.

Point de départ pour Trinidad.

C’est le point de départ pour une excursion vers Trinidad et c’est que j’ai choisi en sacrifiant la visite de Cienfuegos. Le temps de route est d’une 1 h 30 environ, alors que la guide qui enseigne le Français dans un lycée explique la région et ses particularités je regarde le paysage montagneux et vert. Cuba veut bien dire terre fertile et ici tout pousse à peu près correctement. Les nids-de-poule baissent la vitesse moyenne du bus, mais le chauffeur les connaît parfaitement. Des perruches bigarrées s’élancent d’un palmier, (symbole de l’arbre national à Cuba) et tracent de leur vol rapide le bleu azur taché de quelques nuages blanc. Les 80 kilomètres sont avalés en 1 h 20, et le bus roule lentement dans les rues pavées de la ville. Un petit conseil, évitez de chausser des tongs ; votre marche sera pénible et vos pieds douloureux en fin de journée.

Vivre Trinidad.

Ne manquez pas de visiter le palais Cantero qui abrite le Museo Historico Municipal. La tour qui coiffe le palais est accessible par des escaliers ; prenez après les marches en dur, les escaliers en bois peint en bleu, c’est un peu acrobatique mais c’est une vue à 360° sur Trinidad qui vaut le coup d’œil. Rendez-vous à la tabernita, la Canchàchara pour siroter quelques savoureux cocktails frais à base d’aguardiente, de citron vert de miel et de glace dans une ambiance musicale d’un orchestre cubain. Déambulez dans la ville coloniale la mieux préservée de l’île, et classée au patrimoine mondial de l’humanité. Les scènes que vous pourrez immortaliser avec votre appareil sont sans égal, et une régale architecturale de tons bigarrés. J’ai déjeuné dans un restaurant qui m’a expulsé du temps.

 Déjeuner hors du temps.

Les propriétaires du 1514 ont récupéré une vaisselle incroyable, et c’est un véritable musée consacré à l’art de la table qui décore toutes les pièces. Des horloges contoises qui ne marquent plus le temps, comme des sentinelles gardent des couverts argentés, des ensembles complets de table, des soupières, verres, assiettes qui se comptent par centaines. Je ne pouvais imaginer un seul instant déjeunant dans de la vaisselle en porcelaine de Limoges. Déjeuner improbable dans une atmosphère surréaliste. Trinidad est aussi belle, paraît-il le jour que la nuit, mais pour le savoir je devrais revenir

Un retour précipité.

Le bus m’attend et le navire appareille dans quelques minutes et nous arrivons 20 minutes après l’heure de retour à bord. Nous courrons sur le quai ; le Commandant actionne un bref coup de sirène en guise de remontrance. Je me demande si une autre compagnie aurait attendu une quinzaine de français indisciplinés ; j’espère ne jamais le savoir !

Ville coloniale Trinidad
Ruelle à Trinidad

VISITE DE LA PASSERELLE DU CELESTYAL CRYSTAL

L’invitation.

J’entends un glissement provenant de la porte de ma cabine ; c’est une feuille de papier sur laquelle le directeur de croisières m’invite à visiter la passerelle. C’est toujours un plaisir ; on apprend toujours beaucoup d’informations.

L’accès est très sécurisé avec 2 portes dont l’une est blindée avec un code de sécurité d’accès qui change souvent, par sécurité on ne me précise pas qui, quand, comment.

Techniques de navigation.

La vue est imprenable à 180°, la navigation se fait par GPS bien sûr. Une route est tracée et le navire doit absolument la suivre pour des raisons évidentes de navigation, ce qui induit la sécurité avant tout, l’économie de carburant et le respect des heures d’escales. Le Celestyal Crystal peut consommer du simple au double en fonction de l’état de la mer, du chargement des denrées alimentaires, du carburant et de la consommation à bord. La cuisson des aliments a une incidence sur la dépense énergétique, par exemple la cuisson au four de pomme de terre est plus énergivore que la cuisson à l’eau. Je vous le donne en mille, en général les croisiéristes adorent les patates rôties. Ils dégusteront probablement des patates bouillies à la maison s’ils n’ont pas maîtrisé leurs dépenses. Le poste le plus énergivore est bien sur l’électricité incluant la climatisation. Pendant cette croisière le carburant est chargé en Jamaïque à Montegobay.

Navigation Celestyal Crystal
Passerelle Celestyal Crystal

Cet ancien ferry possède une proue renforcée et adaptée à la navigation en milieu polaire. Construit en 1982 d’importantes modifications techniques ont été apportées depuis pour diverses raisons. Le capitaine, son second et les officiers en capacité de piloter doivent se servir d’un sextant en cas de panne généralisée ; ils s’entraînent régulièrement à son utilisation. Le point est aussi précis que des coordonnées d’un GPS, sauf que le temps d’effectuer des calculs complexes, le navire change de position à cause du vent ou des courants. C’est une mesure de secours en cas d’extrême nécessité. Chaque année les mesures de sécurité évoluent en se basant sur des problèmes survenus sur les navires qui sillonnent les mers du globe. Grâce aux nouvelles technologies, les autres navires croisant le Celestyal Crystal sont détectables à quarante milles nautiques et via satellite.

Superstition de marin.

Je me souviens d’avoir visité la passerelle du Costa Luminosa et la superstition des marins avait pour effet qu’un gousse d’ail soit suspendue sur une cloison et d’autres médailles de Saints pour conjurer le mauvais sort Ici, plusieurs médailles de Saint Joseph sont accrochées sur un mur et sont là pour protéger l’équipage ; ce qui fait qu’une dizaine de paires d’yeux ne les quittent jamais.

ESCALE LA HAVANE BY NIGHT

CROISIÈRE AUTOUR DE L’ÎLE DE L’HOMME QUI FUMAIT DES CIGARES.

Le Celestyal Crystal est à quai ; il suffit de traverser la rue pour se retrouver dans le quartier de la Habana Vieja.

Quatre choses m’ont marqué pour cette première découverte nocturne :

-La musique est présente mais pas partout dans les rues. Sur les terrasses des bars ou restaurants, des orchestres de 4 à 7 musiciens chauffent l’ambiance et les touristes se déhanchent sous l’œil ravi des musicos et moqueurs des Cubains. De temps en temps, un cubain danse sur le trottoir pour le plaisir ou pour une autre raison, chasser le spleen peut-être.

- La sécurité ; les policiers sont presque partout dans les lieux à intérêt touristique. Des rues délabrées jouxtent les places et quartiers aménagés pour les touristes. Des hôtels luxueux sont en cours de construction et certains existent déjà depuis longtemps comme l’Ambos Mundos où logeait l’écrivain Ernest Hemingway.

- Les chiens dormant paisiblement sur les trottoirs ou venant trottiner en toute quiétude dans les jambes des passants. Ils portent tous des colliers avec une étiquette d’identification et leur nom ; ces chiens sont des chiens d’état ! Oui, Monsieur, des chiens d’État de Cuba, et personne ne doit les maltraiter, bien au contraire.

Chien en croisière
Chiens à la Havane

- Le « behavior » ou le comportement postural des Cubains dans leur quotidien. Ce n’est pas tant dans leur façon de danser, car ils ont le sens du rythme mais plutôt dans leur façon de marcher. Ils marchent en balançant leur bras dans un mouvement naturel, comme nous avant dans un passé pas si lointain. Avant l’apparition des smartphones qui impacte notre manière de déambuler ; le cou tendu et penché, les bras collés au corps, les avant-bras en équerre au bout desquels s’agitent frénétiquement nos pouces d’homo sapiens. Le regard fixé sur l’écran, un rapide coup d’œil aux alentours pour se situer, mais rarement vers ses congénères. Eux, ils ont le cou droit et regardent devant eux, parlent entre eux, s’arrêtent pour saluer un ami. Ils n’ont pas comme nous, fous que nous sommes, le regard aspiré par un smartphone qui vibre ou tinte. Le wi-fi à Cuba est disponible dans quelques endroits et les jeunes de la Habana se regroupent, assis sur le trottoir, aspirés dans leur petit écran, plus rien n’existe autour d’eux. À ce jour si vous voulez savoir comment nous marchions auparavant, venez à Cuba.

CROISIERE SUR CUBA

 J’ai testé pour vous la croisière autour de l’île de l’homme qui fumait des cigares sur le Celestyal Crystal.

Pourquoi ai-je choisi cette compagnie qui opère sur cette destination avec un navire de 1100 passagers alors que j’ai pour habitude de partir en croisière sur des grands paquebots de plus de 3 500 passagers ? Mais quelle mouche m’a piquée ? Vous voulez-le savoir ; eh bien je vais vous le dire (comme dirait Nicolas). C’est pour l’itinéraire. Vous connaissez beaucoup de compagnies qui consacrent 3 escales uniquement sur Cuba avec une nuit à quai à la Havane,  Cienfuegos, et Santiago de Cuba ?Non ; c’est normal. Cet itinéraire est axé sur l’île de Cuba et c’est ce qui rend son attrait très particulier, par sa rareté et son originalité. Le vent a encore tourné pour Cuba après le réchauffement des relations diplomatiques de l’ère Obama, avec la nouvelle politique d’embargo relancée par Trump. Le pays est actuellement, à nouveau, dans une situation difficile. L’activité touristique insuffisante malgré tout tourne de nouveau au ralenti à cause des nouvelles mesures américaines. Aucun visa n’est attribué aux Américains souhaitant se rendre à Cuba par avion, suspension des autorisations de visites pour les Cubains à leurs familles. S’ajoute à ce contexte la politique économique intérieure du pays qui interdit à tout cubain d’investir dans des sociétés privées. C’est la lutte de toujours contre le capitalisme. Si les Américains ne peuvent pas se rendre à Cuba ; ils le peuvent en croisière en embarquant en Jamaïque, à Montego Bay qui est une escale sur l’itinéraire du Celestyal Cristal. En résumé les Américains embarquent en Jamaïque et le reste du monde à la Havane.

Départ de la Havane.
Croisière au départ de la Havane

Le port de la Havane se situe à une quarantaine de kilomètres de l’aéroport ; le coût en taxi est environ de 30 pesos cubains, les euros sont acceptés pour la même parité. Le trajet par l’autoroute permet de se rendre compte de la situation du pays. L’embarquement dans la gare maritime n’a en rien de commun à celui d’un grand paquebot. Deux personnes sont à l’enregistrement ainsi qu’une poignée de dockers qui vous demandent une pièce pour la prise en charge de vos valises. Petit conseil, changer vos euros en arrivant à l’aéroport, même si la queue est longue, car à bord ce n’est pas possible ; la Casa de Cambio (CADECA) est la seule société autorisée par le gouvernement Cubain pour changer les pesos cubains (CUC). Je me retrouve sur le navire peu de temps après la traditionnelle photo derrière la barre ; une roue en bois vernis. Je suis logé en cabine extérieure avec un grand sabord. Très propre et fonctionnelle, moquette bleue, sofa rayé gris perlé et placard en boiserie lui confère un air vrai cabine de navire. Après un rapide dîner au buffet qui est très bon et agrémenté de plats cubains, je débarque pour découvrir la Havane by night. Mais c’est dans un prochain épisode.

Philippe.

ECONOMISER AVANT VOTRE CROISIERE

ECONOMISER AVANT  VOTRE CROISIÈRE.

Préambule

L’industrie des croisières a explosé au cours de ces vingt dernières années et continue de croître.

Soixante-dix navires seront construits au cours des dix années à venir dans plusieurs chantiers navals européens. Ils mouilleront leur quille depuis les eaux tièdes de la Méditerranée jusqu’à celles, glacées, des régions polaires. Leurs coques glisseront dans les eaux chaudes des Caraïbes, de l’Amérique, de l’Asie, de l’Océan indien et sur toutes les mers qui colorent de bleu le globe terrestre posé sur les bureaux de notre enfance.

Treize millions de passagers ont embarqué en 2004 sur un navire de croisière, en 2016 ils seront vingt-quatre millions. Les estimations chiffrent trente-quatre millions de croisiéristes en 2026 dans le monde.

La croisière a du succès grâce à la diversité de son offre. Elle est accessible à tous quels que soient le revenu, le budget vacances, le mode de vie et les attentes de chacun.

Ce guide a pour fonction de vous aider à mieux comprendre l’univers de la croisière.

Il vous aidera dans vos choix et vous serez alors un consommateur averti, mieux informé et plus serein dans votre achat.

 A-Avant la croisière.

1. Comment fonctionne le système.

Lors d’une conférence, pendant un congrès sur le marché de la croisière, l’une des plus importantes compagnies de croisières déclarait : « Nous avons construit beaucoup de paquebots et nous avons beaucoup de cabines à remplir. Nous n’avons pas d’autre choix que de baisser drastiquement les prix. Nous allons donc augmenter les prix à bord afin de maintenir le revenu par passager. » Intéressant, n’est-ce pas ?

Les compagnies surfent sur la vague du boom des croisières en planifiant, pour les deux premières décennies du XXIe siècle, la construction d’un nombre incroyable de nouveaux navires. Or l’économie a chancelé avec la crise des « subprimes » en 2008 et les consommateurs de tous les pays se sont soudainement trouvés dans l’incapacité de s’offrir une croisière pour leurs vacances.

Malheureusement pour les compagnies de croisières, les contrats étaient déjà signés pour des dizaines de nouveaux mégas navires, les plus grands et les plus chers paquebots qu’on n’ait jamais vus.

Elles se sont retrouvées dans une situation difficile, sans autre choix que de maintenir le rythme soutenu de la construction de nouveaux navires. Les compagnies ont aussi compris qu’elles devaient continuer à construire plutôt que de courir le risque de perdre leur réputation et leur part du marché.

Le résultat de cette course à la construction navale a été l’abondance des cabines et des tarifs de croisière qui n’ont jamais été aussi bas.

À première vue, cela peut sembler une excellente nouvelle pour le consommateur.

En réalité, plus le prix de la croisière est bas, plus vous dépenserez à bord par des moyens directs ou subtils.

Donc, quand vous dénichez une aubaine, par exemple à 336 € par personne pour 7 nuits en Méditerranée, rappelez-vous que vos dépenses ne se s’arrêteront pas là ; le coût total peut atteindre 3 fois le montant du prix annoncé.

Pourquoi ? Ces rabais sont destinés à attirer le consommateur : il faut que le navire soit complètement plein au départ. Ensuite, pour rentabiliser la croisière, il est clair qu’il faut compenser cette perte de revenus.

2. L’écueil à éviter.

L’erreur la plus courante est de dépenser trop d’argent à mauvais escient.

Les passagers ont tendance à penser que, plus ils dépenseront d’argent, meilleure sera la qualité de leurs vacances. Les compagnies de croisières sont très douées pour inciter leurs clients à dépenser sans compter pour des produits et des services susceptibles d’améliorer leurs vacances. Ils sont très habiles pour dissimuler que presque tout est payant à bord et vous allécher avec des services ou produits que vous pourriez facilement acheter moins cher. Les passagers acceptent par habitude l’idée qu’ils n’ont d’autre choix que de payer les prix affichés pour des boissons au bar, des vins au restaurant, des excursions à terre, des achats dans les boutiques du bord, des massages, etc. Les officiers supérieurs sont constamment en réunion, les conférences téléphoniques avec le siège social sont quasi quotidiennes, les courriels inondent la boîte de réception de chaque directeur et de nouvelles initiatives sont constamment mises en place. Leur but ? Amener subtilement mais efficacement les clients à dépenser sans compter. En fait, un bateau de croisière est une affaire économique comme n’importe quelle autre. Cependant, cela ne signifie pas que vous êtes impuissant face à leur pouvoir tactique.

Si les compagnies sont douées pour vous faire des propositions alléchantes, vous, vous avez le droit d’être un consommateur avisé et, ce faisant, de prendre des décisions réfléchies qui vous permettent d’éviter les pièges. Soyez imperméables aux magnifiques brochures qui vous font rêver de massages aux pierres chaudes, de forêts tropicales, de couchers de soleil en mer, de plages de sable blanc, de dîners de homard accompagnés de champagne de grande cuvée, d’un service personnalisé et attentif, de saunas et de bains à remous sur le pont, d’achats hors taxes, de soirées festives.

Le but est de vous rendre si excité que vous ne vous souciiez plus du coût de tous ces services. Ne vous laissez pas conditionner. Avec quelques méthodes simples, vous pouvez éviter le piège et arriver à gérer votre budget sans jeter l’argent par les fenêtres pour des services qui n’apportent aucune valeur ajoutée à votre croisière. Si vous payez des centaines ou des milliers d’euros de plus pour la meilleure cabine sur le bateau, pensez pour quoi vous payez : une cabine plus agréable dans laquelle vous n’allez pas passer beaucoup de temps, des bonus associés à une classe plus chère, mais qui peuvent être obtenus gratuitement. Laissez tomber le service payant d’un majordome qui est compris généralement dans le prix d’une suite. Voici quelques astuces qui vous donneront le même niveau de service pour pratiquement rien et aussi, par exemple, des bouteilles gratuites de vin et de champagne, des hors d’œuvres supplémentaires, des fleurs dans votre cabine, des massages privés et un statut prioritaire, peu importe la catégorie de cabine que vous réservez. La qualité de votre croisière n’est pas nécessairement proportionnelle au montant de vos dépenses.

Lorsque vous payez votre tarif de croisière, ne perdez pas de vue que toute dépense à bord n’est pas incluse dans ce prix. Ce qui est inclus dans le prix global, c’est votre cabine, les repas et les divertissements, quelquefois le forfait de séjour, comme l’annonce la compagnie Costa Croisières. En ce qui concerne l’estimation des coûts supplémentaires à bord, il est difficile d’en avoir une idée précise. Les passagers qui ont l’intention de prévoir un budget serré sont souvent très surpris par certains «extras»  auxquels ils n’ont jamais pensé.

Pour en savoir plus, Rendez Vous ICI

Philippe.

 

LES NOUVELLES ESCALES AUX CARAÏBES

LES NOUVELLES ESCALES AUX CARAÏBES.

Une brise de renouveau insufflée par les compagnies de croisières souffle sur des nouvelles escales tropicales. Croisiériste aguerri, lassé de faire escale encore et encore dans les mêmes ports des Caraïbes ; rassurez, au cours des prochaines années de nouveaux ports de croisière non vous ouvriront leurs quais comme un ami chaleureux vous ouvre les bras. Plusieurs tractations sont en cours entre les gouvernements locaux et les compagnies de croisières. Au cours de ces dernières années plusieurs nouvelles escales sont parues dans les brochures des compagnies de croisières, avec Harvest Caye à Belize qui est le port de croisière le plus récent des Caraïbes. Voici un avant-goût des nouvelles escales dans les Bahamas, la côte du Pacifique et les Caraïbes. Pour certaines, elles sont en phase de construction ou proposée par une compagnie.

île Caraïbes
Caraïbes

Ocean Cay. Un projet pharaonique de la compagnie MSC Croisières avec l’achat d’une île de 85 hectares aux Bahamas et d’un investissement de 200 millions de dollars. L’île sera dotée d’un quai, d’une réserve marine, de six plages différentes d’un lagon intérieur sans requins, une tyrolienne vertigineuse la traversant, d’un pavillon pour les célébrations diverses comme le mariage. Mais la compagnie n’oublie pas ses hôtes de choix du MSC YACHT CLUB en leur réservant un centre de bien-être exclusif. L’ouverture est prévue pour l’automne 2019 et le somptueux MSC Seaside fera escale une fois par semaine en partant du port de Miami. Port de Carnival aux Bahamas. Ce n’est un secret pour personne, Freeport est un port qui n’a rien de réjouissant, et la compagnie Carnival Cruise Line qui n’a pas encore de port privé projette d’investir 200 millions de dollars dans la même île, Grand Bahama. Il est prévu une grande plage, des restaurants et des magasins. Bien qu’ Holland America Line soit une filiale du groupe Carnival Cruise et que ses navires fassent escale sur une île privée, Half Moon Cay, la compagnie mère par la voix de son président annonce que ce nouveau port « contribuera à la prospérité des Bahaméens et en même temps des services allants au-delà de l’attente de leurs hôtes à bord. » L’île du Tigre. Les autorités du Honduras avec l’appui de leur office de tourisme ont la volonté de développer le secteur des croisières en créant un nouveau port, le port d’Amapala. Ce port situé sur l’île du Tigre se situe près de la côte pacifique du Honduras ; doté d’un chenal profond, les navires accosteront directement au port. Le port d’Amapala deviendra le quatrième port de croisière au Honduras après Rotan, Trujillo et Puerto Cortès. L’île de Tortuga. Située sur la côte nord d’Haïti, Carnival Corporation a prévu un investissement de 70 millions de dollars, bien qu’une lettre d’accord soit signée et que cette annonce date de 2014, à ce jour peu d’informations détaillées ont été publiées. Rassurez-vous donc, de nouvelles escales seront bientôt dans les programmations des compagnies de croisières dans les Caraïbes. Cet exercice difficile, de proposer de nouvelles destinations sur les mers du globe est un challenge dans le futur développement des compagnies de croisières. Philippe

LES FEMMES A LA BARRE.

LES FEMMES A LA BARRE.

Bye, bye le club des machos en mer ! Depuis peu le domaine de la croisière maritime ouvre sa position la plus convoitée, enviée, désirée, adulée : le siège du capitaine à la gent féminine. Regent Seven Seas, Windstar et Celebrity sont les dernières compagnies à asseoir sur le siège du capitaine des femmes. Kate McCue, trentenaire, native de San Francisco a élargi le territoire des femmes en devenant la première capitaine américaine de l’industrie de la croisière. Elle est aux commandes du Celebrity Summit, navire de la compagnie éponyme Celebrity, d’une capacité de 2158 passagers. Une femme de caractère bien trempée qui annonce : « Je n’aime pas les stéréotypes, mais j’aime les écraser.

Serena Melani, 42 ans, a été promue en 2010, capitaine de Seven Seas Mariner (700 passagers et 400 membres d’équipage) ; c’est la première Italienne à commander un navire de la compagnie Regent Seven Seas Cruises. Heureuse d’être commandant d’un navire pour la première fois, le nouveau capitaine a minimisé l’importance de son sexe : « Oui, je suis une femme dans un environnement masculin traditionnel. Mais quand vous êtes à bord, vous faites partie d’une équipe. Quel que soit votre sexe, vous avez un travail à faire. Et vous devez le faire bien. »

Plus récemment, Belinda Bennett d’origine britannique a été promue première femme capitaine de Windstar en 2016. C’est la première femme noire capitaine d’un navire de croisière dans le monde. Elle admet les moments difficiles de sa carrière : « Nous devons encore faire un effort supplémentaire dans ce monde encore dominé par les hommes. Ce trio a rejoint cette poignée d’autres femmes qui ont percé les rangs masculins traditionnellement prévus à la fonction de capitaine de navire de croisière.

Parmi elles ; en 2007 avec Karin Stahre -Janshen, promue capitaine sur le Monarch of the Seas de la compagnie Royal Caribbean. D’origine suédoise, elle fut la première capitaine de ce navire de 2 400 passagers et de 850 membres d’équipage. Mais aussi Inger Klein Thorhauge qui a commandé le Queen Victoria de Cunard et d’autres encore. Les compagnies italiennes, à ce jour, laissent toujours des hommes sur le siège du capitaine. Serait-ce une cause culturelle ? Les mammas seront-elles toujours cantonnées à faire des pasta ? Seul l’avenir nous le dira. Philippe.

VOTRE RÉSERVATION DE CROISIÈRE

Une réservation de croisière

Ce peut être une chose très simple ou un parcours du combattant : cela ne dépend que de vous.

Si vous avez pu trouver votre bonheur  (2 adultes, 1 cabine), destination, date, compagnie, bateau, prix et que vous n’avez pas eu besoin de demander une cotation complémentaire pour le prix c’est élémentaire : en direct  avec la compagnie ou avec un agent de voyage spécialisé (internet ou non) vous réservez ce que vous avez trouvé au prix que vous avez trouvé. Mais, même dans ce cadre, pourtant simpliste, il y a des pièges : assurez-vous que la catégorie de cabine est bien définie à l’avance, sans ambiguïté (le mieux est d’avoir le numéro des cabines sur la commande) et que ses caractéristiques vous satisfont.

Sur les forums, il y a beaucoup de regrets quant à la situation de la cabine qui peut s’avérer moins confortable que prévue.
A éviter, si possible :

  • une cabine donnant sur les paliers ascenseurs (bruit),
  • une cabine située juste sous la piscine (réveil assuré à 6 h 00 quand le personnel réaligne les transats) ou le dancing nocturne ; pour les sensibles au mal de mer éviter les extrémités du bateau ou les ponts trop en hauteur.

Il y a parfois des bonnes surprises : certaines cabines à l’arrière disposent parfois de balcons très généreux même si le bruit des hélices est sensible. Si vous n’avez ni contraintes de date ou de destination et que vous êtes dans une situation « classique », attendez les promotions de dernière minute : il faut bien qu’ils remplissent les bateaux. Certains croisiéristes rencontrés à bord s’en font une spécialité avec des prix imbattables. J’ai connu des couples de retraités qui faisaient 3 croisières par an pour un prix dérisoire.  Même dans un cadre simpliste (une cabine extérieure pour 2 adultes) vous pouvez rencontrer, à bord, des gens ayant payé 4 fois moins cher, encore qu’on puisse douter parfois de leur bonne foi.

Par contre, dès lors que vous avez des exigences particulières, ce système ne fonctionne plus car les programmes informatiques de réservation sont très élémentaires et ne permettent pas de prendre en compte vos spécificités.
Consultez avec soin le plan des navires, certaines compagnies  disposent de plans très précis mais les icônes qui les accompagnent (couleur, nombre de places, ne sont pas toujours explicitées : deux couleurs différentes à deux niveaux différents indiquent deux catégories différentes et donc deux prix différents ! Donc si vous souhaitez partir avec des enfants, des cabines communicantes (ou voisines entre amis) ou avez d’autres exigences il va falloir discuter avec une personne capable de comprendre votre demande et de vous expliquer sa proposition.
C’est encore plus le cas quand vous voulez choisir entre plusieurs croisières semblables et faire des comparaisons. Dans ce cas il faut passer par une agence qui est la seule entité capable de négocier et de faire pression, éventuellement,  sur l’armateur et généralement en anglais.  N’ayez aucun scrupule à changer d’avis, à demander autre chose, même s’il vous semble que vous importunez votre interlocuteur : ces « conseillers croisières » sont payés pour ça mais certains ont une telle capacité d’écoute que je m’en suis fait des bonnes relations jusqu’à leur envoyer des nouvelles de notre voyage.  

La plupart des agences demande un téléphone pour faire des négociations téléphoniques « hard » et emporter la commande : vous avez en ligne des commerciaux professionnels.  C’est à éviter : les écrits sont plus sûrs. Si un site internet  vous demande votre numéro de téléphone pour chiffrer une demande : donnez un faux numéro ; ils seront obligés de vous contacter par mail. Généralement vous recevrez une proposition qui ne remplit pas vos conditions (faut faire vite et simple). Après contact et échanges (de mail !) vous recevrez une proposition plus en rapport, qui, comme par hasard, sera beaucoup plus élevée que la première ! A vous de décider du sérieux de votre interlocuteur et donc de continuer ou non. Certains se lassent dès le deuxième contact, d’autres sont plus efficients.

Tout est négociable : j’ai réussi à retarder le paiement d’un acompte de plusieurs semaines tout en conservant l’option sur la réservation. Les acomptes demandés le sont parfois très tôt avant le départ : dans ce cas il faut prendre une assurance annulation bien qu’en plus de la déception possible, il puisse y avoir une vraie difficulté de récupérer vos fonds. N’oubliez pas de vous faire préciser sur votre bon de commande les suppléments « gratuit » sur lesquels vous comptez. Une formule « pension complète » est insuffisante si l’on vous promet un forfait boisson par exemple. Une fois sur le bateau, il sera trop tard, et vous pourriez avoir à payer 4 euros la bouteille d’eau, d’un volume inconnu. Il ne faut pas oublier que les compagnies gagnent essentiellement de l’argent sur les suppléments. Vous pouvez le lire sur des témoignages quand les clients s’aperçoivent que les pizzas ou les glaces gratuites ont disparues d’un voyage à l’autre. Et cela ne vaut pas que pour les compagnies « low cost ». Comme je faisais remarquer que sur une compagnie réputée haut de gamme qu’il n’y avait que du jus d’orange au petit déjeuner, un internaute m’a écrit qu’il y a 2 ans, sur le même bateau,  il avait le choix entre 12 jus différents : il n’y a pas de petits bénéfices.

Eric GROSMANN

Les 15 signes flagrants d’un accro de la croisière.

 

Les 15 signes flagrants d’un accro de la croisière.

Accro

 

1.Vous travaillez uniquement pour financer votre prochaine croisière.

2.Vous possédez un teeshirt de chaque navire de croisière.

3.Vous passez des heures sur les sites de croisière.

4.Vos fonds d’écran d’ordinateur ou de smartphone sont une photo de votre dernière croisière.

5.Vous pestez quand il n’y a plus de cabine avec balcon disponible et vous suppliez pour être en liste d’attente. Vous relancez chaque semaine votre agence ou la compagnie.

6.Vous utilisez le jargon maritime dans votre quotidien, comme : pendant mon jogging, j’avais le vent en poupe. Je me suis trouvé dans un flot de voitures. J’ai senti le sillage d’un parfum.

7.Vous planifiez votre croisière alors que vous êtes à bord.

8.Vous avez au moins une carte de fidélité d’une compagnie de croisière au plus haut niveau.

9.Une croisière « Tour du Monde » est votre fantasme.

10.Vous avez des objets ramenés de croisière, des maquettes de navire, des photos sur vos étagères.

11.Vous souffrez de dépression post-croisière.

12.Vous comptez les jours, mais vous savez exactement la date de votre prochaine croisière, même des mois à l’avance.

13.Vous savez choisir l’emplacement de votre cabine (babord ou tribord) en fonction de l’itinéraire.

14.Vous avez toujours un bagage prêt pour partir en dernière minute.

15.Vous vous êtes fait de nouveaux amis en croisière.

Le journal de bord de notre tour du monde

Notre tour du monde à bord du Costa Luminosa

Chapitre 1

Les préparatifs indispensables et les pré-acheminements

Avant tout  s’assurer d’avoir tous les visas indispensables. Il faut faire donc en faire la demande, soit  par un organisme sur internet qui s occupe de l’ensemble  (mais très cher) , soit par votre agence de voyage (très rare). Vous pouvez le faire  vous même par internet, il faut choisir le site officiel  de chacun des  pays concernés.

Pour l’Inde -le plus compliqué- remplir un formulaire sur internet puis  l’envoyer ou le déposer  avec un retour par courrier  valable 6 mois. Pour les Etats Unis d’Amérique  par internet 15$ valable deux ans. Pour l’Australie par internet gratuit.

Facilité offerte par Costa Mardi 2 janvier prise en charge de nos  bagages à notre domicile par bag express Avec Costa club si vous êtes diamante  vous avez le droit d’envoyer  une valise par personne gratuitement que vous retrouvez dans votre cabine, le bagage supplémentaire coûte  120 € aller et retour. Bien mettre en place et contrôler les étiquettes au moment de l’enlèvement.

Le début de l’aventure

Jeudi 4 janvier Départ de LILLE   13heures avec Easy jet  Pour 25 € par personne. Direct VENISE  arrivée 14h15. Direction l hôtel  SAN GALLO  70 € la nuit pour deux petit déjeuner compris  situé derrière la place St MARC en VAPORETTO  15€. Durée 1h30 ne pas prendre le taxi bateau très cher. Retrouvaille avec les amis

Vendredi 5 janvier Deuxième jour à VENISE, visite de la ville, dîner dans un petit Resto au rendez vous des gondoliers super. Le soir même Resto

JOURNAL DE BORD CROISIERE. COSTA LUMINOSA  2018…

Samedi 6 janvier Départ de l’hôtel en Vaporetto pour embarcadère  vingt minutes  prix 8 € Embarquement à bord du Costa LUMINOSA 13 heures. Retrouvailles avec plein de croisiéristes  ayant effectué des tours du monde, pour nous c’ est le cinquième. Direction la cabine 1203  avec hublot au premier pont à l avant du bateau, très bien pas de bruit près des ascenseurs. (Télé, sèche cheveux, frigo, coffre grand lit double, douche toilettes,  shampoing rien ne manque). Avec balcon c est mieux mais plus cher.  Nous sommes très rarement dans la cabine  il y a tellement d activités. 

Chapitre 2

La première semaine à bord

Dimanche 7 janvier Arrivée à BARI  ITALIE. Départ en taxi à 5  pour 12 €  5 minutes pour le centre ville  visite de la très belle basilique, retour à pied  environ 1,500 km. Première intervention,  une italienne en larme crie « mon mari est mort » il était tombé  dans le salon, une personne  l’a relevé mais il était blanc et les lèvres bleues, aussitôt je l’ai mis en position de sécurité  et vérifié si il n avait pas avalé sa langue, il est revenu à lui mais son épouse s’évanouie dans les bras de mon épouse. Le médecin de bord à fait transporte le couple à l’infirmerie.

Lundi  8 janvier Journée en mer, à bord nourriture excellente, mais plus de café le midi et le matin plus de sachet nescafé,   par contre il y de la glace le soir au repas mais plus de menu dans la cabine Le personnel de bord est toujours aussi  excellent

Mardi 9 janvier : Arrivée à CIVITAVECHIA (Rome). Navette gratuite pour le centre ville. WIFI  au café juste en face de l’arrêt du bus. Visite du marché sous la pluie,  achat d’un parapluie.

Mercredi 10 janvier Journée en mer

Jeudi 11 janvier Arrivée MARSEILLE France Nouveau il y a une navette gratuite du port à 300 mètres qui vous emmène au centre ville Achetons une  machine expresso  avec 200 dosettes  Pour notre cabine prix 110€. Sur le vieux port retrouvaille avec des amis habitant  AIX EN PROVENCE ayant fait un tour du monde  en 2017

Vendredi 12 janvier Arrivée  BARCELONE Espagne. NAVETTE  à la sortie  à droite  4€ par personne aller et retour.Achat en ville d’une bouteille de Ricard et de whisky,  il est interdit de monter de l’ alcool à bord mais à Barcelone c’est le seul endroit possible car le contrôle est fait  dans l’embarcadère  et non dans le bateau.

Samedi 13 janvierJournée en mer. Je contacte les enfants par Vidéo. Le mieux est de prendre sur le bateau un forfait  réseaux sociaux illimité pendant la croisière au prix de 146€  et de correspondre ou d’envoyer des photos avec Facebook  et Messenger.  Sinon par internet Mais trop cher. Le soir soirée de gala (pas de langouste)

Les excursions en croisière

Les excursions en croisière

Les réflexions d’EG43 à propos des excursions

Une activité importante en croisière est de profiter des escales pour découvrir (ou redécouvrir) l’endroit où le bateau s’est arrêté. On appelle cela les excursions. Plusieurs possibilités existent selon les bateaux, les lieux d’escales et vous-même. Pour avoir tout essayé voici quelques réflexions.

1)     Les excursions proposées par le bateau.
Cela parait le plus simple mais ce n’est pas vrai ni bon marché. C’est même très cher parfois car si le prix des croisières a tendance à baisser, il faut bien que les compagnies gagnent de l’argent. D’abord regardez avant de partir ce qui est proposé par le bateau choisi. Outre le prix vous pourrez découvrir le style (sportif, visites, promenade) pour chaque excursion. Ceci ne signifie pas qu’elle sera maintenue à bord. Si vous choisissez de payer à la commande (c’est parfois un prix promotionnel) ou à bord des conditions peuvent l’annuler( météo, nombre d’inscrits), dans ce cas on vous proposera autre chose ou on vous remboursera. Il est préférable d’utiliser cette solution si vous ne connaissez pas du tout les lieux, ne parlez pas la langue ou si les distances à parcourir sont élevées. Exemple : aller voir les pyramides de Gizeh en escale à Alexandrie doit être fait dans ce cadre. Il en est de même pour les pyramides du Yucatan.

2)     Avec des enfants.
C’est plus compliqué car les conditions des excursions du bord sont conçues pour des adultes fringants. Certaines sont mêmes interdites aux enfants. Si certains ont des prix réduits pour les enfants, elles ne sont pas forcément conçues pour eux. Sur les bases du § précédent nous sommes partis avec 2 enfants en excursion organisée pour aller voir l’ETNA au départ de Messine : une météo exécrable et 5 h 00 de car ont rendu cette journée catastrophique et rien ne fût remboursé. Par contre avoir des enfants avec soi fait qu’on est plus nombreux et cela peut permettre d’autres choix. Je conseille vivement de chercher au maximum des solutions plus adaptées : à pied, en taxi (ou similaire), avec des transports en commun.

3)     A plusieurs (4 à 6, enfants compris)
Il ne faut pas hésiter à partir en solo sauf conditions de sécurités exceptionnelles. Il y a les transports en communs locaux ou les taxis ou à pieds si le bateau est en centre-ville. A Katakolon, en Grèce, il faudrait être fou pour ne pas prendre un taxi à 4 pour aller à Olympie ! Mais on peut aussi avoir prévu à l’avance un véhicule réservé, parfois avec un guide et/ou un chauffeur francophone ce qui permet de composer soi-même son excursion. Malheureusement à éviter pour certaines escales comme la Russie ou la Chine. Cette formule permet aussi de visiter ce qui n’est prévu par les organisateurs du bord quand on connait déjà l’escale.

4)     Organisation à l’avance.
Même en couple, il peut être intéressant de s’y prendre avant de partir en recherchant, via Internet, si des conditions ou des personnes ne sont pas plus fondées. A Santa Barbara (USA) je voulais aller voir les dauphins, j’ai réservé ces 4 h 00  de bateau depuis mon ordinateur pour 200 $ ; à bord c’était 350 $ ! A Rhodes, j’ai cherché un taxi francophone et j’ai un taxi qui est venu me chercher : c’était un Belge qui nous a fait passer une 1/2 journée fantastique. En Amérique latine, notre bateau ne parlait qu’anglais, excursions comprises. J’ai trouvé des guides francophones pour chaque escale : même à deux la journée ne nous est pas revenue plus chère (un peu car j’ai payé le déjeuner de nos guides). L’intérêt de la formule est que la visite est à votre rythme et que ces locaux connaissent parfaitement les lieux et privilégient les visites originales. Après Lima j’ai discuté avec un cadre du bord qui a été sidéré par tout ce que nous avions vu et fait sur la journée et pourtant mon épouse marche difficilement. Parfois ça ne se passe pas comme prévu : ce n’est pas grave le bateau est toujours là. Une fois a Athènes, que nous connaissons par cœur, nous emmenions une vieille tante. J’avais prévu un taxi mais ils étaient en grève. Je n’ai pas eu le réflexe de prendre les bus « Hop in, Hop off » : grosse erreur mais tant pis nous sommes restés à bord. En Amérique latine, la sortie des ports pour retrouver nos accompagnateurs fut parfois laborieuse ! EG43

Une Croisière , Pourquoi pas ?

Une Croisière , Pourquoi pas ?

Après avoir voyagé avec tous les engins possibles pendant 30 ans de l’Europe à l’Australie pendant les vacances scolaires, nous sommes devenus des fervents des croisières (25 à ce jour), l’âge venant. Essentiellement parce que un navire de croisière c’est un hotel qui se déplace sans les contraintes de bagages, de circulation, de parking , de sites de nuitées, etc…

Plusieurs éléménts sont à prendre en compte :

la destination, les personnes concernées (en couple ou avec des enfants), le confort proposé, et bien sur le budget. Les choix sont considérables et on peut touver une semaine à 350 € par personne à 15 000 € par personne (ce qui n’est pas donné à tout le monde). On va donc du « Low cost » au grand luxe. Evidemment on ne trouvera pas les mêmes conditions dans les deux cas. Donc on établira d’abord son budget en sachant qu’il y a plein de frais annexes à ajouter au prix du croisiériste (les boissons, les excursions, les frais de service, les coûts d’approche du navire comme avion ou parking selon le lieu d’embarquement). Enfin, il y a l’incontournable mal de mer dont on ignore généralement les effets quand on est néophytes. Pour mesurer ce dernier aspect une expérience de 3 ou 4 jours par temps difficile (en hiver quand c’est pas cher)  à coût réduit est indispensable.

Ensuite il faut prendre en compte les participants.

On ne choisra pas la même chose en couple dynamique ou avec des enfants ou petits enfants. Pourtant ce type de vacances est fort apprécié par les plus jeunes car nombre de bateaux proposent un pannel d’activités à bord alors qu’ils se fichent complètement de la restauration. Dans ce dernier cas on tiendra compte des centres d’intérêts des plus jeunes : les visites (Pompéi), la nature (fjords norvégiens, volcans, etc. ). Ceci permet de déterminer une durée et un itinéraire. Nous sommes partis faire un tour des Amériques de 45 jours : c’est inconcevable avec des enfants.

Le point suivant est le confort.

On va de la cabine intérieure de 9 m² à la suite VIP de 60 m² ou plus. Pour un séjour de courte durée, on peut faira abstaction de ce point encore que 9 m² en cabine intérieure (sans fenêtre ou hublot) ou 16 m² en cabine avec balcon ne soit pas la même chose.

Pour les croisières longues (supérieures à 15 jours),

il faut privilégier un certain niveau de confort. Un deuxième élément est la taille du bateau (de 200 à 6000 passagers). Peu d’activtés ou de services offerts sur un petit navire mais le nombre et parfois la qualité croît avec la taille. Attention quand même aux monstres des mers avec souvent une sensation de foule sur certains points de la vie quotidienne (les repas, les débarquements et embarquements, la piscine), n’en déplaise aux armateurs. Bien logiquement ce confort est lié à la classe du bateau (ne pas trop se fier aux étoiles) et au prix de la croisière.

Quant à l’itinéraire, 

il dépend des gouts et expériences de chacun, mais il faut savoir que la vue par la mer n’a rien avoir avec la vue au sol. Longer en véhicule la cote norvégienne ou le faire en bateau n’a rien avoir ; visiter Istambul ou traverser le Bosphore sur un paquebot non plus.

Pour choisir sa compagnie ou son bateau les forums internet et les expériences des autres sont utiles.

Pour autant, aussi bien qu’elles soient préparées, les croisières peuvent être décevantes sur des points divers selon les passagers. Il y a d’abord la météo qui est incontournable. Ensuite il y a l’organisation interne du navire qui peut convenir ou pas et les difficultés linguistiques éventuelles font partie de ce lot. Ce n’est donc pas pareil de voyager en solo ou dans un groupe constitué avec accompagnateurs (le prix n’est pas le même !).

Dernier point : les excursions aux escales. Il faut les préparer. La solution la plus facile est celle d’utiliser (et de payer) celles du bord. Mais il ya bien d’autres solutions comme une excursion en solo avec les transports en commun locaux ou la réservation d’un guide privé local (pas forcément plus chère à partir de 3 personnes).

Quant à ceux qui penseraient que ce sont des vacances de nantis, étrangers aux difficultés sociales je répondrais ceci : vous faites vivre des centaines de matelots ou personnels d’Indonésie, de Maurice ou d’ailleurs, bien contents de ce travail. J’ai aussi acheté aux fins fonds du Chili des colibris miniatures réalisés par la vendeuse (pas en Chine) en plumes d’oiseaux et billes de verre : j’ai payé 10 $ (8 €) ; elle avait les larmes au yeux et mon guide m’a expliqué en partant que c’était son revenu d’une semaine. Je n’étais pas mécontent.

EG 43

L’édito du modérateur …….

L’édito du modérateur …….

Avec modération ne s’applique pas qu’à la consommation de boissons alcoolisées!!! Vous vouliez effectuer  la croisière de vos rêves, elle a tourné au « cauchemar », c’était la « galère » le staff était « autiste ».  (Je cite !) Dites vous bien que lorsque vous fulminiez contre le bruit des machines ou la file d’attente au buffet,   d’autres croisiéristes – à quelques pas de votre cabine ou de votre transat-  étaient enchantés par leur gâteau d’anniversaire, ravis du  cours de samba! Ils peuvent donc laisser des commentaires  élogieux ou dithyrambiques tout  comme les vôtres  sont écrits au vitriol. Il faut admettre qu’en raison de l’ambiance du bateau ou de l’humeur du moment on peut avoir soi même un avis totalement différent d’un jour à l’autre et plus encore  d’un passager à l’autre. Les saisons et la destination ou la période des vacances scolaires tout comme le fait de voyager en famille ou en couple et à fortiori le budget consacré à la croisière sont des facteurs importants qui  conditionnent l’appréciation. La perception est  également  différente au regard des disparités tarifaires selon qu’on se décide en dernière minute aux meilleures conditions ou que l’on a réservé sa cabine balcon au prix fort.  N’oublions pas non plus que s’il existe des navires « francophones » la plupart des croisières sont fréquentées par d’autres européens et de plus en plus de russophones sans oublier les équipages composés d’asiatiques et sud  américains.  Les cultures s’entrecroisent et  s’entrechoquent. C’est un élément dont il faut tenir compte sans préjugé dans les appréciations. Votre avis -quelque soit votre expérience-  nous intéresse. Il permet aux primo croisiéristes comme aux plus « chevronnés » de parfaire leur choix d’agence, de compagnie,  de navire,  de destination ou  de confort. Comment s’exprimer alors ?  Simplement s’en tenir aux faits et circonstances, décrire vos déboires ou la raison de votre satisfaction sans récuser les avis contraires ou juger voire diffamer leurs auteurs. Avis croisières n’a d’autre but que de faire partager votre expérience au plus grand nombre dans un souci d’équité et d’impartialité. Nous comptons sur votre pondération à la rédaction de vos commentaires  et sur votre tolérance à la lecture d’avis divergents. Le modérateur : Modérato navigabile

Le Golf en croisiere

Pourquoi thématiser sa croisière ?

Thématiser sa croisière ?

Mêler voyages et passions personnelles à bord, c’est possible, grâce aux croisières thématiques. Très porteuse, la musique s’invite à bord sous toutes ses formes.
Et pas seulement pour les nostalgiques version Age tendre et Têtes de bois – dont la toute dernière édition a eu lieu cette année.
Non ! Monde celtique ou rythmes reggae, quatuors classiques ou groupes hard rock, MSC et Norwegian, RCI  (Royal caribbean International) et compagnie du Ponant relèvent le défi.
La musique étant universelle, la langue vernaculaire est moins importante que pour des croisières où dominent les conférences.

Qu’on parle d’œnologie ou d’histoire, de science ou de photographie, mieux vaut alors être anglophone.

Et de bon niveau, car le vocabulaire est spécifique. Mais on peut opter pour des compagnies françaises, d’ailleurs de plus en plus nombreuses à imaginer des voyages thématisés. Elles s’associent également parfois à des journaux (Historia, l’Obs, le Monde, Le Figaro) pour embarquer des journalistes, des professeurs et conférenciers (historiens, biologistes, naturalistes…) à l’expertise reconnue.

Vous êtes gourmands ?

Certaines escales se plient à merveille au thème du vin et de la cuisine. Associés à un chef ou un œnologue de renom, voilà une combinaison gagnante qui met l’accent sur les dégustations et excursions dédiées.

Le Golf en croisiere
Le golf en croisiere

Si le swing évoque pour vous le green bien peigné d’un golf,

il est possible d’embarquer avec un pro sur des paquebots pourvu d’un practice voire d’un simulateur dernière génération tout en profitant des escales pour découvrir – l’hiver aux Caraïbes, l’été en Méditerranée – des parcours prestigieux.

Danses de salon et jeux de cartes, bien-être et sport : autant de sujets qui mettent en avant le navire parfois plus que la destination.

Apprendre à twitter ou à swinguer, à vous d’harponner la bonne idée.Ce type de croisière est idéal pour faire de nouvelles connaissances – qui auront au moins un point commun avec vous ! – ou de partir entre amis motivés par la même passion. Généralement, prisées des cinquantenaires et au-delà, certaines thématiques comme la gastronomie ou la plongée sous-marine tend à rajeunir la moyenne à bord.

 

Croisière séduction en mediterranée

Croisière en méditerranée: Les cartes postales de Louise

Croisière Italie, Tunisie, Espagne à bord du MSC Splendida

Pour écouter « Louise cruise radio » Cliquez sur « ► » juste ci dessous

A écouter… La lecture est aussi merveilleuse …

J1 – Marseille 14h40

Saleté de train ! J’avais prévu d’arriver en avance pour éviter le stress de l’embarquement. Je suis comme ça, les vacances pour moi ne commencent vraiment que lorsque j’ai atteint ma cabine, que je prends possession des lieux, que je n’ai pas manqué le réveil, le train, le bus, le bateau. Avant, j’ai le cœur un peu serré, j’ai toujours peur d’avoir oublié quelque chose.

Deux heures de retard. J’aurais dû aussi envisager ça.

En sortant du taxi, je cours, enfin je trottine, encombrée de ma valise, de deux sacs qui balancent sur mes hanches. Je ne sais pas voyager léger…

Il me regardait amusé. J’étais décoiffée par la course et les vêtements un peu de guingois. J’ai eu le temps de le trouver beau.

Louise

Croisière Italie, Tunisie, Espagne à bord du MSC Splendida

J2 – Gênes 11h42

On dirait une danse lente. Des jupons de dentelles qui s’arrondissent et s’épandent dans une musique de silence. Qui emportent en vibrations douces une traîne de lumière qui tisse d’invisibles dessins.

J’avais choisi de visiter l’aquarium pour apaiser ma course de la veille, pour trouver tout de suite le bon accord avec la mer. Cela faisait de longues minutes que j’étais comme hypnotisée par les méduses.

J’étais suspendue au tempo. Mon cœur s’accordait au rythme des corps qui se tendaient et se détendaient. Pourquoi ai-je pensé à lui ? A lui qui m’avait regardée hier.

Louise

Croisière séduction en mediterranée
Croisieres séduction en mediterranée

Croisière Italie, Tunisie, Espagne à bord du MSC Splendida

J3 – Rome, 15h57

Le silence des anges n’était pas au programme. La chapelle Sixtine était piétinée en tous sens. La beauté ne réussissait pas à faire taire ceux-là qui regardaient en jacassant. N’y comprenaient rien.

C’est le visage d’une femme qui me tenait éloignée du bruit. Elle avait l’œil vague, un peu triste. Elle aussi semblait s’abstraire de la foule. Botticelli avait dû l’aimer bien pour peindre sa bouche avec tant de douceur.

« Elle est belle, n’est-ce pas ? Presque aussi belle que vous, hier, qui regardiez les méduses ». Son accent était italien, mais il me parlait en français. Il avait le même sourire que le premier jour, un peu amusé, un peu moqueur. J’ai balbutié quelques mots mais il avait déjà disparu.

Louise

Croisière Italie, Tunisie, Espagne à bord du MSC Splendida

J4 – Palerme, 17h18

J’étais sûre de le rencontrer à Palerme. Il n’y avait pas de raison à cela. Peut-être une nonchalance que je trouvais à la ville et qui allait bien avec la malice de son regard.

C’est à lui que je pensais au Grand Hôtel des Palmes. J’avais préféré les fauteuils du hall pour boire un verre de vin. C’est là que passent les voyageurs. C’est là que l’on parade un peu, que l’on se recoiffe avant de sortir, que l’on y attend un taxi. C’est là que je pouvais avoir presque l’impression d’avoir passé la nuit dans une des suites. La légende dit qu’un fantôme hante les couloirs. Qu’on l’aperçoit parfois à la nuit tombée.

Je n’ai pas vu de fantôme. Et je n’ai pas vu l’homme au regard qui rit.

Louise

 

Croisière Italie, Tunisie, Espagne à bord du MSC Splendida

J5 – Tunis 13h05

Elles riaient. Trois femmes. Dans les allées étroites de la médina, elles caressaient des étoffes aux couleurs un peu vulgaires. Fuchsia, jaune citron, vert pomme. C’étaient dans les allées du souk des femmes. Là où il n’y a pas de touriste. Pas d’homme non plus. Juste des femmes qui rient. Elles étaient trois et elles ne regardaient pas les tissus. Elles riaient. L’une avait un regard vert qui se plissait comme de la soie. J’ai traîné, j’ai fait semblant de m’attarder devant un étal de foulards. Juste pour les entendre rire encore.

Louise

 

Croisière Italie, Tunisie, Espagne à bord du MSC Splendida

J6 – En mer 22h51

Personne ne dansait pourtant. Mon esprit flottait un peu. L’orchestre s’amusait sur un air de Django Reinhardt. Je terminais un verre de vin au Purple Jazz Bar.

Il ne m’a pas parlé. Il a juste tendu la main et son regard souriait toujours. Et il m’a emmenée.

J’ai tout de suite été molle dans ses bras. Enfin, plutôt alanguie. Mon corps ne résistait pas. Sa main à lui était ferme, posée sur le bas de mon dos. Je lui obéissais comme si son ordre était ma mesure. Comme si mes jambes connaissaient pas avance le rythme des siennes. Je n’entendais presque pas la musique. Son tempo était ma cadence. Et son regard ne me quittait pas.

La musique a cessé. En me raccompagnant à ma table, il a eu un regard pour la carte qui y était posée. Avec le numéro de ma cabine. J’ai souri. Il est parti.

Louise

 

Croisière Italie, Tunisie, Espagne à bord du MSC Splendida

J7 – Barcelone 15h52

Je m’attendais à le voir surgir à chaque endroit. J’ai joué les touristes, je ne me suis pas perdue. Peut-être pour qu’il me trouve facilement. Au marché de la Boqueria, je me suis laissé distraire par les odeurs. La foule aussi qui me bousculait un peu. J’ai bu du café et du vin, aux larges terrasses, et je le cherchais dans la foule. Plusieurs fois, j’ai pensé le voir mais j’ai croisé d’autres regards.

J’étais heureuse de le chercher, même s’il m’avait oubliée.

Louise

 

Croisière Italie, Tunisie, Espagne à bord du MSC Splendida

J8 – Marseille 6h58

Je ne l’avais pas entendu entrer. J’ai juste senti sa peau contre la mienne. Il ne cherchait pas à m’apprivoiser, à m’approcher en douceur. Il s’emparait de ce qui lui appartenait. Avec confiance. Il m’avait déjà conquise. Il le savait. Ses mains me capturaient et je les laissais faire. Sans musique, c’est sa danse encore que sa peau imprimait à la mienne. J’ai crié je crois lorsqu’il m’a fait basculer, que le rythme s’est emballé.

Je savais que j’avais rêvé. Pourtant tout en moi était lascif. La peau sensible et le corps las.

Il me fallait me lever, libérer la cabine. Et renoncer à son regard, renoncer à le rencontrer.

Je me suis étirée, déroulée dans les draps moites. Sur l’oreiller, une rose était posée.

Louise

 

Delta du Mekong (Ben Tre)

Croisière sur le Mekong : Les cartes postales de Louise

Croisière sur le Mékong

Pour écouter « Louise cruise radio » Cliquez sur ► ci dessous

Partie 1:

 Partie 2:

J1 – En vol 15h34

J’ai toujours pensé que l’ailleurs se méritait. Qu’il exigeait un effort nécessaire. Une manière de se préparer à l’émerveillement. D’affuter ses sens. Avant, l’on marchait des jours durant, on défrichait des chemins ; on se confrontait à l’inconfort de mers agitées des semaines entières. On redoutait les pilleurs, les bêtes aussi que l’on ne connaissait pas.

Aujourd’hui, pour atteindre l’ailleurs lointain, c’est l’avion moderne qu’il faut affronter. Son inconfort de bus de troisième classe. C’est moins exotique. Moins dangereux aussi. Mais j’ai l’impression que c’est tout aussi long…

Croisière sur le Mékong

J2 – Siem Reap 10h05

Il fait chaud. C’est d’abord à ça que l’on pense. En fait, on ne pense pas. On a juste les poumons qui se serrent. Étranglés par l’air humide. Comme si l’on avalait une éponge. Et puis on s’habitue. Et on sent. Une odeur minérale, ou végétale, les deux probablement, un peu comme celle d’une pierre moussue. Et c’est bon car c’est étrange. L’ailleurs qui vient saisir chaque sens. Comme si le corps savait avant. Comme si le corps préparait l’esprit avant qu’il ne découvre.

Delta du Mekong (Ben Tre)
Delta du Mekong (Ben Tre)

Croisière sur le Mékong

J3 – Angkor 14h41

Il me souriait. En fait, ils souriaient tous mais celui-là, c’est à moi qu’il souriait. Angkor, c’est comme un typhon à sentiments. Les émotions tournoient, virevoltent, vous emportent. La beauté déshabille toutes les agitations et plus rien n’existe que la pierre qui apaise. Cela faisait un bon quart d’heure que j’étais assise face à ce géant de pierre qui me regardait de ses yeux clos. Qui me lavait de son sourire. Une jeune chinoise, toute habillée de blanc, est passée entre nous, une ombrelle qui posait sur l’épaule. C’était imperceptible, mais je suis sûre que le dieu du Bayon m’a fait un clin d’œil.

Louise

Croisière sur le Mékong

J4 – Lac Tonle Sap 18h12

On croit voir des îles et ce sont des forêts. Des forêts englouties pas le lac repu. Le lac qui avale le Mékong qui vient ici vider les débords de ses eaux. On navigue à hauteur de la canopée, cela fait des buissons touffus qui affleurent l’eau comme de la mousse. Parfois ce sont des maisons que l’on découvre perdues au milieu de l’eau. Posées sur de fragiles pieux, on dirait des insectes légers comme des brindilles. On y voit accostés de longs bateaux étroits comme des traits d’union. Le soleil se couche sur le lac Tonle Sap

Louise

Croisière sur le Mékong

J5 – Kampong Tralach 17h05

L’on se moque de nous. Juchés sur d’inconfortables chars à bœufs, on traverse un village. C’est nous qui sommes l’attraction. C’est nous qui offrons le spectacle.  C’est à peine un village, juste un marché qui longe la piste. Et les Cambodgiens rient sans se cacher. Ils se moquent de nous mais pas à nos dépens. Il y a comme de la tendresse dans leur sourire. Nous sommes un peu ridicules. Alors nous rions avec eux.

Louise

 

Croisière sur le Mékong

J6 – Phnom Penh 16h41

C’est un contraste. Comme un coup de poing dans le ventre. Comme le revers du paradis. En approchant Phnom Penh, le fleuve dessine la banlieue. Plantés dans l’eau, des bidonvilles. Des huttes de tôle minuscules, qui se grimpent les unes sur les autres. Qui grignotent l’espace d’eau boueuse. Des visages de femmes. Des visages d’enfants. Crasseux comme la misère. Même de loin, on devine leur regard. Ahuris et las. Combien sommes-nous sur le bateau ? Quarante, cinquante ? Le montant du voyage de chacun réunis nourrirait, une vie, des milliers de ceux-là. J’ai un peu honte.

Louise

 

Croisière sur le Mékong

J7 – Phnom Penh 19h29

Il fait nuit et un orchestre de jazz a entamé Moon river. Le bar est perché au haut d’un immeuble, comme une pagode ouverte aux vents. Sous les ventilateurs paresseux, on croit entendre encore le cliquetis des machines à écrire des correspondants de guerre dont c’était le repère. Les fauteuils sont profonds et malgré la chaleur j’ai commandé un whisky. Question de climat, d’atmosphère. J’offre à mon corps le repos. Des heures durant j’ai marché dans la ville. Et partout le paradoxe de la douceur et d’une architecture flamboyante et pourtant encore en deuil.

Louise

 

Croisière sur le Mékong

J8 – Sur le Mékong 15h05

C’est presque la frontière. Nous arrivons au Vietnam et déjà le paysage du fleuve change. Des bateaux plus nombreux nous croisent sans cesse. Je ne me lasse pas de les regarder. Gonflés comme des poissons-globes, ils sont chargés de marchandises. Des bananes et des caisses. Des troncs et du charbon. A la proue, tournés vers l’eau, de grands yeux sont dessinés. Ici, on considère que les bateaux ont une âme. Et qu’il leur faut surveiller le fond du fleuve pour ne pas se laisser surprendre par les esprits des eaux. Comme ce peuple a du bons sens…

Louise

 

Croisière sur le Mékong

J9 – Tan Chau 10h48

Nous avons changé de pays. Et c’est tout un peuple qui change. Nous sommes sur le même fleuve et c’est tout autre chose. Comme si pendant la nuit nous avions parcouru un continent. C’est drôle, la première chose que je remarque, ce sont les chapeaux. Les chapeaux qui ont changé. Au Cambodge, ils ressemblaient à une souche d’arbre. Évasé, le large bord s’élançait puis était subitement coupé, à plat. Ici, c’est le chapeau « chinois » que l’on trouve sur toutes les têtes, conique et pointu.

Au marché de Tan Chau, j’ai acheté du poivre. Pour le gouter, j’en ai croqué un grain. Il était si fort que j’en ai eu la bouche enflammée.

Louise

 

Croisière sur le Mékong

J10 – Sa Dec 11h36

C’est une petite maison. C’est un peu poussiéreux. Rien n’a changé depuis pas loin d’un siècle. Partout, des photos de Marguerite Duras et de son amant chinois. C’était sa maison. A l’amant chinois. Celle de Marguerite n’existe plus. J’ai l’impression de me promener dans un roman. La ville, elle aussi, semble suspendue dans le temps. Dans le vieux marché couvert, l’odeur est forte et des paysans assis par terre surveillent leur minuscule étal de natte. Trois ou quatre poissons. Des légumes incertains. Et il y a les canaux qui découpent la ville en îlots. Je voudrais m’arrêter, ne pas reprendre le fleuve. Me poser là et flâner entre deux époques.

Louise

 

Croisière sur le Mékong

J11 – Saigon 18h47

C’est d’abord le port. Avant même de voir la ville. Avant de voir la mer. Une ville de métal et de cargos. De grues, plantées comme les griffes du ciel. Et cela bouge sans cesse. Des treuils géants s’agitent et des bateaux énormes glissent comme des vers marins. J’ai l’impression que notre bateau est devenu si petit qu’il va se faire gober, avaler par les ventres immenses. Que la vague d’un seul peut engloutir le nôtre.

J’adore l’idée des ports. Je crois entendre les milles langues des marins déversés. Et déjà les lumières de Saigon.

Louise

 

Croisière sur le Mékong

J12 – Saigon 12h51

Je crois que je regrette un peu le fleuve. Ai-je le mal de terre ? J’ai perdu l’habitude du bruit, des voitures et des foules. L’on me bouscule. J’ai gardé le rythme lent des villages. Et je voudrais tout voir alors je ne vois rien. J’ai l’impression d’être un peu discordante. Pourtant j’ai rêvé de Saigon. D’aventures indochinoises.  Des peuples mélangés d’une ville en delta. Peut-être suis-je nostalgiques de trop de songes…

Louise

 

Croisière sur le Mékong

J13 – Paris 8h12

Comme il fait froid. Faut-il que les aéroports toujours soufflent le contraste ? Malgré le vent glacé, je poursuis ma descente du fleuve. Je veux garder encore la douceur du Mékong. Je veux garder en bouche un goût de citronnelle. Je crois voir encore une rizière en étages. Mais ce ne sont que les boucles de l’autoroute…

Louise

 

 

Choisir  ses bagages

10 conseils pour preparer ses bagages de croisiere

10 conseils pour préparer ses bagages de croisière

Il y a deux manières de faire : Soit vous êtes parfaitement organisé et vous commencez à préparer vos bagages au moins une semaine avant le départ. Vous avez à la main une liste minutieusement préparée et vous maîtrisez les plus subtiles techniques d’économie d’espace, comme glisser vos chaussettes roulées dans vos chaussures par exemple…

Je suis un peu comme ça… Certains me disent un peu maniaque, mais la vérité c’est que je n’aime rien tant que profiter sans penser. Ma croisière est une parenthèse magique que je ne veux pas gâcher avec des soucis logistiques. Alors je préfère y passer du temps avant.

Mais il y a aussi une manière plus désinvolte de faire, comme par exemple mon ami Patrick, qui jette à la volée un tas de vêtement dans un sac quelques heures seulement avant le départ et qui pourtant n’oublie jamais rien…

Votre expérience vous a certainement appris que ce que vous emportez, et plus encore ce que vous n’emportez pas, peut avoir une vraie influence sur la manière dont va se dérouler votre croisière et votre sérénité à bord.

Dans mon placard, vous trouverez des flopées de pulls que je ne porterai jamais en ville, que j’ai acheté à la va-vite dans un port ou l’autre car, dans l’enthousiasme d’un voyage vers le sud, je n’avais pas pensé que les nuits pouvaient aussi être fraîches au mois de janvier… Je peux vous assurer aussi que je n’oublie plus jamais d’emmener des chaussettes de coton depuis que j’ai clopiné une journée entière à Rome les pieds douloureux d’ampoules : les chaussures de marche ne sont pas faites pour les pieds nus ! J’ai aussi pesté d’avoir payé ma crème solaire le triple de son prix à la boutique du bateau parce que j’avais oublié la mienne que j’avais pourtant pensé à acheter avant de partir.

Mais forte de toutes ces mésaventures, je suis devenue une experte des bagages ! Si vous avez mal à la tête, j’ai maintenant toujours du paracétamol à vous offrir ; vous avez oublié d’emmener de la lecture, j’ai ce qu’il vous faut et même selon vos goûts ; et j’ai toujours une bouteille d’eau avec moi si vous avez soif pendant les formalités d’embarquement !

En Méditerranée, j’ai étole et pashmina pour affronter la nuit. Et pour une croisière dans les fjords norvégiens, je peux m’habiller du maillot de bain à la doudoune sans jamais payer d’excédent de bagages.

Oui, je suis devenue une virtuose des bagages ! Pour vous éviter d’avoir à traîner des bagages trop encombrants et d’être obligé de racheter des choses que vous avez déjà chez vous (gardez votre argent pour des souvenirs vous réjouira bien plus !), j’ai choisi de partager avec vous mes 10 meilleurs astuces.

Choisir  ses bagages
Choisir ses bagages croisiere

Conseil n° 1 : Soignez le contenu de votre bagage à main

Dans le sac qui ne vous quittera pas, pensez à emporter des vêtements de rechange, les médicaments dont vous avez besoin et votre nécessaire de toilette.

Il arrive, certains d’entre vous l’ont subi, que votre valise soient perdue par la compagnie aérienne. Avec un bagage à main bien conçu, vous aurez avec vous le nécessaire pour les premiers jours, avant que votre bagage égaré ne vous soit livré dans un prochain port.

Par ailleurs, les bagages pris en charge à votre arrivée au navire peuvent mettre un peu de temps à être apportés à votre cabine. Avec un bagage à main bien conçu, vous allez pouvoir immédiatement profiter du bateau et des activités sans attendre impatiemment l’arrivée de votre valise.

Conseil n°2 : Renseignez-vous sur les codes vestimentaires

Certains d’entre vous aiment l’élégance et ne conçoivent pas une croisière sans faire honneur à la soirée de gala en revêtant robe longue ou smoking. Pourtant, aujourd’hui, la plupart des passagers, s’ils s’habillent spécialement pour l’occasion, préfèreront une simple tenue de ville : costume pour les hommes et robe de soie ou tailleur pantalon pour les femmes. L’ironie est que plus la croisière est luxueuse, plus le style sera décontracté…

Mais si vous aimez vous mettre sur votre trente-et-un, que cela ne gâche pas votre plaisir : faites comme vous aimez ! Pour les adeptes de l’élégance, sachez que la plupart des croisiéristes proposent des services de location de smoking (renseignez-vous avant votre départ).

Et pour ceux qui sont allergiques à toute idée d’apparat, il est toujours possible de bouder la soirée du commandant et de choisir de manger au buffet ou de vous faire livrer dans votre chambre grâce au room-service.

Conseil n°3 : Faire sa petite lessive

Si vous voulez vraiment voyager léger, vous pouvez consacrer un petit quart d’heure le soir à faire votre lessive dans votre cabine. Pensez à emmener de la lessive (il existe aujourd’hui de petits conditionnements) et limitez-vous aux vêtements légers (sous-vêtements, tee-shirts,…) au risque de voir votre cabine transformée en étendoir à linge ! Attention, certaines compagnies, comme MSC ou Costa, vous interdiront l’emploi du fer à repasser et pourront aller jusqu’à vous le confisquer le temps de la croisière. Vous pouvez également emporter un spray de désodorisant pour textile, comme Febreze, pour donner une journée de plus à vos vêtements.

Sinon, le plus simple reste le service de blanchisserie, qui existe à bord de tous les bateaux : pour quelques euros, vos vêtements vous seront rendus frais et repassés. Certaines compagnies, comme Costa, proposent même des promotions blanchisserie en fin de croisière où, pour une vingtaine d’euros, vous pourrez faire laver jusqu’à 25 pièces.

 

Conseil n°4 : Vos produits de soins préférés ne vous attendront pas dans votre cabine.

Bien sûr, vous trouverez toujours un nécessaire de toilette de base dans la salle de bains, savon, shampoing et parfois une crème pour le corps. Mais les échantillons proposés seront toujours limités et ne correspondront pas à votre marque préférée. Parfois même, vous devrez vous contenter d’un distributeur à pompe de savon liquide d’origine inconnue destiné également à faire office de shampoing. Si vous êtes attentifs à votre peau et aimez la douceur de vos marques préférées, pensez à leur faire une petite place dans votre valise.

Si vous êtes adeptes du brushing, sachez que la plupart des compagnies de croisières mettent à disposition un sèche-cheveux dans votre cabine. Inutile d’emmener le vôtre, certaines compagnies d’ailleurs l’interdisent !

Conseil n°5 : et le peignoir ?

Malheureusement, il est de plus en plus rare de trouver un peignoir dans votre cabine… Mais cela vaut le coup de vous renseigner avant votre départ : sur les bateaux MSC, par exemple, vous en trouverez à partir des cabines balcon, mais pas chez Costa qui ne les fournit que dans les suites. Notez toutefois que ce ne sont pas des cadeaux que vous pourrez emporter comme un souvenir ! Si vous rêvez de l’accrochez dans votre salle de bain, il vous sera facturé (cher…)

 

Conseil n°6 : Adaptez-vous à la destination

Les destinations où vous ferez haltes décideront des vêtements que vous porterez. Renseignez-vous avant de partir afin d’emmener exactement ce qui vous sera nécessaire. Si vous faites une croisière dans les Caraïbes, vous pourrez vous contenter de vêtements « cool », vous n’enfreindrez pas l’étiquette. Si vous faites escale en ville, il conviendra de vous habiller un peu plus ; même en plein été, il n’est pas très bien vu de se balader torse-nu à Rome. Certaines villes interdisent d’ailleurs ce type de « laisser-aller » et vont jusqu’à verbaliser les vacanciers en maillot de bain ou torse-nu. De même, respectez le pays où vous faites escale. Pensez à vous couvrir les épaules et les jambes dans le monde arabe et évitez les décolletés plongeants. C’est une question de politesse envers ceux qui vous accueillent.

N’oubliez pas non plus de prévoir ce que vous voudrez faire en escale : les tongs peuvent être très agréables pour une journée de plage mais prévoyez plutôt des chaussures confortables pour les journées de visite.

 

Conseil n° 7 : Laissez un peu de place dans votre valise

Chers lecteurs, je sais que vous êtes comme moi : rien de plus réjouissant que de revenir de vacances les bras chargés de souvenirs. Cette chemise hawaïenne était vraiment irrésistible, ce service à couscous si bon marché et ce sac à main italien si élégant ! Faire du shopping en vacances est une réjouissance dont nous ne voudrions pas nous priver. Alors, faites toujours une petite place à vos envies dans votre valise. Mieux, pensez à emporter un sac supplémentaire qui peut se replier dans votre valise et que vous remplirez avec réjouissance au chemin du retour.

 

Conseil n°8 : Savoir assortir ses vêtements

Si vous prévoyez une tenue unique par jour et par soir, vous êtes bon pour payer un excédent de bagage ou pour vous battre avec votre compagnon pour le partage des cintres dans la petite penderie de la cabine ! La solution : des vêtements assortis. Choisissez des vêtements sur une gamme de couleur ou de style que vous pouvez inter-changer : un pantalon qui se marie aussi élégamment avec deux ou trois de vos petits hauts, ou des vêtements « casuals » qui s’accordent aussi bien aux visites de jour qu’aux soirées plus smart. Optez également pour le style « superposé » pour vous adapter aux différentes températures.

Et pensez à utiliser les accessoires : quelques bijoux, une cravate, un foulard suffisent parfois à faire de vos vêtements de ville une tenue parfaite pour les soirées. Et si vous tenez vraiment à la tenue de gala, n’en emportez qu’une seule, même si plusieurs soirées chics sont prévues : les bateaux sont tellement vastes que vous avez peu de chance de rencontrer deux fois les mêmes personnes. Et même si cela devait arriver, à part votre compagnon, personne ne se souviendra vraiment de la robe que vous portiez quelques jours plus tôt…

 

Conseil n°9 : Pensez à l’essentiel

La plupart des cabines ne sont pas équipées de réveil. Si vous avez besoin d’avoir toujours l’heure à portée de regard et si vous avez peur de ne pas vous réveiller, pensez à amener un réveil. Si vous choisissez d’utiliser votre téléphone portable en guise de réveil, assurez-vous que vous pouvez l’utiliser hors connexion car vous naviguerez la plupart du temps en eau étrangère.

Sachez toutefois qu’il est possible de programmer un réveil par téléphone mais j’ai moi-même parfois eu de mauvaises expériences de technologies très capricieuses…

Pensez aussi à emporter les équipement que vous ne trouverez pas à bord ou qui seront disponibles mais à des prix prohibitifs : des cintres supplémentaires, vos médicaments disponibles sur ordonnance, batterie et carte-mémoire pour votre appareil photo, chargeur de portable et d’ordinateur, crème solaire, bouchons d’oreille, lunettes de soleil, sacs en plastique pour emballer les flacons qui pourraient couler, sac pour vêtements sales…

 

Conseil n°10 : Conservez toujours documents et papiers avec vous

Assurez-vous d’avoir toujours avec vous tous les documents dont vous pourriez avoir besoin. Ne les laissez jamais dans les bagages enregistrés. Gardez à portée de main votre passeport ou votre carte d’identité, vos photos d’identité quand cela est nécessaire, et votre carte d’embarquement de croisière. Ainsi, même si votre valise était égarée en vol, vous pourrez embarquer sur le bateau. Assurez-vous toujours de la validité et de la conformité de vos documents de voyage : pas d’erreur d’orthographe dans votre nom par exemple. Pour les jeunes mariés qui décident de voguer pour leur voyage de noces, pensez bien à vous enregistrez sous le nom qui figurera sur vos papiers au moment de la croisière (votre nom d’épouse ou de jeune fille). Bien sûr, assurez-vous avant le voyage d’avoir fait les vaccins nécessaires en temps et en heure (certains vaccins nécessitent d’être faits plusieurs semaines avant le départ).

 

Vous voilà prêt ! il ne vous reste plus qu’à profiter !

 

Un dernier conseil : pour la dernière nuit de croisière, pensez à garder des vêtements avec vous avant que votre valise soit emportée… Vous pensez que ça ne vous arrivera pas ? Allez donc lire l’anecdote du Candide : http://www.aviscroisieres.com/forums/topic/humour-anecdotes/

Et vous , à l’aide de commentaires ci dessous , quels sont les conseils et  bagages que vous préconiseriez à vos « congénères croisieres » :)

Les buffet offrent le choix, la  variété;;;

Les 10 règles du savoir-vivre au buffet

Pour écouter « Louise  Cruise Radio » Cliquez  sur le ► juste en dessous:

Soyez un croisiériste irréprochable : 

Les buffets nous rappellent parfois à nos instincts les plus grégaires… Comme vous, j’ai déjà pesté au buffet contre la personne, devant moi, qui restait plantée là une éternité hésitant entre cocktail de crevettes et tomates mozzarella ! Oui, comme vous, alors, il m’est arrivé de le contourner fissa ou même de tendre le bras devant lui pour attraper une tranche de jambon.

Mais, en y réfléchissant, cela aurait-il gâché mes vacances d’attendre une minute de plus ? Étais-je à ce point affamée pour faire fi de tout savoir-vivre ? Bien sûr, non…
J’ai toujours rêvé d’avoir un bateau de croisière pour moi seule, un buffet entier pour ma seule gourmandise… Mais la réalité est différente, il me faut partager. Et il me faut respecter les règles de politesse, même si c’est difficile devant une part de pizza croustillante ou d’appétissantes crevettes grillées !

Pourtant, en croisière comme à terre, la sociabilité doit être de mise. Une manière de courtoisie, de respect de l’autre et de bien vivre ensemble, en somme.
Alors, j’ai dressé pour vous ce petit protocole des règles à respecter au buffet de croisière.
Rappelez-vous toujours que vous ne manquerez jamais de rien, en croisière et que la patience ne vous fait pas vraiment perdre de temps… Bien au contraire, un rythme lent et serein vous fera d’autant mieux apprécier la douceur des vacances.
Pour vous donc, voici les 10 commandement du savoir-vivre au buffet :

Commandement n°1 : Tu ne couperas pas la file

A l’épicerie ou au supermarché, vous ne passez pas devant les personnes qui vous précèdent ; alors ne le faites pas en croisière ! Même si vous avez devant vous un indécis pathologique, vous devez attendre patiemment. Si la personne qui vous précède prend vraiment trop de temps à choisir, alors vous pouvez éventuellement lui demander la permission de le dépasser, mais ne le faites pas en grognant. N’oubliez pas que l’agacement va plus gâcher vos vacances que les siennes…
Si -cela arrive- vous avez oublié de vous servir de sauce ou d’un morceau de pain, à nouveau, excusez-vous avant de couper la route d’un bras tendu. S’excuser et demander la permission ne fait pas perdre de temps, c’est juste une délicatesse.

Les buffet offrent le choix, la  variété;;;
Les buffets offrent le choix, la variété…

Commandement n°2 : Tu n’emprunteras pas de sens interdit

Rappelez-vous, la file d’un buffet va dans un seul sens. Si vous commencer à vous servir par l’autre bout du buffet, en remontant le flot, c’est aussi malséant que de couper la file…

Commandement n°3 : Tu accompagneras tes enfants

Pensez à toujours accompagner vos enfants au buffet. Avant 10 ans, ils ont besoin de vous pour leur rappeler la politesse : ne pas couper la file, ne pas utiliser leurs doigts par exemple… Vous savez combien il est tentant pour un enfant de plonger à mains nues dans les plats !
De plus, les enfants, dans l’enthousiasme de la jeunesse, peuvent se laisser aller à courir ou à avoir l’attention en goguette. Cela peut être très dangereux au milieu de passagers les bras chargés d’assiettes et de verres pleins ! Évitez les catastrophes…

Commandement n°4 : Tu garderas tes doigts pour toi

Les enfants ne sont pas les seuls à aimer se servir de leurs doigts… Il peut être tentant de plonger à toute main sur une tranche de pain ou un œuf dur. Mais gardez vos mimines pour vous, ce n’est pas pour rien qu’il y a des couverts de services…

Commandement n°5 : Tu ne déplaceras pas les couverts de services

Même si ça peut vous paraître futile, il est important de ne jamais déplacer les couverts de service d’un plat à un autre. Imaginez que la personne qui vous suit est allergique aux crevettes et que vous venez justement de plonger la cuillère venant d’un plat de crevettes dans le plat de poulet… Que faire si celui qui est derrière vous est végétarien ou mange casher ? Soyez courtois, même si cela signifie qu’il vous faut attendre qu’un serveur apporte une cuillère propre. Rappelez-vous, la nourriture ne disparaîtra pas !

Commandement n°6 : Tu ne mangeras debout devant le buffet

Les mets dont votre assiette est remplie ne disparaîtront pas non plus ! Nul besoin de commencer à grignoter alors que vous êtes encore debout devant le buffet. Sauf si vous êtes diabétique ou atteint d’une crise d’hypoglycémie, vous ne risquez pas de mort subite à attendre quelques minutes pour manger…

Commandement n°7 : Tu ne te serviras pas plus que tu ne peux manger

Un buffet, par nature, attise la gourmandise. Mais gourmandise ne doit pas être synonyme de gloutonnerie. N’ayez pas les yeux plus gros que le ventre, ne chargez pas surabondamment votre assiette. Faites un choix de quelques mets à votre premier passage et revenez vous servir ensuite si vous avez encore faim. Cela vous évitera une assiette informe et des saveurs hasardeusement mélangées où vous-même ne reconnaîtrez plus le goût des choses…
De même, la bienséance commande que vous ne vous serviez pas de la dernière part d’un plat. Il est en effet impoli de laisser un plat vide aux personnes qui vous suivent. Si vous avez vraiment envie de cet avocat généreusement garni, alertez un serveur et attendez qu’il garnisse à nouveau le plat avant de céder à la tentation.

Commandement n°8 : Utilisez une nouvelle assiette à chaque passage

Si vous voulez refaire un petit tour au buffet pour vous resservir, laissez votre assiette sale à table, qui sera débarrassée avant votre retour, et prenez une nouvelle assiette dans la pile. En vous resservant, les couverts de services peuvent être en contact avec votre assiette qui a contenu d’autres aliments mais aussi les allées et venues de votre fourchette qui a été en contact avec votre bouche…

Commandement n°9 : Tu auras pris soin de te laver les mains

Et oui, c’est de l’hygiène élémentaire : il faut se laver les mains avant de manger, mais aussi avant d’entreprendre un buffet. Même si vous ne touchez pas directement les aliments, vous allez empoigner les couverts de service. Vous n’aimeriez pas que celui qui vous précède ait saisi les couverts avec des mains sales ? La personne qui vous suit pense la même chose…

Commandement n°10 : Tu n’emporteras pas de nourriture hors de la salle à manger

Le doggie bag n’est pas en usage au buffet de croisière. En croisière, vous avez la possibilité de faire appel au room service à toutes heures, vous n’avez pas à craindre une petite fringale…

DPC une maladie contagieuse !

Dépression post-croisière ? 10 moyens radicaux pour la combattre !

Voici 10 moyens radicaux pour combattre la « Dépression post-croisières » !

Pour écouter « Louise Cruise Radio » cliquez sur ► juste en dessous :

Si l’absence soudaine de chocolats sur l’oreiller, de cocktails assortis d’une brochette de fruits et des espaces sans fin de l’horizon vous laisse abattu, vous pourriez avoir contracté la dépression post-croisière (DPC), une maladie bien connue experts en vacançologie.

Mais ne désespérez-pas, il y a des remèdes !

Nous avons compilé les 10 meilleures astuces et stratégies des membres de la communauté d’AvisCroisières.com qui vous permettront de combattre efficacement la douloureuse période de ré-acclimatation mer-terre.
Posologie : avalez une bonne dose des conseils recueillis et veillez à poursuivre la thérapie de groupe en nourrissant cette rubrique de vos commentaires !

Prescription n°1 : la photo-detox

Si une image vaut mille mots, ne négligez pourtant pas la valeur thérapeutique de l’écriture.
Avec les appareils numériques et autres Smartphone, on mitraille, on prend 20 photos du même paysage et on se retrouve en fin de croisière avec 500 photos-souvenirs. Oui, je sais, vous l’avez déjà vécu…
Pourtant de retour à la maison, le découragement guette lorsqu’il faut songer à organiser ces centaines de photos toutes plus belles les unes que les autres. Et que dire de la mélancolie nostalgique qui nous saisit, l’hiver venu, lorsque l’on passe en revue toutes ces vues de ciel bleu au goût de vacances ?
Alors, vos albums photos fermés, venez plutôt raconter votre croisière ! Le fait de partager avec d’autres membres, qui ont la même expérience que vous, balaiera la nostalgie pour ramener des souvenirs et des rires. Vous retrouverez des climats et des ambiances que seuls les mots savent revivifier.
Effets secondaires : narcolepsie provoquée par les soirées-photos trop longue avec le risque d’y perdre quelques amis. N’oubliez pas que vos photos n’intéressent vraiment que vous !

DPC une maladie contagieuse !
DPC une maladie contagieuse !

Prescription n°2 : Écrire un avis sur aviscroisières.com

La croisière terminée, vous restez la tête pleine d’images… Mais, à la vérité, votre entourage n’a que faire de votre énième anecdote. Ca ne l’intéresse pas vraiment de savoir qu’à Rome, vous avez découvert un restaurant qui vous a offert les meilleures pasta que vous ayez jamais mangées, ni que vous avez fait une longue étude pour savoir dans quel bar du bateau l’on servait les meilleurs cocktails.
Votre entourage, lui s’en moque. Mais pas des milliers de futurs voyageurs qui envisagent de faire la même croisière que vous. Partager ses bons plans apporte une vraie satisfaction et je ne connais pas de meilleure thérapie que de se rendre utile en faisant le bonheur des autres.
Et ce sera une manière de ne pas oublier tout de suite la saveur de vos souvenirs…
Effets secondaires : Narcissisme suscité par le respect et l’adulation que vous inspirerez à la communauté aviscroisières.com à la recherche des vrais bons plans pour leur prochaine croisière

Prescription n°3 : adaptation de l’alimentation

Si vous regrettez les repas servis pendant la croisière, la disponibilité, la variété, les shows mêmes que vous ont offerts les serveurs, il y a des antidotes.
Sur aviscroisières.com, vous trouverez des conseils sur les meilleurs restaurants de chaque bateau, des recettes ou des idées de présentation et même, pour agacer vos papilles, les comptes-rendus de croisières gastronomiques !
Paul nous racontait dernièrement qu’il avait conservé tous les chocolats qu’il trouvait chaque soir sur son oreiller pendant la croisière et qu’il les avait rangés dans le tiroir de son bureau. Ainsi, lorsqu’une journée stressante s’annonçait, il ouvrait son caisson et avalait en le savourant l’un des chocolats de vacances.
Avec la saveur du cacao, lui revenait une flopée de souvenirs et il repartait en mer le temps d’une bouchée…
Effets secondaires: prise de poids mineure, prise de poids modeste, prise de poids excessive.

Prescription n°4 : Trouver la recette de votre cocktail de croisière

Pour de nombreux passagers, le premier cocktail (mojito, daïquiri ou ti-punch selon les goûts) marque le début de la croisière.
Si vous y repensez avec nostalgie, rien de plus facile que de recréer votre cocktail de croisière préféré à la maison. Et n’hésitez pas à faire profiter la communauté de vos meilleures recettes !
Effets secondaires : La gueule de bois de croisière peut être remplacée par une gueule de bois véritable. Comme en croisière, évitez tout effort après l’heure de l’apéro !

Prescription n° 5: Avoir toujours une réservation d’avance

La DPC (dépression post-croisière) est une maladie chronique avec fort risque de rechute. Pour s’en immuniser, il existe un remède très efficace : La réservation préventive.
En réservant tôt, vous pouvez, de plus, profiter des promotions que les compagnies font régulièrement. Vous l’avez constaté, selon le moment où vous achetez, les prix peuvent varier du simple au double pour la même croisière.
Pour acheter au plus petit prix tout en étant sûr de ne pas passer à côté des dates que vous avez choisies, il y a une astuce que vous pouvez utiliser :
Avant d’acheter, consulter les conditions d’annulations ; en général, l’annulation est gratuite jusqu’à xx jours avant le départ. Commandez le départ qui vous intéresse, longtemps à l’avance, et surveillez le prix. Dès que le prix baisse, hop !, vous annulez la précédente réservation et vous en faites une nouvelle sur le meilleur prix. Et vous pouvez répéter le processus autant de fois que vous voulez. Attention toutefois à ne pas laisser passer la date limite de l’annulation sans frais…
Lisez bien les conditions générales de vente et assurez-vous qu’il n’y a pas non plus de frais d’annulation cachés, comme des frais de traitement
Effets secondaires : l’endettement, un peu de tangage entre terre et mer.

Prescription n° 6 : Intégrez une communauté

Avant que vous n’embarquiez, parler de sa prochaine croisière peut lui donner un avant-goût de réalité.
Échanger des conseils, faire connaissance avant le départ peut vous permettre d’organiser au mieux vos vacances. Ainsi, en partageant avec d’autres, peut-être rencontrerez-vous d’autres passagers qui embarquerons sur la même croisière que vous ; en plus d’échanger des bons plans, vous pourrez aussi organiser des visites ensemble et partager les frais d’un taxi aux escales. Peut-être même vous ferez-vous de nouveaux amis…
Les relations virtuelles, ainsi, peuvent être une agréable transition vers une joyeuse réalité.
Sur aviscroisières.com, vous pouvez rencontrer vos compagnons de croisière ici
Effets secondaires : Impatience à rencontrer ses nouveaux amis accompagnée d’une légère anxiété.

Prescription n°7 : Thérapie d’immersion par procuration

Pas de croisière prévue dans les prochains mois ? Ouille…
Lisez les cartes postales de Louise !
Louise voyage pour vous et vous immerge dans l’ambiance et le climat d’une croisière. Chaque jour elle vous adresse sa carte postale, nourrie d’anecdotes, de moments choisis, de petits bonheurs ou de contrariétés qui sont aussi le lot des vacances.
Un concentré de l’atmosphère d’une croisière, différente chaque semaine. Un vrai voyage par procuration !
Et, qui sait, vous donnera-t-elle l’envie de votre prochaine croisière ?
Effets secondaires : Indigestion de croisière, un trop-plein de croisière par procuration qui peut conduire à une rupture permanente avec la réalité et, potentiellement, la perte de la famille, du travail ou de votre chemise hawaïenne.

Prescription n°8 : Devenez un Agent de Voyage bénévole

Après avoir pratiqué de nombreuses croisières, vous allez commencer à découvrir les secrets de ce que les compagnies de croisière ne vous disent pas. Utilisez votre expertise pour aider un ami ou un membre de votre famille à choisir et organiser sa prochaine croisière. Tout en offrant votre aide, ce qui est toujours une source de satisfaction, vous pourriez aussi recevoir, en remerciement de vos conseils, un peignoir au logo de la compagnie, une maquette de bateau ou un lot de chocolats d’oreillers !
Effets secondaires : Abuser de vos amis en exigeant une commission

Ordonnance n°9 : Devenez un expert en origami de serviettes

Il faut se rendre à l’évidence : dès la première croisière, nombre de croisiéristes finissent par préférer la compagnie des animaux modelés avec les serviettes de toilette à celle de leurs animaux à poils ! Cette ménagerie de créatures ingénieusement sculptées à partir de serviettes, nous laisse admiratif… Ce n’est pas toujours beau, mais ça force le respect !
Si une telle mise en scène vous manque : apprenez l’art délicat du pliage de serviettes ! Vous aurez ainsi tous les soirs, l’impression de faire de votre chambre une cabine…
Effets secondaires : callosités, pénuries de serviettes, découragement devant un modelage informe, perte de vos amis si pratique obsessionnelle

Prescription n° 10 : transformer votre maison en un bateau de croisière

La dernière solution, si toutes les précédentes ont échouées : installer un hublot dans votre chambre et en peindre le verre d’un paysage marin.
Vous pouvez aussi ramener de vos croisières les menus du petit-déjeuner que vous accrochiez le soir à la porte de votre cabine et les suspendre à la poignée de votre chambre. Vous pourrez ainsi croire encore que vous serez réveillé le lendemain par le steward accompagné d’un plateau chargé et sentant bon le café…
Effets secondaires : La valeur de votre maison ainsi décorée risque de baisser

Et n’oubliez pas, nourrisser cette posologie de vos commentaires ci dessous

 

Vue Aérienne du MSC Splendida

Jour 1: Croisière Italie, Tunisie, Espagne à bord du MSC Splendida

Croisière Italie, Tunisie, Espagne à bord du MSC Splendida

J1 – Marseille 14h40

Saleté de train ! J’avais prévu d’arriver en avance pour éviter le stress de l’embarquement. Je suis comme ça, les vacances pour moi ne commencent vraiment que lorsque j’ai atteint ma cabine, que je prends possession des lieux, que je n’ai pas manqué le réveil, le train, le bus, le bateau. Avant, j’ai le cœur un peu serré, j’ai toujours peur d’avoir oublié quelque chose.

Deux heures de retard. J’aurais dû aussi envisager ça.

En sortant du taxi, je cours, enfin je trottine, encombrée de ma valise, de deux sacs qui balancent sur mes hanches. Je ne sais pas voyager léger…

Il me regardait amusé. J’étais décoiffée par la course et les vêtements un peu de guingois. J’ai eu le temps de le trouver beau.

Louise

Vue Aérienne du MSC Splendida
Vue Aérienne du MSC Splendida

 

question sur la croisiere

Première Croisière: Les bonnes questions à se poser

Voici donc les 6 questions auxquelles vous devez répondre avant de partir en croisière :

  1. Quelles destinations choisir?

Quel est le bon choix pour ma première croisière ? Eh bien … Cela dépend du moment où vous voulez partir. Les Croisières dans les Caraïbes sont normalement plus appréciées entre Novembre et Mars, évitant ainsi la menace d’ouragans à partir de la mi-juin. Si vous partiez pendant cette seconde période, vous «risqueriez» simplement que votre itinéraire soit modifié ou la croisière reportée. Les Croisières en Méditerranée ont manifestement un grand succès (et donc beaucoup de monde à bord) pendant les mois d’été. La période la plus chaude est entre Mai et Septembre, mais de nombreux bateaux de croisière naviguent en Méditerranée l’année entière. Si vous êtes à la recherche de panoramas à vous couper le souffle, «les fjords norvégiens» sont la destination à privilégier. N’oubliez pas que les contrées nordiques peuvent signifier des températures plus basses notamment en dehors de la haute saison d’été. Voici les températures moyennes pendant la journée dans les Fjords de Norvège de Stavanger, Bergen, Ålesund, Kristiansund

question sur la croisiere
question sur la croisière
  1. Quelles compagnies de croisières choisir ?

Cela dépend de ce que vous voulez faire. Les profils de croisiéristes sont multiples et variés : croisières  en famille, en couple, croisières à thème (musique, histoire…), croisières aux activités ou animations spécifiques (culinaires, culturelles, sportives…) Pour la véracité, la meilleure façon pour rechercher la bonne compagnie, c’est de consulter les commentaires des passagers et, « un peu mais pas trop ceux des experts » sur www.aviscroisieres.com Outre la comparaison des principales compagnies de croisières, vous trouverez également les vidéos promotionnelles des compagnies de croisières … qui vous donneront une bonne indication des styles de croisières qu’ils proposent. De nombreux sites mercantiles proposent des conseils «commerciaux» ; vous y trouverez aussi des avis de contributeurs, mais ils n’en demeurent pas moins que ces témoignages de « clients » seraient en moyenne faux à 25/30%. La compétition fait rage et presque tous les coups sont  permis… Mais bon, comme dit mon ami Jean Pierre Nadir d’easyvoyages.com, cela signifie qu’il y en a donc plus de 70% de bons, donc intéressants ? … A vous de trouver lesquels ? Certain sites vont même jusqu’à garantir l’origine des avis par « un huissier »,  pas très glamour pour de la croisière, voire anxiogène… Mais bon, certains d’entre nous pourraient penser que « c’est du sérieux ». Cela confère au posteur (ou l’imposteur), c’est selon, un pouvoir dont il peut profiter et abuser pour faire pression sur le commerçant dans un sens positif ou négatif. Et ainsi biaiser d’autant plus le contenu des commentaires. Bref, au mieux une fausse bonne idée… Au pire un stratagème alambiqué… surtout lorsque ces  sites classent par défaut les avis du meilleur en top position et les moins bons en nieme  page… Parmi les 70 compagnies qui officient dans la croisière, en voici 5 principales : Costa croisières : très animées  pour familles, enfants … (leader du secteur avec plus de 250 escales) MSC Croisieres : Une flotte moderne, en couple, en famille … ( coleader, spécialiste de la Méditerranée… mais pas seulement, avec l’Amérique du sud, les Antilles-Caraïbes, Fjords, Emirats-Dubaï… ) Croisières de France : de belles expériences culinaires labélisées  « Gault & Millau » (des croisières en Méditerranée et depuis peu en Europe du Nord) Royal Caribbean international : une experte en terme de divertissements, pour tous  (N° 2 mondial et spécialiste des Caraïbes, la compagnie est aussi bien présente en Europe du Nord, Méditerranée…) Norwegian cruise line :« Free style cruising » qui signifie que, contrairement aux autres compagnies, vous dinez au restaurant et à l’heure de votre choix. Un florilège d’activités… Une belle compagnie insuffisamment connu en France sur quasi toutes les mers du globe et spécialiste d’Hawai, Maui..

  1. Quelle catégorie de cabine ?

Bien que diverses compagnies de croisières puissent leur donner des noms plus ou moins  fantaisistes, en substance, vous avez le choix entre 4 types de cabine : • Cabine intérieure: Il n’y a pas de fenêtre (ni sabord ni hublot). Elles sont en revanche bien climatisées. Il y a souvent un miroir pour donner l’impression de plus espace (voir photo).

  • Cabine extérieure:

Ce type de cabine dispose d’un hublot ou d’un sabord (hublot carré) permettant de voir à l’extérieur et de profiter de la lumière naturelle. Certaines cabines extérieures peuvent avoir la vue obstruée (souvent par les chaloupes), mais cela doit être précisé dans la brochure (elles devraient être légèrement moins chères que celles avec vue dégagée). • Cabine Balcon: Idéal pour profiter de la vue et respirer l’air marin. Une chose à garder à l’esprit si vous êtes non-fumeur… ces cabines sont appréciées par les amateurs de tabac, car il est interdit de fumer sur certains navires, sauf sur les balcons. Ainsi, vous pouvez êtes incommodé par la fumée qui virevolte dans le sens inverse du cap du navire. Si vous ne supportez pas, il peut être judicieux d’envisager une cabine située en amont soit près de la proue du navire. • Suite: Les suites sont souvent plus spacieuses avec une touche luxe appréciable. Les espaces de vie et de sommeil sont séparées et un majordome est aux petits soins ! Le Forum CruiseMates, hélas en anglais, a créé un excellent flip book en ligne, montrant des photographies et des commentaires d’un certain nombre de cabines sur divers navires – ce sont exclusivement des contributions/soumissions de ses propres membres. C’est gratuit, et vous pouvez le trouver à http://www.cruisingmates.co.uk/cabins (Parce qu’il utilise Adobe Flash, malheureusement, le flip book peut ne pas fonctionner sur un iPad ou iPhone).

  1. Quelle est la meilleure position sur le bateau ?

Pour la stabilité, mieux vaut être situé au milieu du navire et le plus bas possible. De cette façon, vous êtes situé au centre de gravité du navire où ses mouvements se font le moins sentir. Cela peut s’avérer utile si vous êtes sensible au mal de mer. Les meilleures cabines sont en général situées plus haut. Mais pas trop… Si vous voulez être loin du bruit, évitez la proximité avec le pont piscine. C’est là que la fête bat son plein parfois jusqu’à point d’heure. Il peut être préférable de laisser un autre pont entre celui ou se situe votre cabine et le pont piscine. Par ailleurs, restez éloigné de la cage d’ascenseur, des sanitaires et autres lieux publics. C’est plus facile à dire qu’à faire…. Il est probable que la seule façon de garantir le choix, et donc l’emplacement de votre cabine, est de réserver à l’avance et de payer le plein tarif. A ce sujet, certaines compagnies de croisières appliquent un rabais si vous leur permettez de choisir la cabine à votre place. Cela les aide à remplir les cabines… Dans ce cas, il se peut (pas garanti) que vous bénéficiiez d’un surclassement. Vous pouvez tenter votre chance !

5. De bonnes affaires à faire ?

Oh, Très certainement mon capitaine ! Souvent, il est avantageux de réserver dès que la nouvelle brochure est publiée. Les tarifs ont tendance à augmenter à mesure que la date de départ approche. Cependant, il y a aussi des affaires à faire lorsqu’il reste des disponibilités à l’approche de la date de départ ; ça vaut la peine d’être inscrit sur les listes de diffusion des agences de voyages-croisières pour en profiter.  http://www.aviscroisieres.com/avis-agences-de-voyages/ Un petit truc est de vérifier les dates lorsque les navires sont « repositionnés ». Les navires sont déplacés et positionnés selon les saisons sur une nouvelle zone pour ensuite proposer des itinéraires en back to back (qui font par ex. le même itinéraire chaque semaine avec toujours le même port d’embarquement… encore appelé « Tête de ligne ») Par exemple: lorsque la saison commence aux Caraïbes, un navire de croisière peut quitter la Méditerranée, traverser l’océan atlantique pour se positionner aux Antilles, dans les Caraïbes. C’est parce que ces transatlantiques, transocéaniques sont plus longues et ont plus de jours de mer/navigation qu’une croisière classique que les prix sont intéressants. Une croisière de 18 jours en ciel et mer, de la Méditerranée à la mer des Caraïbes sur les traces de Christophe Colomb demeurera un souvenir inoubliable…  

6. Les « Pourboires » quasi obligatoires lors d’une croisière.

La pratique de laisser à la discrétion du passager le montant des pourboires est lentement en train de disparaître. Aujourd’hui, les usages sont les suivants : a) Les pourboires sont automatiquement ajoutés à votre facture à la fin de votre croisière. b) Les pourboires sont inclus dans le prix publié de votre croisière. La plupart des armateurs ont tendance à choisir l’option b. Si vous le souhaitez, vous avez la possibilité de demander que le montant des pourboires soit ajusté. Et, bien sûr, rien ne vous empêche d’offrir un supplément de pourboires pour un service exceptionnel. Depuis ma première croisière il y a 30 ans, la question des pourboires n’a pas cessé d’animer les débats… Et pour cause ! Le mal nommé « pourboire » Pour bien comprendre, il faut tout d’abord savoir que le mot « Tip » est encore et hélas traduit par « pourboires », alors que « tip » signifie conseil dans le sens de services. Or, on rechigne à donner un pourboire alors qu’on comprend volontiers que tout  service mérite salaire. Devant les palabres que cela engendrait en fin de croisière, certaines compagnies de croisières ont modifié « pourboires » pour un terme plus approprié : « frais de service » Alors quelles sont les véritables raisons qui ont poussé les compagnies à «exiger» les mal nommés « pourboires » qui ne pouvaient que déboucher sur des malentendus parfois courroucés. Ce qui donne/donnait une image lamentable des croisières et des compagnies.

  • Les croisières étaient chères et il fallait attirer le chaland en affichant des prix apparemment attrayants.
  • Ces sommes étaient et sont non déclarées, et ainsi non soumises aux diverses taxes.
  • Les agences de voyages ne sont pas rémunérées sur ces montants alors qu’il s’agit de frais de services et donc d’une prestation quasi incompressible et faisant partie intégrante du prix du forfait.
  • Les croisières sont aujourd’hui très abordables et rivalisent avec les Hôtel clubs alors que les croisières offrent des services bien supérieurs aux Hôtels-club et circuits des tours opérateurs classiques.

Vous serez surpris de constater qu’une croisière, c’est de la belle hôtellerie, avec pléthore d’animations, divertissements, des équipements supérieurs aux Hôtel-Clubs et un circuit comprenant une escale et souvent un pays par jour… Qui dit mieux !

Conclusion ( premiere croisiere)

Eh bien … nous espérons que ces conseils  ont aidé à répondre à certaines de vos questions sur l’organisation de votre première croisière. Nous nous souvenons tous combien il est important de connaitre le B.A.BA  avant de réserver sa première croisière. Pour ma part, ce fut grâce à des amis, au bouche à oreille, à une des rares agences de voyages passionnées de croisières de l’époque…  internet n’existait  pas…  que  j’ai pu me régaler d’une première croisière aux Caraïbes en 1986 à bord du Victoria de la compagnie Chandris devenue Celebrity cruises. (Caracas, Antilles néerlandaises -Curaçao, Aruba- Orangstad, la Dominique, Puerto Rico…). Une parfaite croisière. J’ai un regret, c’est que le tir aux pigeons n’est plus au programme à bord des navires de croisières pour de compréhensibles raisons de sécurité.  Je me suis reconverti dernièrement au surf à bord de l’Oasis of the Seas de Royal Caribbean croisières. WOW !

Vous pouvez vous aussi dans les commentaires ci dessous, faire part d’un aspect  important qu’il est necessaire de bien appréhender avant de partir en croisieres …

C’est à vous :)

quelle cabine en croisieres

Comment choisir sa cabine ?

Croisieres : Comment choisir sa cabine ?

Cela peut sembler une question simpliste pour les voyageurs chevronnés, mais en tant que nouveau venu à la croisière,  il est prudent de consacrer du temps au choix de sa cabine.

Je me souviens encore lorsque nous avions à nous décider sur le type de cabine, de nombreuses questions nous sont venues à l’esprit :

- Quelle est la meilleure position sur le navire ?

- Quelles sont les meilleures parties pour être au calme ?

- Où sont les cabines les moins sensibles lorsque la mer devient difficile ?

Nous avons demandé conseil auprès d’amis, agent de voyages, ceux qui avaient déjà effectué une croisière.

Certains nous conseillaient d’opter pour une cabine au milieu du bateau afin d’éviter le mouvement excessif  dit de tangage, connu lors des déplacements du navire de haut en bas en mer agitée.

D’autres suggéraient plutôt d’être environ au 2/3 vers la poupe.

Nous souhaitions un corridor, mais quel pont choisir ?

quelle cabine en croisieres
Croisieres : Pas facile de choisir le type de cabine.

On nous disait que si nous étions sur un pont trop bas, nous serions proches des moteurs et que sur les ponts élevés nous ressentirions les mouvements du navire.

Nous avions finalement réservé une cabine au pont 12 –à peu près à mi-hauteur du bateau…

Nous avons considéré que les cabines sur le pont 14,  » Riviera  » le pont d’ Azura -  juste au-dessus de nous étaient peut-être trop près des installations de plein air, et donc trop bruyantes. Lors de notre deuxième croisière sur le navire-jumeau de l’Azura, le Ventura, nous avons été en mesure de savoir si c’était le cas : la plupart du temps, notre cabine était calme. Mais lors de festivités nocturnes, nous pouvions entendre la musique en provenance du plafond. Ce n’était pas trop fort,  surtout pour une seule occasion …

Cependant, lors de notre première croisière, nous avions fait le bon choix. Notre cabine était au pont 12 – un peu plus de la mi-hauteur du navire, et environ aux 2/3 vers l’arrière. La cabine était calme et l’on ne ressentait que de légers mouvements du bateau.

A l’occasion de notre 15e anniversaire de mariage, nous voulions une cabine avec balcon . Nous voulions être en mesure de profiter du soleil  sur la terrasse avec, pour programme,  un bon livre et une bonne bouteille du vin.

Au moment de décider quel côté du navire choisir, nous avons pensé à celui où le soleil se lèverait le matin. Cependant, lorsque nous avons examiné l’itinéraire circulaire qu’allait suivre le navire, cela signifiait que certains jours nous profiterions du soleil le matin tandis que pour d’autres ce serait en soirée. Donc, cela faisait effectivement peu de différence quant au choix . Nous avons réservé le côté tribord arrière.

Une chose que nous avons découverte … un balcon peut être utile si vous êtes fumeur. Bien que le navire soit strictement non-fumeurs la plupart du temps, il y a certaines zones où fumer est autorisé. Une de ces zones  est sur les balcons. Si bien que les non-fumeurs que nous étions, étaient incommodés pas la fumée des fumeurs des balcons adjacents. C’était assez désagréable et nous devions  interrompre nos  séances de bronzage . En revanche, c’est un bon choix si vous êtes un fumeur.

Réserverions-nous un balcon à l’occasion de notre prochaine croisière ? C’est un sujet dont nous avons discuté. Un balcon est un luxe agréable, mais il augmente considérablement le coût de la croisière par rapport à une cabine intérieure. Nous choisirions plutôt une cabine extérieure. Le sabord permet la vue sur mer et les transats du pont piscine Lido seraient disponibles pour profiter du soleil au grand air.

Finalement, nous avons opté pour une cabine intérieure pour notre seconde croisière.

La  chambre intérieure était plus petite que la cabine balcon – environ les trois quarts de la surface. Des miroirs bien placés donnaient  l’impression de plus d’espace. Mais encore ne faut-il pas être quelque peu claustrophobe ? Georges se sentait de prime abord un peu à l’étroit, mais on s’y fait rapidement. La salle de bain était d’une taille similaire à celle de la cabine avec balcon. Les autres prestations étaient identiques et nous avons bénéficié de la même qualité de service.

Siroter nos verres de vin, installés en terrasse, nous a manqué ainsi que de respirer l’air du large et sentir la douce brise.

Mais pour une fraction du prix d’une cabine balcon, cela valait le sacrifice.

Paule Anico

NB : Membre de avis croisieres , Paule Anico nous livre ses reflexions sur le choix de sa cabine… son récit illustre bien les questions récurrentes sur le sujet

FIN DE CROISIERE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Débarquement.

48 heures avant le débarquement, demandez à la réception de vous fournir une copie du relevé de vos dépenses à bord. Examinez-les soigneusement. Si vous voulez contester, n’attendez pas le jour du débarquement, agissez plutôt la veille afin d’éviter une longue queue.

Ne débarquez pas en sous-vêtements ! Vos bagages sont collectés par l’équipage dans les coursives au cours de la nuit qui précède l’accostage. Prévoyez les vêtements nécessaires pour le lendemain, gardez avec vous un petit sac avec vos objets de première nécessité. Le matin même, n’oubliez pas de vider votre coffre-fort. Si aucun transfert ne vous attend et si votre valise est facilement maniable, gardez-la avec vous. Vous débarquerez tranquillement quand la majorité des passagers aura débarqué. Profitez des derniers instants pour prendre un ultime petit-déjeuner.

 Divers.

 1. Les taxes et services.

En France, les taxes portuaires sont comprises dans le prix de la croisière.

À bord, si vous prenez une boisson il faut ajouter un % de frais de service. Le seul moyen de ne pas les payer, c’est de ne pas consommer !

Hors taxes. Les boutiques sont en duty free à partir du moment où une escale se fait hors de l’Europe. Aussi, à certaines escales, sous certaines conditions, vous pouvez obtenir le remboursement des taxes sur vos achats, mais en monnaie locale.

 2. Les pourboires.

Ah là là!

Le sujet de tous les sujets, celui qui fâche, celui qui intrigue, celui qui est soumis à toutes les supputations.

D’abord une interrogation : peut-on rendre obligatoire la qualité subjective d’un service ? …

Le montant des pourboires est automatiquement comptabilisé sur le compte de la cabine et débité en fin de croisière. Le passager a la possibilité de le contester en en faisant la demande.

Costa Croisières applique des frais de séjour à bord qui font partie intégrante du prix de la croisière et, de ce fait, vous ne pouvez pas les contester en fin de croisière.

 3. Les photos.

Dès l’embarquement votre portrait est tiré et fera la une parmi les milliers d’autres dans les vitrines exposées à cet effet. Les photos sont assez chères (de 15 à 45 euros) et si vous faites des tirages pour votre famille par un photographe du bord, cela va «douiller». Mais certains souvenirs affectifs n’ont pas de prix et les compagnies le savent.

Philippe.

C’est bientôt la fin mais pour le début il suffit de cliquez-ici

LE SYSTEME DU SHOPPING

Shopping lecturer à bord.

Les navires de croisière ont généralement un programme shopping à bord dirigé par un «shopping lecturer». Des conférences sont données par des commerciaux sur les produits locaux à acheter. Ils sont censés fournir aux passagers toutes les informations nécessaires pour leur assurer les meilleurs prix et les meilleurs produits au cours de leurs escales.

Aux États-Unis en particulier, derrière ces conseils se profilent des sociétés qui ont des accords avec les compagnies de croisières. Elles paient des frais assez conséquents aux compagnies  en échange d’une autorisation de mise en œuvre de leur programme de vente. Les consultants shopping ne travaillent pas directement pour la compagnie de croisières, ils sont formés, employés et envoyés sur les paquebots par ces sociétés. Les compagnies prétendent qu’elles fournissent à leurs passagers un programme de renseignements utiles pour leurs achats, mais elles ont déjà reçu leur chèque et peu leur importe de savoir si vous suivez effectivement les conseils du «shopping lecturer» ou non. Pendant ces conférences, 5 % du temps est consacré à donner des informations utiles sur le port et 95 % à convaincre les passagers de faire leurs achats dans les magasins recommandés.

Shopping à terre.

Comment ces magasins sont-ils agréés ? Ils payent pour figurer sur les plans distribués à bord, ils sont ainsi assurés d’avoir des centaines, sinon des milliers de clients franchissant la porte de leur magasin toute l’année.

Le « shopping lecturer » distille le doute dans l’esprit des passagers, qui se laissent convaincre que les achats faits dans tout autre magasin peuvent être risqués ;  il décrira tous les avantages dont vous bénéficierez en achetant dans les magasins recommandés.  Bien que ces avantages puissent varier, ils comprennent presque toujours les éléments suivants :

- La garantie : vous avez 30 jours pour retourner un produit

- La qualification : ces magasins sont régulièrement contrôlés pour assurer aux clients les meilleurs standards commerciaux.

- Les meilleurs prix : ils peuvent offrir de meilleurs prix grâce au volume de clients qu’ils reçoivent.  (Comment le savoir si vous ne comparez pas les prix pratiqués dans d’autres boutiques ?)

- Du personnel professionnel qualifié : ces magasins sont censés employer un personnel compétent entièrement à votre service.

Tout cela est impressionnant, mais c’est ce que nous attendons quand nous faisons du shopping et que nous entrons dans un magasin partout dans le monde. Et si vous lisez les petits caractères, en particulier sur la garantie, il n’est pas aussi évident de vous faire rembourser ce que vous avez acheté, car il faudra passer par une tierce personne, en l’occurrence la compagnie maritime qui n’interviendra pas dans une vente contractuelle qui ne la concerne pas directement. Si vous n’êtes pas satisfait de la qualité de l’un de vos achats, ce ne sera pas aussi simple, comme le prétendait le personnel de bord, de faire jouer la garantie mise en avant dans le discours commercial.

Vous serez sollicité, même pendant les excursions, au cours desquelles le guide ne manquera pas de vous arrêter dans une boutique spécialisée dans l’art local, ou dans une rhumerie par exemple, de laquelle il recevra probablement un petit pourcentage.

Ne vous laissez pas abuser…..et pensez à la place dans votre valise et à l’excédent de bagages si vous prenez l’avion.

Philippe.  Et pour tout connaître de la croisière cliquez-ici !

COMMENT REUSSIR SA JOURNEE A TERRE

 Les 10 étapes pour une journée réussie à terre.

- Quand vous débarquez du navire, emportez la carte de la ville et votre journal de bord sur lequel se trouvent les coordonnées de l’agent portuaire. Prenez vos papiers, vos médicaments, une petite trousse de premiers soins, un désinfectant pour les mains. En fonction de la météo, une crème solaire ou un parapluie et un répulsif contre les insectes. En cas d’urgence médicale, d’accidents de véhicules ou de retard inattendu qui pourrait vous retarder pour l’embarquement, contactez impérativement l’agent portuaire le plus rapidement possible. Il transmettra toutes les informations directement au navire. – Demandez dans la gare maritime où vous pouvez trouver des tour-opérateurs locaux, des taxis, l’office de tourisme. – Prenez votre iphone ou Android en chargeant des applications de détection de bornes wifi comme wifi finder et les »Offline City Guides app ». Les choix des applications sont nombreuses, à vous de voir. En cas de besoin, pour grignoter ou envoyer quelques mails, éloignez-vous de la zone portuaire et privilégiez les magasins et restaurants non touristiques. – Informez les chauffeurs de taxi, les guides de ce que vous souhaitez faire et demandez-leur des conseils. Ils connaissent mieux que quiconque leur pays d’origine. – Vérifiez les informations d’identification de tous les chauffeurs et des guides et vérifiez que ces derniers possèdent leur licence d’exercice. – Mettez-vous d’accord sur un itinéraire déterminé, sur la durée totale de l’excursion et de son contenu, sur le temps alloué à chaque lieu visité, la flexibilité et le montant exact de ce qui est ou non inclus. Déterminez sur un prix fixe. N’hésitez pas à négocier. – Si vous avez besoin d’un simple transfert aller-retour à une plage, à un village, etc. payez la moitié du prix au départ et la seconde moitié sur le chemin du retour. – Si vous prévoyez de faire du shopping, mettez-vous d’accord avec le chauffeur afin qu’il vous laisse et récupère au bout du temps souhaité à un endroit précis. – Terminez toujours votre excursion au pied du navire, ne vous laissez pas déposer dans le centre-ville car vous devriez à ce moment-là payer un taxi ou une navette pour rejoindre le navire. – Donnez un pourboire en fonction du niveau de satisfaction pour le service que vous avez reçu et demandez des cartes de visite afin que vous puissiez informer les autres futurs visiteurs des prestations de votre guide ou de votre chauffeur. Philippe.

A terre ou à bord vous voulez en savoir encore, cliquez-ici

TOUT SAVOIR SUR LES EXCURSIONS TROISIEME PARTIE

Économiser de l’argent sur l’achat des excursions.

Sauf cas particulier, éviter d’acheter à bord les excursions organisées est le meilleur moyen d’économiser de l’argent. Pourquoi les tarifs des excursions à bord sont-ils aussi élevés ? Une compagnie de croisières, pour organiser des excursions, doit faire appel à son agent portuaire ou à un tour-opérateur local qui recrute tous les prestataires : voitures avec chauffeur, bus, guides, personnel à bord pour l’organisation, la vente des tickets, l’impression des formulaires de réservation, l’accompagnement dans les bus d’excursion. C’est toute une organisation qui nécessite rémunération. Une compagnie ne peut pas contacter séparément tous les intervenants à chaque escale.  Donc, en limitant les intermédiaires vous limiterez aussi les coûts. Des compagnies de taxis agréées, des voitures avec chauffeur seront toujours en attente à l’extérieur du navire, prêts à prendre les clients indépendants sur les mêmes itinéraires que ceux proposés à bord et pour la moitié du prix. Vous pourriez aussi créer votre propre itinéraire en fonction de vos intérêts, en le demandant au conducteur ; vous allez ainsi directement à la source, vous payez le prix le plus bas possible pour les mêmes services, de plus personnalisés. Nous recommandons de contacter sur Internet les tour-opérateurs locaux bien avant votre départ afin de préparer au mieux vos excursions. Vous pourrez comparer leurs offres à celles de la compagnie : la différence peut s’avérer conséquente…

 Comment suis-je assuré de la qualité ?

 Les navires de croisière sont prompts à souligner que leur programme de visite utilise des opérateurs locaux sélectionnés, qui offrent un niveau d’excellence à la hauteur de leur exigence. Mais si vous lisez plus loin dans les petits caractères, la compagnie de croisières explique également que ses visites sont gérées par des opérateurs locaux et qu’elle n’est en aucun cas responsable de ce qui peut se produire. Elle veut bien vous faire payer, elle ne veut pas être responsable !  La qualité d’une excursion à terre n’a rien à voir avec le fait de réserver ou non à bord. Un guide accompagnateur touristique fait partie d’une certaine entreprise qui fournit aussi bien le tour-opérateur local que la compagnie de croisières. Cependant les chauffeurs et les guides indépendants à quai sont souvent plus motivés et reconnaissants d’avoir du travail : c’est un secteur très concurrentiel où l’on se doit de fournir des prestations de qualité si l’on veut que fonctionne le bouche-à-oreille. Les passagers qui optent pour une visite indépendante passent une journée à leur propre rythme, selon leurs goûts, avec un guide à leur écoute : c’est la qualité.

 La meilleure solution.

 Comme croisiériste averti vous devez savoir que les compagnies de croisières veulent payer les tour-opérateurs aussi peu que possible et vous facturer, vous passager, autant que possible. En conséquence, elles s’adressent souvent aux voyagistes locaux qui leur offrent les prix les plus bas mais pas nécessairement la meilleure qualité. Au cas où des clients seraient mécontents de la qualité de leur excursion, une compagnie de croisières peut facilement leur rembourser quelques centaines d’euros même si cela creuse légèrement leurs bénéfices : de toute façon, c’est toujours, pour le client, un parcours du combattant pour obtenir gain de cause car, comme nous l’avons vu plus haut, elles ne sont pas responsables. Il est donc beaucoup plus facile et intéressant de faire appel à un tour-opérateur local et de le payer directement pour un service de qualité et à un prix bien inférieur.

 Où va votre argent ?

 Lorsque vous réservez à bord une visite guidée de quatre heures pour 50 €, le navire reçoit 50 € dont 27 € pour le tour-opérateur local, et le guide local reçoit 8 €.  Ces calculs sont assez proche de la réalité.

Quand vous utilisez un prestataire local vous payez 35 €, bien sûr il faut négocier !

Philippe.

Et pour en savoir plus ; cliquez-ici !

TOUT SAVOIR SUR LES EXCURSIONS 2EME PARTIE

Quel est le meilleur moment de la journée pour partir en excursion ?

 Les excursions de croisières organisées ont des heures de départ spécifiques indiquées dans le formulaire de réservation que vous trouvez à bord ou en ligne. Réservez vos excursions sur le site Internet de la compagnie.

Sachez que les horaires sont planifiés de façon à ce que le navire maximalise les réservations. Malheureusement le confort des passagers est sacrifié. C’est la raison pour laquelle de nombreuses excursions, en dépit du fait qu’elles ne durent que quelques heures, ont un départ très matinal : 7h30, par exemple, même si le bateau est au port jusqu’à 17 heures. En programmant des visites très matinales, le tour-opérateur peut rajouter un départ supplémentaire dans l’après-midi avec le même transport. Bien sûr il y a des excursions à la journée qui doivent partir très tôt le matin mais la plupart des visites ont une durée moyenne de trois à quatre heures. Pourquoi se réveiller si tôt ? Pourquoi se précipiter ?  Est-ce vraiment un gain de temps si vous éprouvez le besoin d’une sieste après un départ aussi matinal et une journée aussi longue ?  En fait le meilleur moment pour partir en excursion, c’est lorsque vous le décidez.

 Éviter les tracas.

C’est l’argument en faveur des réservations à bord, qui éliminerait tous les tracas potentiels.

Réserver vos excursions avec la compagnie de croisières peut être sans tracas, c’est ce qui est promis, mais pas toujours réalisable : lorsque vous réservez vos excursions en ligne, parfois des mois à l’avance, beaucoup d’aléas peuvent survenir. L’excursion peut-être annulée, ou le billet livré dans votre cabine ne correspond pas à votre réservation, ce qui génère du temps perdu et une grande frustration.

Il faut bien vous renseigner en amont. Certaines escales ne disposent d’aucune structure pouvant vous permettre de faire une excursion par vous-même, dans ce cas il est utile de réserver votre excursion organisée à bord. Ne vous fiez pas aux excursions au nombre limité de passagers, cela signifie que la compagnie a tout simplement un quota de passagers pour cette excursion : par exemple, limite de 30 passagers sur un petit bateau pour faire un tour sur un lac. Mais le correspondant local, lui, aura probablement d’autres petits bateaux à vous proposer pour ce même lac, et à moindre coût.

 Est-ce que les excursions sont toujours garanties à bord ?

Comme indiqué en petits caractères dans les conditions générales, sachez que votre excursion peut être annulée la veille ou le jour même, les visites nécessitant un minimum de participants. À chaque voyage, des bureaux d’excursions annulent des visites programmées si le nombre de passagers n’est pas atteint, ce qui représente une baisse de rentabilité. Ou alors il peut arriver que l’on vous propose cette excursion en bilingue ; le guide vous donnera les explications en deux langues, d’où deux fois plus de temps pour ces explications, dans le même temps imparti à l’excursion. Je vous laisse juge de la qualité des commentaires de ce guide, qui n’y est pour rien au demeurant.

Vous pourriez vous réveiller un matin prêt à profiter de votre excursion et être informé par une lettre dans la boîte aux lettres de votre cabine  que votre visite a été annulée en raison de la faible participation. Et bien sûr il est peut-être déjà trop tard pour réserver une autre excursion à bord du navire.

 En quoi un tour-opérateur local peut-il être différent ?

 Une excursion avec opérateur local peut également être sans tracas.

D’abord, il ne vous fera pas attendre. Que vous ayez réservé ou que vous le contactiez directement sur le quai, vous partez tout de suite. Ces opérateurs, ces chauffeurs de taxi sont attentifs à recevoir d’excellents commentaires et font généralement de leur mieux pour les obtenir. Le meilleur retour qu’ils puissent recevoir, ce sont les appréciations de bouche à oreille, qui feront ou non le renom de leur affaire. Certains tour-opérateurs locaux ne tiennent pas à travailler avec les compagnies de croisières car ils ne veulent pas être payés au prix le plus bas. Ils souhaitent tout simplement fournir un travail de meilleure qualité avec toute la gratification possible. En outre, ils n’annuleront pas votre visite sous prétexte d’un minimum de passagers : que vous fassiez partie d’un groupe nombreux, d’une famille, que vous soyez en couple ou même en solo, un tour- opérateur indépendant n’a aucune raison de ne pas répondre à votre demande. Il est là pour veiller à ce que le temps passé à visiter son pays soit le plus agréable possible. Et il n’y a rien de plus reposant qu’un chauffeur guide local qui vous soit dédié.

Philippe.

Et pour en savoir encore, encore plus, cliquez-ici.

1ère communauté de confiance croisière